Pourquoi kongossa?

Ce blog est la plateforme d’expression de Florian Ngimbis, blogueur camerounais.  Ses prétentions ne sont pas énormes, mais le but n’en est pas moins noble: parler et faire découvrir le Cameroun et les Camerounais. Le kongossa est un mot camerounais traduisible en français par commérage. Un commérage instructif, un commérage pratiqué par tous. Faire du kongossa au Cameroun c’est s’informer et informer tout à la fois. le but de ce blog est donc de vous inviter à la grande table kongossique de Florian Ngimbis afin  de gérer avec lui les dernières infos du Cameroun. Parfois incisive, souvent mordante, sa plume n’a qu’un but: faire découvrir ce merveilleux pays qu’est le Cameroun.

The following two tabs change content below.
Florian Ngimbis
Florian Ngimbis s’est fait remarquer en remportant le Prix du Jeune Ecrivain de langue Française 2008. Ses nouvelles ont été publiées dans plusieurs recueils et revues littéraires. Documentaliste diplômé de l’ESSTIC de Yaoundé, community manager et écrivain, il blogue à ses heures trop souvent perdues. Il vit à Yaoundé au Cameroun. Le blog Kamer Kongossa a été primé en 2012 lors des prestigieux Deutsche Welle Blogs Awards (The Bob’s) dans la catégorie « Meilleur Blog Francophone »
Florian Ngimbis

Derniers articles parFlorian Ngimbis (voir tous)

68 réflexions sur “Pourquoi kongossa?

  1. Franchement mon cher, c’est du bon boulo! Tu es un lyriciste dont le verbe fait bon lire! Bravo! Une histoire banale ne serait plus sous ta plume. Copntinue ainsi! Beaucoup de courage et never give up brother!

    Cops Eddy Christian

  2. J’ai eu l’opportunité de lire au détour d’un lien transmis par une amie un article, puis un autre et j’ai vite adhéré. Je tenais à te féliciter car t’as sans aucun doute un talent. Tes textes parfois humoristiques, voir même caustiques, sont vraiment bien structurés. N’arrête surtout pas, car tu fais réellement du bon travail.

  3. Mon chèr Florian cela fait 5 années aujourd’hui que je te connais et cela fait à peine un bon bout que je n »intéresse à ton blog.Je t’assure il est génial pour des jeunes que nous sommes. Je te félicite t’encourage .Que le seigneur Dieu te propulse vers de hautes sphères afin que tout le monde entier puisse parler de toi mon grand ami.J’ai toujours su que tu es capable. La seule chose qui me reste à te dire c’est: va de l’avant la grâce de Dieu t’accompagne.

  4. Salut Frérot.
    Juste pour te dire que j’ai tenu parole en dévrouvant ton blog. Bravo, car il faut du courage, du temps, bien que tu sembles en avoir assez, et surtout du talent pour tenir le pari d’un blog d’information, fût-il nommé Kongossa.

  5. Je découvre ton blog aujourd’hui même et je me demande déjà comment j’ai fait pour passer à côté. Ton style rédactionnel est spécial. Tu arrives à nous faire rire des histoires du quotidien tout en faisant passer un message. Bravo et bonne continuation!

  6. Salut,

    Je viens de découvrir votre blog et je traine depuis deux heures dessus comme si je n’avais rien d’autre à faire ;). Bien que n’étant pas camerounaise (je suis sénégalaise), je trouve le contenu très intéressant, drôle et super bien écrit. On ne peut pas s’empêcher de sourire en vous lisant même si je ne suis pas forcément toujours d’accord avec ce que vous dîtes. J’aurai aimé avoir le 100ème de votre talent, En tout cas, félicitations.

    Bonne continuation.

  7. Stupéfaite. Heureuse. Comblée.
    Voilà! En 2, 3 articles, tes mots et ton regard posés sur notre cher triangle national m’ont apporté des émotions que je n’espérais pas.
    Belle plume. Très belle plume.
    Et bel esprit d’analyse. L’on peut adhérer ou pas. Au moins l’on est assuré de comprendre en te lisant. Et accessoirement, de ne pas perdre son temps.
    Je repasserai. D’ailleurs, je m’abonne.
    Hâte de recevoir le mail qui m’annoncera qu’il y a du nouveau par ici.
    Ce soir, je me suis sentie moins seule. Et j’ai aimé être camerounaise. MERCI.

  8. félicitations pour ta victoire au BOB’s !! je t’ai découvert sur jewandamagazine avec la nouvelle sur la jrnée de la femme,et n’ayant pas de facebook je m’étais créé un cpte twitter ephémère exprès pr t’apporter ma voix,contente que ton blog ait été élu, j’aime bcp ta plume…et lhistoire du petit garcon molesté par des gos en chaleur jai ya moo(découvert en me baladant sur fbook via le compte de mon mbindi). Boe continuation

  9. Bonjour Florian,

    Je suis la dame aux cheveux blancs, présente à la soirée littéraire à la Pizzeria où vous êtes venu avec Arthur Dreyfus.
    Votre personnalité et la manière dont vous vous êtes présenté m’ont donné envie de découvrir votre blog.
    Quel voyage pour une vieille parisienne! Vous avez un solide talent littéraire: une belle carrière vous attend, bravo.
    J’en parle autour de moi bien sûr
    Cordialement

    Agnès

  10. Je viens juste de découvrir.Je passais par curiosité.Tout à fait agréable.De belles critiques dans la totale humour….J’apprécie.

  11. Bien…d’abord congrat’s, je t’ai découvert par le biais d’un ami et collègue. Au moins une chose est certaine; tu aimes le Cameroun. Retiens qu’il un tout pour redorer le blason de notre très cher pays…comme tu le dis dans tes posts, certains le font de l’extérieur c’est bien mais toi…tu le fais de l’intérieur c’est meilleur! alors bravooo Flo

  12. Waouhh! j’ai presque honte de n’avoir pas découvert ce blog plutôt ! j’ai été agréablement surprise par la qualité et la simplicité de l’écriture; le maniement subtile de la langue de molière, l’habileté dans le mélange des genres et dans la dénonciation de nos maux. la progression thématique est remarquable également … bref ça se lit d’un trait avec bcp de plaisir et aussi bcp d ‘introspection. Chapeau NGIMBIS!

  13. je suis tout choux a lire tes ecrits.
    depuis hier que j`ai decouvert ton blog, je suis reste scotcher dessus. internaute tres devoue, il faut avouer que je ne m`arrete pas trop souvent sur des bogs, mais la… tu fais trop fort florian et je suis seduit. tu es un gars du kwat qui a fait l`ecole, le genre d`intello qui nous raconte avec des mots simples ce que c`est que le kwat. je te tire un grand coup de chapeau man.
    big up de ma part depuis shanghai en chine.

  14. Sa fait deux jours k je découvre ta chronique et tu mérite mes applaudissement , tu mérite d être connu et reconnu dans ton travail , c super j adore

  15. Je viens de découvrir ton blog, suite a une information publiée par RFI. Elle a rapport au prix que tu viens de recevoir. Je suis venue, j’ai lu et j’ai adore.
    Félicitations.
    Du courage

  16. Bonjour Florian
    J’ai découvert ton blog la semaine dernière, je viens de finir de lire tous tes billets.
    Un seul mot, énorme !!! C’est tellement plaisant de te lire. A quand le prochain ?
    Merci pour ce cadeau que tu nous offres
    Peace bro

  17. Bonjour Florian,
    J’ai découvert ton blog ce matin et suis très fier que tu te fasses connaitre et nous donne de l’espoir. Tes histoires dépeignent une société avec ses multiples facettes tantôt originales tantôt tristes. Mais en fait c’est notre réalité, c’est notre pays. Tu nous permets de penser que dans l’avenir les jeunes pourront débattre des problèmes réels de notre société et refuseront le statut quo suicidaire actuel.
    Slt à l’artiste.

  18. C’est écrit avec une telle sublimation hollywoodienne que je me suis demandé: sont-ce bien les même histoires que je (nous) vis si banalement au pays? Hey ben, dommage malheureusement (pardon), OUI. Tout le mal que je te souhaite, cher ami, c’est d’aller au moins aussi haut que d’Ormesson avec ton clavier.
    Courage.

  19. quand soudain le mec au milieu de son cercle exécute une aile de pigeon, déhanché, double zigzag avec réception sur le petit orteil. La foule en délire hurle et, instinct grégaire, ta donzelle te crie dans l’oreille « allons là bas ! ».

  20. Chapeau bas monsieur Frorian NGUIMBIS. Ta plume est fort plaisante et on a du plaisir à te lire. Ton originalité tient du fait que ton excellent maniement de la langue française suffit à transformer une toute petite histoire est un fait un fait au premier abord hilarant sauf que le message est subrepticement distillé… et ça, j’ai adoré. Bon vent et que les Très Haut te guide et t’amène vers une grande carrière. Voilà tout le mal que je te souhaite

    Claude

  21. J ai dcouvert ton blog en lisant au hasard l’un de tes nombreux kongossa et j ai adhere.
    tu as beaucoup de talent et j’ADOOOOORE ce que tu fais, toutes ces verites dites avec une pointe d’humour.
    Je suis et reste ta fan 4 life.
    Good work, Keep it up.
    Peace.

  22. Je rejoins les autres messages! Style solide et personnel, drôle et naturel. Talent très rare chez un auteur! A quand le livre?

    J’ai pris beaucoup de plaisir à te lire. Tu décris magnifiquement bien des situations banales du quotidien. Je découvre le Cameroun grâce à tes articles et à la finesse de ta plume. Belle maîtrise de la langue française!

    Tes articles plus politiques sont aussi intéressants. Il est important de garder le débat ouvert et un oeil critique! Rappelons-nous que quoiqu’il se passe, le peuple peut toujours tout changer…s’il s’organise!

  23. Salut Florian,

    Suis tombée sur le blog a travers un pote il y’a deux jours…et du coup j en suis quasiment tombée amoureuse. Si bien que j’ai d’emblée partagé avec tous mes proches, qui eux aussi ont adoré. Je suis moi-mm poete et bloggeuse, et en tant que tel, je te tire le chapeau. Pour qui a des yeux pour lire, ta plume est simplement magnifique.
    Je te souhaite beaucoup de courage et d inspiration dans ta voie. Surtout ne t’arretes pas en chemin car je suis persuadée que la mine d’or t’attend au bout.

    Cj
    npowa.wordpress.com

  24. Je me demande bien ce que j’ai fait (durant tout ce temps, et même avec la publicité et la promotion de l’atelier des médias sur RFI), pour ne découvrir votre blog d’expression qu’en ce mars 2013. Je suis vraiment très content et impressioné par votre style. Surtout en ces moments, où je suis très loin du pays, vous lire régulièrement me remémore ces situations et moments cocasses vécues au pays, durant mes années universitaires dans la zone de Ngoa-Ékellé. Mais au delà de ces ressentiments et autre nostalgie du pays; je vous adresse (Florian) mes encouragements. C’est vraiment formidable et talentueux, ce que vous produisez comme travail. Je vous souhaite beaucoup de succès, et bien plus d’accomplissements encore.

  25. Bonjour Florian,merci de votre partage sur un des plus beaux pays de la terre ,le Cameroun,soleil de notre coeur.Je suis un White de France avec l’amour de ma future Beti,je me considère fils d’Afrique puisque c’est notre pays à tous et toutes.J’aime vos ecrits qui procurent bonheur et joies et c’est ce que nous aimons.Vos mots voyagent dans nos pensées pour améliorer la douceur de la vie et accentuent le désir de découvrir vos prochains Kongossa.Merci et toute ma grande amitié.

  26. J’ ai trouvé votre site et je me suis sentie

    FIÈRE
    D’ ÊTRE
    CAMEROUNAISE

    Mon sang est vert rouge et jaune!

    Mon Prénom « Cameroun » mon nom « Afrique »!

    toi et ta bière là hein!

    Mister Kongossa!!!!!!!!!!!!

    ;);)

  27. florian merci oooh!! moi j’adore le kongos.quand quelqu’un me dit « yah!.tu exageres » je lui réponds  » plus je kongos, plus je m’édifie alors pourquoi m’en priver? » waaanda!!

  28. Massa je viens de tomber sur ton topo par lien bizarre sur facebook, c’est du BON: « je confirme ». Beaucoup de courage et bonne continuation

  29. Merci! Merci! Parceque tu me rassures, tout n’est pas perdu dans ce pays! Il y’a encore des merveilles chez nous! Tu portes haut, les couleur de notre pays et ça fait vraiment longtemps que je m’étais pas senti fière d’être camerounaise!
    Tu as un Talent, mieux encore, Tu es un Talent!!

  30. Faut pas utiliser le mot Roi à tort et à travers! Marié à une Yaoundaise dont je désespère de pouvoir faire venir les cinq enfants dans ma maison, tant les conditions politiques et économiques qui me sont faites depuis vingt-sept ans sont pires que celles qu’a connu Nelson Mandela. Ici, l’omerta est telle que j’ai été condamné sans aucune forme de jugement. Oh! il n’y a pas de prison mais les esprits sont complétement aliénés et absolument aucun gardien ne m’a rendu visite pendant vingt-cinq ans et cela dans un contexte d’absolument aucun soutien
    parce que ne pouvant être historiquement ni totalement de gauche, ni totalement de droite, j’ai été la cible muette de tout le monde. Maintenant, je suis gratifié de visites par des infirmières psychiatriques quand on ne me propose pas de m’aider par des hospitalisations. Soljenitsyne…En fait, en pratique, quand tu
    parles tu affrontes systématiquement un « blanc », un silence absolu, une hébétude,
    une pathologie contre laquelle nul cri ne peut être efficace. Voilà l’état psychologique dans lequel la révolution a mis le beau pays et le bon peuple de France, un goulag sans nom que nul saurait dénoncer puisqu’on est ici dans
    la quintessence des pays démocratiques, il n’y a rien pour comparer au-dessus.
    Alors Paul Biya est-il un Roi? Mon avis est que, selon la définition du dictionnaire et de la tradition, c’est non! Mais ce n’est pas pire que ce que je connais qui va
    de Mitterrand à Hollande! Alors? Devez-vous vous plaindre de la gouaille populaire qui fait encore du bruit dans la chaleur camerounaise? Ici, c’est le silence aseptisé garanti par la Sécurité Sociale. Alors, si nous pouvions, mon épouse et moi, nous viendrions nous installer définitivement à Yaoundé.
    S’il vous-plaît de faire « l’ecrivaillon » à mon propos, ce dont je suis absolument convaincu du contraire, par entretiens, j’aurais beaucoup à dire, ce serait oui même par-delà vos préjugés!

  31. Once, I was Director of a great School of engineering in Cameroun, precisely in, Yaoundé between November 1980 and September 1983…
    During this period, at the beginning of November 1982, one evening we heard at the radio that the “Vieux”, for personal reason, was leaving the Power…
    Then sweet Paul, I knew as Prime Minister, took the power…
    We thought that, as in Senegal, Cameroon should be the next, second democratic country in French speaking Africa…
    31 years later, I must recognize that my father was right.
    In 1980, I thought that in one generation, Cameroon and most of ex French and ex English colonies should be among the most developing countries.
    He (my father) told me:
    – They never… (He was a colon, not a big one, just a Small White!)
    – Why?
    – …
    Vous avez besoin d’une jeune génération de politiciens, qui accepte de voir l’avenir du pays avec la même simplicité et le même gout, que ceux qui voient avec un immense plaisir les strings des jeunes camerounaises…
    Quels beaux culs, et ce n’est pas d’aujourd’hui !
    Attention, messieurs les jeunes camerounais un peu trop timides ! Si vous ne prenez pas en main vous-même vos destinées, se seront ces jolis culs qui prendront le pouvoir… D’ailleurs qui mène le commerce international ? C’est déjà elles…
    Bon, je m’arrête, car tout cela est un peu incompréhensible.
    La première partie des explications de cette confusion se trouve sur un blog (daddydan.over-blog.com), il s’agit de ma jeunesse sous l’Equateur.
    La seconde partie est à développer, elle sera sur ce blog et concernera, notamment le Cameroun que j’aime, car, j’y ai encore plusieurs frères noirs !
    Félicitation à l’auteur de ce blog…
    Tout n’est pas dit, mais l’essentiel est suggéré.
    Félicitations
    Professeur Daniel Guitard ex Directeur de l’ENSPY (1980-1983)

    1. L’ESIJ est l’ancêtre de l’ESSTIC. Autrefois dédiée uniquement à la formation des journalistes, l’école accueille d’autres filières en relation avec l’info-com: pub, documentatio, Edition, com des organisations. J’espère avoir éclairé ta lanterne 🙂

      1. Bonjour Florian

        Que du bon boulot , je suis comblé en lisant tes articles.
        Je voulais juste te ask un truc sur les go camair au pays.Franchement elle soulève quasiment le kaba à tout le monde …..on a l’impression de cohabiter avec la débauche ….nous en tant que bon camair , on a du mal à se retrouver…faut pas trop les encourager ….c »est tout ce que je voulais te tell ….bonne soirée

  32. je recherche le nom du directeur de l’ESIJ, en poste dans les années 80-83. J’étais à l’époque, le seul doyen blanc de l’université de Yaoundé (il n’y avait pas encore de numéro à l’université…). Mes collègues doyens m’ont chaleureusement accompagnés.
    Because I’m just writing  » my memories »…

  33. jai perdu 3 ans de ma vie ! oui et je ne sais ki va me le rembourser, poukoi je naipa connu ce Kongosseur depuis??? wee ati samba je parviens a lire 3 pages sans me rendre compte ce genial ce magnifike le kongosseur continue bro
    bip uppppppp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *