Je suis camerounais, je suis [in]fidèle

© humourdabidjan.net
© humourdabidjan.net

Les Camerounaises me font rire. Elles sont obnubilées par cette histoire de fidélité au point d’en faire leur Saint Graal, leur quête existentielle. On dirait que pour une femme, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue si son gars, lui est infidèle. Et parfois dans les kongossa, je les entends décréter urbi et orbi « mon gars je le tiens, il ne tente même pas ! ».

Je ris mesdames. Moi, Florian Ngimbis, grand marcheur devant l’Eternel, je fréquente des hommes de toutes les catégories : amoureux, petits amis, concubins, maris et j’ai fait une découverte qui dans un pays sérieux me vaudrait le prix Chantou de sociologie : le Camerounais fidèle n’existe pas.  Ne me sortez pas le truc con du « faut pas généraliser ». Ici, on parle d’une tendance pas d’individus.

Ce billet a pour objet de vous faire perdre vos illusions mesdames. Vos illusions sur la fidélité, car le Camerounais fidèle est le Camerounais qui ne s’est jamais fait prendre. C’est le manipulateur, expert en mensonge, duplicité, tromperie, jonglage, cryptage au plus haut niveau.

Conscience zéro

Première leçon mesdames : sachez que le Camerounais ne considère pas l’infidélité comme une déviance. Enfin, c’en est une vis-à-vis de son couple, mais pas vis-à-vis de la société. Oui, pour nous autres Camerounais, un homme n’est rien sans sa ndjomba, son deuxième bureau, son chat mort, son piano, sa panthère,  RIEN ! Et autant vous mesdames êtes reconnues comme épouses ou petites amies officielles, autant dans l’entourage de votre mari, concubin ou petit ami sa ndjomba a un titre officiel et est connue d’eux, car forcément appelée à les rencontrer dans les soirées et autres évènements où il la traîne. Et ça n’empêche pas ses amis et collègues de vous donner du Madame Untel hein ? Sans aucun remords : pas de crime, pas de problème de conscience.

Et un, et deux, et trois zéro !

Ce n’est pas seulement le qui veut hein ? Encore faut-il le pouvoir ! Tout autant que la polygamie, les ndjombas coûtent cher. Donc, mesdames, plus votre « chou » pèse en termes de C fa, autant il est fort en multiplication ndjombaïque.  Jadis, quand la bantouité rencontrait l’argent, le cocktail qui en résultait, c’était un foyer polygamique. N’est ce pas les Blancs sont arrivés avec la religion et tout le toutim et ont mis dans la tête des gens que la monogamie c’était le progrès ? Je ne me vante pas de l’avoir découvert, mais cette théorie pourrait expliquer la naissance du concept de ndjomba.

Les femmes ont crié et interpellé le progrès pour condamner la polygamie. Le bantou en stratège a récupéré des éléments de ce progrès pour en faire des armes redoutables.

Le téléphone portable

Le téléphone est l’arme absolue du bantou. C’est la base de données de ses ndjombas et le moyen de liaison le plus rapide. Vous imaginez ce qu’il fallait comme logistique avant, quand il n’en existait pas ? La souffrance pour organiser un rendez-vous  galant avec une ndjomba dans un hôtel à Emana alors qu’on vivait à Mvan ? Vous imaginez ? L’attente dans une chambre prépayée alors que la gourgandine est peut-être encore de regarder son feuilleton ou a décidé de ne pas bouger ? Vous imaginez les AVC?

Autre chose : les gars efficaces savent une chose : éviter les SMS. Toute trace écrite est dangereuse. Et les télégrammes de cette diplomatie du cœur peuvent fatalement tomber entre les mains d’un Bradley Manning. Les smsleaks dans un couple ça fait mal hein ?

Le Camerounais a aussi un cryptage téléphonique de ses contacts féminins. Les femmes sont parfois paranoïaques au point de jeter un œil sur votre téléphone quand il sonne à portée de regard. Hein ? C’est qui la Charlène là ? Mais le bantou dispose de méthodes de cryptage :

Masculinisation du prénom (Charlène devient « Charlie ») suivie d’une lettre témoin, N comme « ndjomba » ou P comme « petite » genre « Charlie P. »

Remplacement du patronyme de la ndjomba par le nom de votre lieu de rendez-vous habituel (Charlène devient « La cachette Bar »)

Ou alors le truc le plus simple : utiliser tout simplement le nom de la ndjomba à la place de son prénom. Charlène Atangana devient « Atangana » tout court. Homme ou femme ? Bien sorcier qui le devinera.

Je recommande fortement la dernière astuce… Mieux qu’Enigma…

La voiture

Un autre élément du progrès qui aide le bantou infidèle, c’est la voiture. Considérée comme un signe extérieur de richesse, j’entends souvent des lianes se vanter : « Mon gars a la voiture ».

Je ris ! La voiture hein ? Sachez mesdames que dans la guerre asymétrique que les hommes vous livrent, la voiture est un moyen de frapper partout, rapidement et sans trace. Un bantou, un vrai gars qui  a la voiture peut vous dire le matin au petit déjeuner « Au revoir chérie je m’en vais travailler », prendre la route de Soa au lieu de celle de son bureau, se vautrer dans le lit d’une étudiante, aller manger le kanga à Mbalmayo l’après-midi avec la ndjomba, rentrer sur Yaoundé, la déposer à Soa vers 18 heures et vous dire vers 20 heures avec une mine fatiguée : « Le travail là est dur hein chérie ! ».

Le petit beau ou cousin

Et puis les femmes détestent les amis célibataires ou non maqués. Les gars comme moi, censés « entraîner » leur moitié et leur « donner des filles ». Laissez-moi rire ! Un bantou n’a pas besoin de son ami pour avoir une ndjomba. Surtout que si son ami est un tireur d’élite, il sait qu’en l’envoyant au front, il pourrait livrer la bataille et s’accaparer du trésor. Un vrai bantou  a toujours un larbin, un tchinda du quartier qui est son « petit de confiance », son rabatteur, son 10. Oui madame le petit que tu envoies payer les factures d’électricité là, ton mari l’appelle aussi souvent pour autre chose. Et puis même, parfois le petit beau-frère, oui, ton petit là qui glande à la maison est le meilleur ami de ton mari et son rabatteur.

Pourquoi il trahit sa sœur ? Vous rigolez j’espère ! Sa sœur qui n’a jamais l’argent là ? Qui l’insulte tous les jours là ?

Eteins la lumière d’abord !

Il y a un spécimen de couples (j’en connais) qui ne font pas de trucs « bizarres » au lit. Ces couples, souvent ceux des jeunes premiers bamilékés qui invoquent très souvent une pruderie formulée ainsi : mon frère ! Tu veux que ma femme me fasse ça ? Avec la bouche qui embrasse mes enfants ?

Ayaaaaaa ! Mesdames, je vous pitié si vous en faites partie ! Parce que votre mec là, si droit, si prude, ce qu’il ne veut pas que vous lui fassiez là, je vous jure qu’il ya toujours une autre là dehors qui le lui fait  et bien!

Quelques conseils pour la route

Oubliez le truc de l’anneau nuptial mesdames, il n’a pas sauvé Gollum, il ne vous sauvera pas. Le bantou, le vrai dit hoha à sa ndjomba qu’il est marié. Du coup, il n’a pas à jongler sur deux tableaux, la seule qu’il jongle c’est vous !

Oubliez les aussi les interrogatoires musclés là ! Un bantou camerounais ment sans cligner des yeux.

Il est capable de résister à un interrogatoire de la Gestapo sans se dédire, car il a compris que pour bien mentir il faut toujours faire reposer son mensonge sur un socle de vérité. Ainsi, s’il est allé chez sa ndjomba à Soa, y a mangé, puis forniqué, à la question « où étais tu ? » il répondra :

« Chez ma tante à Soa, malheureusement je ne l’ai pas trouvée, j’ai eu une crevaison et pendant qu’on changeait ma roue, je me suis arrêté à Dernier Poteau pour manger la viande de brousse. »

Il évite le coup de « je vais appeler ta tante » du « pourquoi tu as mis tout ce temps ? » et par la même occasion le piège de « pourquoi tu ne manges pas mon kpem, tu as mangé où ? » Au pire, la pauvre s’énervera : « Encore toi et la viande brousse ? Tu n’entends pas que Ebola est dehors ?

Quand j’expose tout ceci on me parle souvent de l’amour. L’amour dans tout ça Florian, qu’est ce que vous en faites ? L’amour hein ? L’amour pour un bantou est un mélange de dot versée, de mariage célébré, d’enfants reconnus,  scolarisés, de ration versée, de factures réglées, de devoir conjugal accompli à période plus ou moins fixe.

Madame si votre camerounais de mari vous fait tout ce que je viens de citer, alors dans sa tête oui, il n’est pas infidèle, il vous aime. Fermez les yeux sur les ndjombas, les dossiers, les bureaux. Vous êtes sa femme, l’aéroport comme vous dites, où l’avion qu’il est finira par atterrir après de multiples escales.

Ce n’est pas normal ? Moi quoi là dedans ?  Je n’ai envoyé personne être en couple avec un bantou, camerounais de plus. Donc à moins de faire votre vie avec un intégriste pentecôtiste, va falloir supporter, car dans ce pays, même les prêtres cocufient le Saint-Esprit…

Dieu est grand, mais camerounais n’est pas petit.

Peace !

 

 

The following two tabs change content below.
Florian Ngimbis
Florian Ngimbis s’est fait remarquer en remportant le Prix du Jeune Ecrivain de langue Française 2008. Ses nouvelles ont été publiées dans plusieurs recueils et revues littéraires. Documentaliste diplômé de l’ESSTIC de Yaoundé, community manager et écrivain, il blogue à ses heures trop souvent perdues. Il vit à Yaoundé au Cameroun. Le blog Kamer Kongossa a été primé en 2012 lors des prestigieux Deutsche Welle Blogs Awards (The Bob’s) dans la catégorie « Meilleur Blog Francophone »
Florian Ngimbis

Derniers articles parFlorian Ngimbis (voir tous)

88 réflexions sur “Je suis camerounais, je suis [in]fidèle

  1. On dirait que tu viens de m’attraper !

    « … utiliser tout simplement le nom de la ndjomba à la place de son prénom … »

    Hahahahahhaha, je suis au sol !

  2. Je pense qu’on est libre d’établir son opinion a la lumière de son expérience, donc je respecte la majorité des points de vues abordés dans l’article.

    Cela étant, accepter que « l’amour pour un bantou est un mélange de dot versée, de mariage célébré, d’enfants reconnus, scolarisés, de ration versée, de factures réglées, de devoir conjugal accompli à période plus ou moins fixe. » C’est refuser d’aspirer à mieux. Il ne s’agit pas de renier la possibilité d’une infidélité, mais un mariage peut être aussi un partenariat riche, avec des bons ou moins bons moments, de la complicité,de la tendresse, de la loyauté et des ambitions et des réussites communes.

    Mais tout cela n’est pas envisageable si on n’a pas le bon état d’esprit, notamment en mettant djombas dans son business plan par défaut, quand elles ne devraient être -au pire- qu’accidentelles. On multiplie les dépenses (en entretenant la petite) au lieu de bâtir son avenir et celui de ses enfants, on fragilise son couple (car la djomba trouve toujours le moyen de faire connaître à l’épouse son existence), on s’expose aux maladies (peu d’hommes vérifient le bilan sanguin de leur 2e bureau avant d’arrêter de ce protéger) et on peut même rentrer dans un système complètement chaotique d’enfants adultérins, qui pourraient être psychologiquement marqués par un statut de progéniture « du dehors ».

    Le développement économique commence dans la tête et à notre petite échelle individuelle. Même si nos pères, grand-pères, frères, amis l’ont fait, entretenir permanemment des femmes en marge de son mariage n’est pas un choix
    judicieux sur les plans économique, spirituel, sanitaire, familial, surtout quand on est jeune. Il est mieux de mettre cette énergie à faire de son couple quelque chose d’intéressant, rendre sa femme et ses enfants heureux (pas seulement avec son salaire mais avec une présence, du partage et des attentions) et si le coeur n’y est vraiment pas/plus, se séparer en bonne intelligence.

    Ce n’est que mon modeste point de vue. Bonne continuation.

    1. Cher (e) Oboso, si la vie était aussi simple que les paragraphes que tu viens d’énoncer, l’autre femme qui chante là n’aurait pas eu ces paroles désormais célèbres: « Mais qu’est-ce que tu cherches même dehors? ». oui, mes références sont étranges, mais voilà, ce n’est que mon modeste point de vue 😉

      1. Cher Nguimbis, effectivement ta référence ne me parle pas, autrement elle m’aurait certainement fait sourire. 🙂 Mes paragraphes ne sont pas plus simples que ton excellent article, qui malheureusement élude les limites moins drôles de la double vie de l’homme bantu. Non, ce n’est pas simple, car les conséquences ne se limitent pas au jeu du chat et de la souris avec Madame, ou à de petites scènes de ménages. On en rit, on se résigne, « c’est comme ça » . Mais comme la corruption, les dysfonctionnement de Camwater, AES et autres « charmes » de la vie au Cameroun, on est en droit d’aspirer à mieux, que ce soit simple ou pas. Peace !

        1. Qu’on se comprenne bien: je ne fait en aucun cas l’apologie de l’infidélité. Je pose des faits et comme j’ai tenu à le préciser je ne suivrai personne dans le débat de « faut pas généraliser ». Je suis un camerounais, ancré dans son époque et mon blog n’est pas une espèce de Bible ou d’ordonnance censée améliorer les gens par des séances de lecture hebdomadaire, non Je dis les choses comme je les pense et les perçois, et si autant de personnes ont décidé de me suivre et de partager mes idées, c’est forcément qu’elles leur parlent, ce sur quoi ma foi je ne vais pas cracher.
          Je suis un camerounais, vivant au Cameroun et j’ai décidé de faire de cet espace un endroit où je pose les instantanés de la société dans laquelle j’évolue.
          Je suis conscient que ce billet heurte certains et gêne la plupart car la thématique concerne beaucoup d’entre vous. Et alors? Je n’écris pas en pensant à l’effet provoqué sur les gens. Je n’écris pas en pensant au « qu’en dira-t-on », j’écris en m’efforçant de respecter les valeurs d’honnêteté, et d’objectivité qui sont le terreau de mon éducation. Je suis conscient de ce que quand ça concerne Paul Biya ou AES ou Camwater, ce soit amusant et que tout le monde soit d’accord, mais que quand ça concerne la personne qui partage notre vie et avec laquelle parfois on lit l’article, ça mette mal à l’aise. Je n’y puis rien.
          Et puis, dire que l’amour pour un bantou c’est ceci, c’est cela n’est pas refuser d’aspirer à mieux, c’est poser le miroir devant une société où pour une raison ou une autre certaines choses sont du domaine de l’acquis et ne souffrent d’aucune indignation, d’aucun débat, contestation ou protestation.
          Je ne sais pas si c’est en étant fidèle à une femme qu’on réussit à faire de grandes choses qu’on bâtit une société prospère, je n’en sais rien, vu que je n’ai jamais été marié ni maqué! Je sais juste que je vis dans une société où l’infidélité est de mise et cela part de mes observations qui concernent la quasi entièreté des classes sociales de ce pays entre lesquelles j’ai la chance de naviguer. Pour le reste, chacun juge en fonction de ses codes moraux et de ses principes.
          Et puis, voilà des bantous qui font leur coming-out et qui parlent de leur fidélité. C’est la preuve que tout n’est pas gris au pays des crevettes.
          Un jour peut-être, j’écrirai un papier sur les bienfaits de la fidélité à une femme, mais faudra que j’attende d’avoir quelqu’un dans ma petite vie de bantou.

          1. Florian, sans avoir besoin de te flatter, je dirai que ton article est un véritable miroir de notre quotidien. en le lisant, je croyais que tu parlais de moi.

      2. tu as tout dit . que oboso nous reserve sa litterature la pour sa these de sociologie; nous sommes ce que nous sommes dans le pays de nos ancetres et non dans un monde merveilleux et livresque dont seul oboso connait l adresse.
        pour revenir a l article
        1. je me suıs faıt traiter de  »petit inefficace » par un tonton a quı je n ai pas pu degotter le telephone d une voisine de quartier qu il  »traquait »
        2. ngimbis vraiment tu nous trahit deja trop……
        j ai dit a une fille(petite) un jour qu il etait facile de reconnaitre un menteur a ses clignements d yeux. en fait je me premunissais par rapport a un interrogatoire futur…….mais la tu viens de me verser comme ca.
        heureusement  »mes dossiers » n aiment pas beaucoup lire. elles preferent regarder  »l incroyable famille kardashian » ou  »’secret story »

        1. Merci pour cette excellente réponse Obôso.

          Je me retrouve dans tes propos.

          Ca fait deja 5 ans que je suis avec une seule femme. Pour moi la fidélité c’est une valeur importante pour la bonheur familial.

          Je suis humain, des accidents ca peut arriver.  » Never say never ».

          Mais je pars avec un principe de fidélité, par conséquent s’il arrive que je sois infidèle ce sera purement accidentel. Par contre ce que je retire de l’excellent article de Nguimbis c’est cette acceptation de l’infidélité.

          Je ne me retrouve pas dans ca.

    2. True talk Obôso!
      Très contente de savoir qu’il existe des hommes qui pensent ainsi, quoique je comprenne parfaitement le raisonnement de Monsieur Ngimbis; raisonnement qui a toute sa place dans cette société dévaluée de tout pragmatisme!

    3. Décrire le Pire pour qu’advienne le Meilleur… Cette société-nôtre a besoin de thérapie de choc.. Les temps sont dures et c’est grand’averse là-dehors….

  3. Qu’elles le comprennent. on ne fait pas expres. c’est notre comme ca. biologiquement polygame, mais socialement monogame. Vraiment je demande meme pardon aux femmes eiin parceque ca fait mal, mais prenez ca comme une maladie dont vous devez trouver le serum. bisous, un home fidele….a toutes ses go

    1. alima ne te fache pas. c est un billet un tantinet humoristique. on a pas dit que tous les gars (donc ton gars ) sont forcement infidels.l article c est je suıs camerounais je suıs ınfıdele et non nous sommes camerounais et nous sommes infideles. donc tu peux exclure ton gars sans pb de ce lot.
      cet article a un merite quand meme ca previent l avc sentimental.

  4. En tout l infidelite c est le medicament qui fait qu’un homme reste avec la meme femme pdt 50 ans.mais coe l agent vecteur a mute (panther) mesdames faitent gaffe Ca risk d etre le medicament qui fera ke la partie de la loi portee sur le divorce n aura plus ocun secret pour vous

    1. si tu pouvais expliquer ca a alima ta soeur tu aurais sauve un camerounais, victime en puissance d un crime passionnel ou une camerounaise partie trop tot de suite d un  » avc sentimentalo – jalousique »

  5. Ok Florian, j’ai bien lu tout ça, j’ai bien ris mais je maintiens ma philosophie! Je vais sauf que continuer à flicquer mon Bantou, au moins il aura de la difficulté à se déployer!!! hihihhihi

  6. Il y a un problème mathématique: il n’y a tout de même pas un homme pour 2 femmes au Cameroun, donc si l’homme est systématiquement polygame, les femmes le sont aussi dans une certaine proportion. Cher Florian j’attends ton point de vue sur la question.

    1. Gadjomel, il n’a pas dit que ces femmes ne fréquentaient chacune qu’un seul homme.
      Mais de toute façon, je suis persuadé qu’il y a beaucoup d’hommes fidèles. Beaucoup plus qu’on ne le pense. Et même si certains ont été infidèles, cela ne signifie pas qu’ils ont permanemment un deuxième bureau. Ça peut être un accident ponctuel

  7. Mr Nguimbis. Il faut savoir que tu es un auteur de référence et que tu es lu à l’international désormais. Donc quand tu écris un truc comme « le camerounais fidèle n’existe pas », tu fais franchement foirer nos plans ici… Bon…

      1. je trouve cet article inutile car ce truc que tu racontes sur le « cameroun » est un fait qui exsiste dans tout le monde entier. tu essaies de faire parler les gens et tu blesses la sensibilité des autres…et je te le dis, il existe bien des hommes et des femmes fidèles pour toute leur vie…ca se voit que des camarades avaient un souci d’affection et d’attraction

  8. il y a plein de blessés mais beaucoup de vérité car je ne pense pas que les femmes elles mêmes soient des exemples de fidélité, elles aiment se faire draguer, accepter les invitations des prétendants même si elles ne vont pas loin elles se font plaisir mais si elle trouve leur homme entrain de le faire à une autre c’est tout un spectacle. bref bel article

    1. oui elle aiment se faire draguer., et tu penses que c’est pour rien ? laisse moi te dire que une femme (je ne parle pas des femmes fondamentalement materialistes car toutes le sont) qui se sent aimé et courtisé par son homme n’ira pas chercher ailleurs…aime ta femme tous les jours comme au premier jour et le jour ou tu ne le fera pas ele comprendra que tu le fais souvent et elle restera tienne. mais si tu la delaisse plus que tu ne lui montre ton amour c’est normal q’elle ira chercher de l’affection ailleurs…aucune fe,mme n’est vieillissante dans ce domaine…parole d’une femme mal aimée

  9. Je suis une lectrice occasionnelle de ce blog que j’aime bien parcourir pour me replonger dans l’ambiance du mboa. mais je dois dire que la je suis pas trop d’accord avec ton analyse… Je partirai plus sur l’idéal dont parle Obosso, on ne se marie pas pour souffrir ou pour faire souffrir la personne qui est sensé tout partager avec soi. si c’est cela à quoi bon. Je concevrai à la limite que l’infidélité soit le fait d’une erreur passagère mais en aucune façon ne serait tolérable dans les termes que tu as décris ci dessus. Je ne flique pas mon époux et pourtant je le sais fidèle. certains vont rire et se gausser mais il en existe et pas parce qu’il serait moche ou pauvre au contraire le tout par idéal. Quand on fait souffrir quelqu’un le problème c’est que la roue tourne et que le mal revient forcément à celui qui a fait souffrir sa moitié. si la femme ne réagit pas et endosse tout tôt ou tard ce sont les enfants qui s’en chargeront et de la pire des manières qui soit pour leur père, on en a vu et on en voit ici chaque jour les cas sont légions. Très souvent ces pères de famille ces maris qui se sont laissés attirer par le chant des sirènes sous prétexte d’une situation financière prétendument attrayante finissent mal très mal, seul à regretter ce qu’ils auraient pu avoir au soir de leur vie si seulement… et pourtant le temps passe et la rancune de la progéniture est souvent terrible. Je conseille aux hommes de penser à leur vieillesse à leur bâton de vieillesse et aux conséquences possibles de ces comportements qui n’apportent que souffrance dans leur famille et jouissance passagère.

    1. Je croyais que l’honneur m’aurait été fait de répondre à mon post. Ton blog donne des thèmes de réflexion sur les problèmes du pays mais je pense humblement qu’on ne doit pas s’arrêter au moment présent mais aussi entrevoir les conséquences a venir des actes que nous posons.
      Bien a toi

    2. Mme Salome and Obosso, you overwork your brains here. I dont think Nguimbis is preaching infidelity. He has simply highlighted a societal evil in comic terms and for reading pleasure. What matters most here is style. He statrted off by warning everyone that he was not here to argue with those ready to talk of him « generalising » . Take it as a satire on societal ills related in the common man’s language and from his corner, and you will understand Nguimbis better.
      Whey you diagnose these ills as he just laid them bare here, wouldnt you know how to help yourself and advise others?

  10. Ngimbisssssss !!!! encore toi ! tu vois alors ce que tes pics créent??? c’est devenu la panik totale des « je ne vois pas les choses comme ça ». Mais la vérité reste là et ne bouge pas. tout ce que tu as dit est VRAIIIIIIIIIIIII jusqu’à l’infini et je puis t’assurer que ceux qui veulent se dédouaner sont les vrais jongleurs dans cette affaire. Toc !

  11. Bien le bonjour cher Nguibims, merci d’avoir tourné le miroir vers tes congénères!

    Je suis d’avis que l’infidélité est une déperdition d’énergie, d’émotions, d’argent, d’objectifs et de potentiel ; telle est ma conviction intime!

    Cependant je me vois obligée d’admettre que, bien qu’elle soit dommageable, l’infidélité masculine (puisque c’est d’elle qu’il est question ici) est une tendance de fond dans la société camerounaise… D’ailleurss elle n’est plus seulement une tendance, elle est désormais installée et socialement acceptée … Next step : sa caution morale. Tiens, la 2ème partie de cet article aurait pû être intitulée « Ethique de l’infidélité masculine contemporaine au Cameroun » !

    2 points d’analyse que je souhaite partager pour discussion :

    a) Ces mâles « Bantu » autant que la société s’interrogent-ils sur ce que cette tendance marquée à l’infidélité révèle d’eux?
    Capacité à profiter de toutes les opportunités qu’offre la vie ou incapacité à résister à ses pulsions? à choisir? à se responsabiliser? à identifier ses priorités et à s’y dédier pleinement? à construire?
    Suivisme? (on dit l’argent et/ou le pouvoir aphrodisiaques, mais au camer le phénomène est trans-classes sociales: pas socialement marqué)
    Incapacité à se conformer aux règles, qui dans le contexte camer a abouti au mépris de la sanction?
    == Le mec camer lamda n’ayant pas peur de la sanction – encore qu’en bon « mâle Bantu » il ne saurait se laisser dicter sa conduite par une femme, fut-elle la sienne – il enfreint allègremment les règles fixées ensemble en attendant toutefois de sa partenaire qu’elle les respecte … Convaincu qu’il est de lui avoir fait une faveur en l’épousant ou en faisant d’elle sa titulaire! De toutes les façons, si elle n’accepte pas ses « habitudes de mâle Bantu », elle n’a qu’à vider les lieux, il y a pléthore de candidates prêtes à la remplacer au pied levé… and so on, and so on …

    b) Ainsi, comment réclammer de l’affection et du respect d’une personne (feminine ou masculine) à laquelle on n’en donne pas? Surtout lorsqu’on la conçoit comme étant interchangeable?

    Aussi, suis-je convaincue que le « mâle Bantu » a l’épouse,ou la nga, ou la ndjomba, ou la panthère qu’il mérite : celle qui est à son image … Peut-être est-ce pour cela que la « femme camerounaise » today est si critiquée et décriée : par un effet miroir elle renvoit simultanémment à ce que le « mâle Bantu » est dans ses aspects les plus sombres d’une part, et à ce que la société a fait d’elle d’autre part.

    C’est dans la paix oooh!

    1. Très bonne (s) question (s) ! –> »Ces mâles « Bantu » autant que la société s’interrogent-ils sur ce que cette tendance marquée à l’infidélité révèle d’eux?
      Capacité à profiter de toutes les opportunités qu’offre la vie ou incapacité à résister à ses pulsions? à choisir? à se responsabiliser? à identifier ses priorités et à s’y dédier pleinement? à construire?Suivisme? « 

    2. Tout est si bien dit dans cette réaction…Affaire d’époques, trait symptomatique de notre dérive sociale refusant toute norme…
      Au fond, on pourrait prendre n’importe quel domaine, l’écart de la norme est désormais installé parmi nous et on jongle bien avec jusqu’au jour du grand tsunami ou désastre collectif, peut-être alors saurions nous ce qui est advenu de nous et de notre société…Grosse course au suicide collectif presque!

    3. oui c’est comme l’apocalypse dans la bible…ce que vous faites aux femmes camerounaises , à nous vos soeurs , certains de vous le recoltent ici et le pire c’est que malgré cela la femme est toujours considérée comme celle là qui doit tout subir sans dire mot mais qd elle vient à etre traitée comme celle de la video de Youtube ou le mari terrifie sa propre femme avec l’arrache clou lui demandant de faire des partouses et la considerant comme la nourice de ses enfants fait dehors, c’est la meme sociéte qui vien se jeter jouant les hommes de cour…à en croire à l’appelation de femme en plusieurs langues bamileke dt je fais partie,ma mère nous dit tjrs que la femme est née pour subir et souffrir et ca c’est pas faiux…mais c’est pitoyable

  12. Bonjour
    Je viens de découvrir ton blog
    merci pour tes analyses pleines de bon sens
    Bien vu! Sauf que les femmes délaissées trouvent
    de plus en plus des petits
    Merci je continue la découverte de ce merveilleux univers.
    Et je m’abonne à la news
    Bonne journée
    Frieda

  13. Trop Trop Fort Guimbis! J’adore ton style, tellement profond qu’on a de la peine à saisir ses subtilités! Tu place un miroir face à notre société, ceci dans tous les domaines et tu décris ce que tu y vois. Je ne sais si le plus à plaindre c’est d’être surpris que le tableau final soit hideux ou bien de se rendre compte que certaines habitudes ont été normalisées.
    D’ailleurs un lecteur (Kansé) l’a si bien décrit,quelque soit le domaine, de « la Capacité d’un Bantu à profiter de toutes les opportunités qu’offre la vie ou incapacité à résister à ses pulsions? à choisir? à se responsabiliser? à identifier ses priorités et à s’y dédier pleinement? à construire? »
    Aujourd’hui tu t’attaque à un domaine sensible, le Bantu et sa vision du couple. Avant on a eu le Bantu et le patriotisme,l’émancipation , le mariage, (…). Demain ce sera peut être le travail , mais toujours est -il qu’avant de vouloir en finir avec ses boutons, il est nécessaire de se mirer , ne serait ce que pour connaître leur position.
    Mon Plus: « Oubliez le truc de l’anneau nuptial mesdames, il n’a pas sauvé Gollum, il ne vous sauvera pas. » Sérieux, tu prends ton inspiration où??

  14. Mr Nguimbis, votre article montre vraiment la réalité de l’infidélité au Cameroun, voire en Afrique. Recevez mes humbles félicitations.
    Parlant d’infidélité, je déplore dans notre société, le fait que certains refusent de parler de sexualité avec leurs épouses, ils jouent aux pudiques à la maison et vont réaliser leurs rêves érotiques avec d’autres femmes. Ils disent parfois que leurs épouses sont trop vertueuses pour faire certaines choses. Ne le savaient-ils pas avant de les épouser? La sexualité doit faire partie ou est même le 1er critère de choix d’une épouse. C’est-à-dire l’homme doit épouser la femme qui va le  » sèkèlè » à sa mesure, ainsi il aura les pieds sur terre et ne va plus planer dans tout le pays à la recherche de filles à b…
    De toutes les façons la femme trompée endosse, mais un beau jour elle se trouve aussi un petit et l’homme trouve que ce n’est pas normal.
    Chers hommes infidèles, convertissez-vous, devenez fidèles, soyez PRESENTS dans vos foyers et vous aurez une vie heureuse, vous vivrez le paradis sur terre.

  15. Ce qui fait alors drole Florian c’est de voir l’infidèle Bantu cocu! weeeh !!! meme Akaomanga ne fait plus pitié comme ca! Il se souvient de tout du coup! De Dieu, de sa mere de ses lecons de catéchèse! Il oublie que c’est lui qui a rendu normal dans sa maison l’irrespect du couple et du mariage. J’en connais meme qui ont déclaré que leur femme avait été envouté par l’autre! Ah les bantou Camer! je vois des réactions d’hommes ici qui disent , mon principe c’est la fidèlité l’autre c’est l’accident! ceux la sont de la pire espece non non non ! Ceux la n’entretiennent pas des maitresses! Ils ont des go comme on casse une au bar! Allez je vous laisse…

    1. c est clair et net.
      1 – on ne citre pas les contemporains mais le spectacle de l arroseur arrose est mortel. quand un noceur invetere decouvre que sa compagne le fait cocu? ce sont les pleurs que tu veux voir ? maamaa ! le type pleure partout. chez les tantes oh chez les  »beaux » oh chez les collegues oh ,chez le pretre ou le pasteur oh . il ne crie pas son chagrin ou?
      tout en oubliant que qui seme le vent recolte la tempete.

      2- celui qui parle de  »tromperie future par accident » c est un refoule hypocrite. c est le comble de la malhonnetete. donc il a meme deja prevu les circonstances de son futur adultere et il nous parle de principe de fidelite. mon frere assume toi ou reste tranquille , mais ne vient pas nous donner des lecons de morale bancale.
      avis a toutes un mec quı a ce genre de discours vous fera plus de mal qu un bon vivant assume

  16. Je n’ai plus la référence, mais une étude avait été publiée sur le cas de l’infidélité caractéristique des hommes antillais. l’étude faisait remonter la cause à l’époque de l’esclavage. L’homme « dominé » économiquement et impuissant socialement se rattrape là où il peut… Et je me demande si on ne peut pas faire un parallèle avec le camerounais à l’heure du roi lion, du franc CFA, de la banque mondiale et du FMI… à qui très peut d’initiative créative est laissée. Ce n’est pas un homme très libre, ni très maître de son destin, ni en tant qu’individu, ni en tant que peuple. Et il faut bien que l’énergie créatrice sorte quelque part…

    1. caah mon frere!!!!!!!!!!!!
      quelle defense pour tous tes freres infideles.
      sı tu n es pas avocat mon gars c est que tu t es trompe de vocation.
      donc c est le f cfa que je depense au max pour conquerir mes  »gibiers » qui est meme la cause de mon ardeur a cette tache.
      oh , papa, quel malheur si les kmer savaient ca !

  17. J’ai lu l’article, avec tous les commentaires *ce qui était vraiment trèèès long*, et j’ai l’impression que le débat ne se pose pas au bon endroit.

    Mr Nguimbis, le truc le plus beau dans votre article ne se trouve pas à mon [très] humble avis dans votre clair parti pris selon lequel presque tous nos frères ont le syndrôme de la cuisse du dehors, je pense que sur ce point il n’y a pas à polémiquer, d’ailleurs les « mon maris est fidèle » n’ont de valeur que parce que ce sont des exceptions.

    Là où par contre j’ai été fasciné c’est par le nombre de détails quant à la manière très subtile avec laquelle vous avez trahi vos frères…

    Mesdemoiselles, cet homme vient de vous donner le mode d’emploi détaillé pour choper votre mari en pleine action, quant à vous messieurs qui saluez l’article en disant que c’est la vérité, rendez vous compte que vous êtes en train de donner le café à un gars qui divulgué toutes vos techniques…

    En bref: Essaye encore le coup de la tante à Soa si tu as le coeur…

  18. Relecture crue dépourvue d’artifice d’une vérité qui soliloque, ie parle seule.

    J’admire le style « nude » et la constance du Camerounais qui va à l’inverse des essais et conclusions anthropoïde-psycho-sociologiques reconnus décrivant l’homme noir, le nègre comme un être incapable de reconnaitre sa propre responsabilité dans ce qui lui arrive, et doté d’une forte propension à reporter ladite responsabilité à d’autres (êtres, choses, événements, etc..).

    Je salue surtout le courage d’un camerounais qui a eu les tripes pour..dire tout simplement les choses telles qu’elles sont sans complaisance aucune envers ses compères, mâles devant Dieu et devant les Hommes.

    Je félicite l’autopsie saisissante d’un Grand Corps Malade, celui des hommes au masculin. Un camerounais valable dis-je, autoproclamé et moi avec lui, prix Chantou de sociologie. Je dirai mieux, un Judas révélé. Gars comment oses tu trahir la cause et jeter aux femelles d’en face nos pichenettes cachées? Mbom tu forget qu’on te lit à l’international ? C’est quel genre d’image du mboa que tu veux gui aux gens?

    Idrissou, AES SONEL, la paix, ébène, les panthères, c’est pas les titres de billets qui t’ont manqué. Tu as speak d’ebola est qu’on a parlé? Tu laisses les Lions indomptables à qui? C’est quel qualité d’esprit patriote ça? Hein parce que dis-toi bien que quand tu écris sur les autres sujets là, gars on est à fond avec toi, les gens du mboa ci dérangent souvent. Mais mbom la légende de la djomba? Le NDEM man, la tantal naturelle du vrai ndem on ne te suis plus. Je dé-clique même à l’heure ci tous les « like » que j’ai twitté sur tes billets de kolo ! Que qui est infidèle? Pardon parle pour toi.

    J’applaudis le Camerounais qui du haut de son phallus, et visiblement en se mettant à dos d’autres membres, nous livre enfin les mystères cachés. La conscience zéro, on commençait déjà à s’en douter, le portable aussi d’ailleurs, mais la voiture? (la voiture de qui?), le petit beau? (le frère de qui), et même les trucs bizarres des films interdits? (lui aussi?).
    Ça fait trop de vérités là pour nos grands cerveaux malades déjà! On ne t’a pas dis que la femme est un sexe faible? Tu n’as pas suivi la chanson de l’autre part de perle lama « je veux que tu me mentes? » C’est même quoi ton problème?
    Nos mères se sont bien satisfaites de leurs AVC et problèmes d’Hypertension artérielle et « nerfs » pour que tu la rajoutes! ANTI ressaisi toi hein,le mari de qui est infidèle? Pardon parle pour ta sœur.

    Je relève la témérité du camerounais qui au final interpelle les consciences engourdies et blèsse. De même que Mathusalem , l’infidélité au masculin ne date pas d’hier. Je dirai même qu’elle est connue, juste que voilà il l’a dit le traitre, notre « quête existentielle » a ses raisons que la raison ignore.

    En bonne camerounaise , je commencerai par notre référentiel favori, l’ex ancien futur je ne sais plus trop, colon.
    De Valéry Giscard d’Estaing en passant par François Mitterrand et sa double vie, Chirac et les «5 minutes douche comprise» (oui tout en 5 minutes, douche y compris, lui meme le disait), en chutant sur le cas Francois Hollande, on peut vraiment dire que nous, que dis je , ils sont les fils authentiques de leurs pères. Un article intéressant, http://www.20minutes.fr/politique/1272427-20140110-precedentes-frasques-presidents.
    En janvier 2014 en France, parlons de leurs proches parents (aux membres camer), plus d’un homme sur deux (55%) admet avoir été infidèle, selon une enquête en ligne de l’Ifop, les dignes héritiers j’ai dit.

    Et si on essaye de « mondialiser », on trouvera DSK ex patron FMI, Bill Clinton ex je ne vous pas l’injure tout de même, il en sera de même pour David Beckham.
    Un article, non moins interessant, http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/infidelite_de_victoria_beckham_a_anne_sinclair_pourquoi_elles_pardonnent_139271
    Dans cette tentative de « globalisation » on tombera sur The monogamy gap : Men, love and the reality of cheating (Les hommes, la monogamie et la vérité sur la tromperie) d’Eric Anderson sociologue, paru en Février 2012. Un morceau choisi, « les hommes ne trompent pas parce qu’ils n’aiment pas leur partenaire. Ils trompent parce qu’ils veulent juste avoir des relations sexuelles avec d’autres. Et la société ne doit pas dédaigner cela ». J’ajoute le cadeau sur ça,  » la monogamie n’est pas un « système dans lequel l’homme peut s’épanouir ». Ma féministe dit NO COMMENT avec S.
    Je reconnais là un Camerounais à la pointe de son époque, lâcheur de frères d’armes et gâcheur de quêtes sempiternelles de gentes dames, camerounaises ou pas. Face à cette vérité aussi authentique que les frasques de DSK et Chirac, que dire aux Homo-camer, camerounais au phallus des temps modernes?

    Et bien, je citerai je ne vous dis pas qui: « Un seul mot, continuez! »
    Oui continuez , fidèles autoproclamés, infidèles non encore démasqués, pensez juste à toutes les éventualités. Pas celles de la découverte par Madame, femme du dedans, elle a été créée pour, pas celles non plus d’enfant(s) (il)légitime(s) de géniteurs de circonstances, vous n’en serez certainement pas les derniers, et je ne parlerai pas des IST, le SIDA est à présent un ancien succès.

    Je parle de l’éventualité d’une mutation dans le transcript de vos bien aimées, qui choisiraient de défier dame nature en « prenant leur destin en main », en goutant le fruit défendu pas tout à fait comme leur aïeule EVE, mais avec toute l’intelligence à elle transmise par vos gènes d'(in)fidèles dans votre cote perdue incrustrés. Les célèbres femmes de l’an 2000, qui ressemblent de moins en moins à leurs tendres soumises mères.
    Ha ka si elle tente seulement d’envisager de penser un semblant de mutation de ce type, je la tue et je la chasse, bordelle! N’est ce pas!
    Je respecte le camerounais vendeur de ses frères et révélateur de maux de ses sœurs avec ses billets à la biere non glacée. Notre quête existentielle abandonner? L’homme fidèle oublier ou sans ciller continuer d’y croire avec possibilités d’AVC, Hypertension artérielle, « Nerfs » à la clé? Question bien difficile avec autant d’enjeux sur la table, le bien etre des enfants, la réalisation de projets commmuns etc.. Et mon bien etre de femme dans tout ca? La femme , une avaleuse patentée de couleuvres, aventures toute durée et implications enfants et etc confondues?

    Butée face à cette réflexion, des femmes comme Bernadette Chirac et ses « mon mari, avec lui, les femmes ça galope » m’éclairent, des comme Hilary Clinton m’imposent le respect (si c’était moi TSUIP ANTI CANAL 2) , des comme ma mère et celles de plusieurs d’entre nous m’imposent le silence, « Ma fille sais tu seulement le nombre de fois ton père que tu vois ci m’a trompée? Laisse mon fils respirer, c’est la jeunesse, regarde vos enfants » ANTI le gars de qui même ? Que l’air est fini dans ma maison ? le père de qui?
    Sorry maman j’essaie de me taire mais j’y arrive pas, KAIWALAIE mieux on me dit femme jalouse; esseu j’en fabrique? le cœur c’est le caillou mbom? TSUIP

    Mais tout bien pensé, c’est ce calme , cette pondération devant les frasques tonitruants et répétitifs de nos pères à l’heure là en mode SCANDAL saison 007, que nos mères, au prix de leur ego volontairement sacrifié, dans le calme relatif nous on élevé (meme si on les entendait souvent s engueuler), de nous on fait des hommes et femmes responsables.

    Être une femme c’est aussi cela, le dur revers de la médaille, le nier, c’est ouvrir une sacrée boite à pandore. Celle du « do me I do you » avec pour corollaire un risque d’être démasquée avec à la clé au meilleur une vie amoureuse chaotique avec le conjoint désormais et à vie cocu, un divorce amer et douloureux au final, et au pire, l’éventualité de finir assassinée par le bien aimé, crime passionnel il s’en tirera croyez moi, mais qu’en sera t il de la dame une fois dans la tombe? Feue Mme Barbara Effioh LOKOMBE du crédit foncier- 09 Mai 2014,paix à son âme, jamais plus ne nous dira ce qui s’est réellement passé.

    J’aboutis et remercie ce Camerounais avocat – défenseur de ses soeurs. Tous les hommes sont (in)fidèles, du moins la grande majorité.

    Continuez donc chers camerounais de vos dames, tromper, d’être vous-mêmes, la vie à pleine dents, la croquer. Pensez quand même à l’épée de Damoclès que vous connaissez (démasqués, IST, nouveaux bébés) , et la mutation éventuelle de Madame en votre « en tous points » du moins en celui là , moitié copié-collé. Vous la chasserez, la tuerez même au besoin, votre petit équilibre en demeurera à tout jamais brisé, une autre vie à recommencer, s’il est dit que ça se bousculera toujours au petit portillon.

    Continuez aussi, chères camerounaises de supporter, de la saison 1 à la saison 100 , les « piches » du gars, quelqu’un n a-t-il pas chanté « j’ai le loyer à payer qui va le payer, j’ai les enfants à nourrir qui va me supporter, excuser ma vie » ? Ou bien de rendre tout aussi bien mais de grâce, en douce, il y a les enfants hein, vous connaissez les risques encourus.

    Le mot de la fin? QUE CHACUN PINGUISSE COMME IL PEUT et que celui qui n’a jamais trompé garde jusqu’ la fin son doigt levé.

  19. Athena je n’ai pas tout compris à ce que vous avez dit, mais si c’était une manière de faire comprendre qu’un jour les femmes aussi infidèle que les hommes alors j’espère vraiment que vous avez tort. Cela dit j’aime.

  20. Mon frère … tu bois quoi? wèèèè… c’est ça qui est la vérité !
    « L’homme fidèle est celui qui ne s’est jamais fais prendre » je témoigne vrai vrai !!! qu’on nous laisse le reste là.

  21. Je viens de découvrir ton blog et je trouve qu’il est très bien. Bon courage!
    J’ai apprécié le récit de la réalité conjugale au pays. Tu l’as écrit de façon brusque et franche, ce qui ne manquera de blesser certains.

    Pour ma part, le theme de l’infidélité du camerounais rentre plutôt dans le cadre de l’oppression de la femme camerounaise. L’homme s’offre ses ndjomba parce qu’il en a le pouvoir et il ne souffrira généralement aucunes consequences économiques ou légales (pertes du domicile familial, de la tutelle des enfants, pension a la femme, etc.) si son epouse divorce.

    Du coup, si tu sais que tu peux négliger tes enfants et ta femme sans consequence, tu le fais. Tu racontes donc, de façon brillante, l’histoire des abus qui surviennent au foyer camerounais.

  22. Le mari est toujours le dernier à soupçonner l’infidélité de sa femme. Le contraire n’est pas vrai me semble-t-il …Et ceux qui sont fidèles ne connaissent que le côté trivial de l’amour, alors que l’infidèle en connait les tragédies. C’est aussi ça se sentir vivant lol

  23. La question de l’infidélité de l’homme est traitée superbement. Très drole! Surtout pour un Français. Je me vois transcrire ça dans une vie parisienne…
    Ceci dit le pourquoi n’est pas traité, juste un peu commenté par certaines. Et bien sûr c’est l’homme qui est coupable; Et la femme opprimée.
    Un peu court pour parler de la question de la place du sexe dans les rapports homme – femme! Et si on causait un peu de ça Mr le blogueur (ou Mesdames)?

    1. Ah! Celine nous fournit la clef de l’énigme: Si les hommes sont infidèles c’est la faute de leur mère! Ouf .
      Ça m’explique pas tout de même pourquoi j’aime tant la peau noire!
      Enfin on peut pas tout savoir.
      Bonne chasse mes toutes belles…

  24. bonjour oui je l’ai bien connu il n’a jamais d’argent je l’aider financièrement, l’ébergé…..il me disait tjrs de trop belle phrases que g crue bêtement , il a 3 portables , on devait se marié mais un mois avant le mariage c’était l’effrondement g retrouvé des photos de lui au lit avec d’autres et chez moi pendant que gt au travail avec notre fille dans les bras d’une d’elles il était souriant sur la photo alors que sur chacune de nos photos je ne vois de sourir, a chaque femme il écrit comme a moi qu’elle est unique . A ce jour nous avons 2 filles et g encore enormément de mal a avoir étais aussi amoureuse et donné tant d’argent a me privé moi et mes enfants

    1. Je ne trouve pas sa bien c’est peut etre dans vos genes mais nous francaises ne connaissons point et c’est douloureux pour nous ,les enfants la famille

  25. Je ne trouve pas sa bien c’est peut etre dans vos genes mais nous francaises ne connaissons point et c’est douloureux pour nous ,les enfants la famille

  26. Mme Cam.
    Vous avez été victime d’une escroquerie sexuelle classique.Ce n’est pas une question de gène. IL vous faut comprendre que l’escroc sexuel ne s’adresse qu’à des femmes qui ont des fragilités affectives. Profitez de cette leçon pour vous interroger pourquoi vous vous faites escroquée.

  27. Plusieurs réponses possibles:

    – Il a besoin de rencontres sexuelles variées pour confirmer son identité d’homme.
    – Être père le conforte dans son identité sexuelle.
    – Il vient d’une famille ou l’escroquerie et le mensonge sont ou ont été pratiquées.
    Mais la question intéressante c’est toujours: Quels besoins personnels impérieux vous a poussé vers un tel homme?

    1. il me parlais comme personne ne m’avais parler avant, il disait qu’il en avait eu des rencontres de tout genres et qu’il avait besoin de stabilité à présent . Il me disait que j’étais à part et la seule et unique a ses yeux que nous deux c’était jusqu’à la mort…… entre autre il me faisait réver quand je l’ai rencontré j’étais sorti d’une relation assez dur 6 mois avant. On devait se mariers à la st valentin 2014 et la quand j’ai vu ressament ses photos d’eux chez moi, ses envois au cameroun à la mere de son enfants qui vit chez les parents de mr, il lui a meme écrit que j’étais juste une watt pour ces ways….. tout c éfrondait autour de moi

          1. Super, je vais parler langue moi aussi et dire  » je cherche une black pour mes ways ».
            Faisons un test: Je suis beau, libre, mature, très riche et les femmes sont folles de moi. Ça m’ennuie car elles ne pensent qu’à me mettre dans leur lit pour m’épouser pour mon argent. Moi je vous sens tellement honnête et désintéressée que vous me plaisez beaucoup.En plus vous avez déjà des petits et je voudrais tant avoir des enfants pour les aimer et m’occuper d’eux.
            Je n’ai qu’un défaut : Je suis blanc, français et si vous m’épousez vous allez devoir hériter aussi au décès de ma mère qui est très riche.
            Est ce que vous commencez à vous sentir envahie par une émotion?

  28. Et bien voilà une explication tout à fait valide pour éclairer vos failles: l’adoration ou le dégout. Vous n’acceptez que les situations extrêmes. Besoin d’émotions fortes positives ou négatives. Pas étonnant que l’autre vous ait envoyée au ciel avec une seule main…
    Attention quand ça va revenir. Car dès que le dégout vous aura bien nourri vous risquez de replonger dans une histoire de fous.
    Tant pis je vais continuer à chercher une black pour mes ways avec de beaux enfants très jeunes :- ))

  29. bjr,
    je ne pense pas vous connaitre . Je ne fais que vous renvoyer l’image de vous donnée par vos réactions.
    A ce propos une petite pointe d’agacement ou de colère sont perceptibles. Mon doigt aurait il touché une zone sensible?
    Je suis sur que vous avez de très beaux enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *