Je suis camerounaise, je suis une panthère

Qui va se négliger ma copine?
Qui va se négliger ma copine?

Certaines femmes me détestent. En bloguant, je suis très souvent tombé sur des représentantes de l’autre sexe, le prétendu faible, qui ne se cachent pas pour me faire savoir qu’elles haïssaient le ton machiste, sexiste et limite misogyne de mes textes. Je serais un mâle en mal de domination (le jeu de mots est de moi hein?) qui cache ses petites couilles derrière des textes pourris. Hé Dieu! On insulte ta créature tu te tais?

L’une des raisons de ce matraquage  est le fait que je persiste à appeler les femmes « lianes ». Terme moyenâgeux selon ces amazones, guerrières du genre qui y voient une connotation que moi-même « l’inventeur » je ne perçois pas. Les critiques hein?

Liane n’est pas un mot péjoratif, j’ai voulu mettre dans ce terme tout le bien que m’inspire la femme camerounaise, douce au regard comme au toucher, souple quand elle est verte, rigide quand elle est sèche, mais qu’on aime peu importe son état. Mais ne croyez pas que je veuille être gentil, la liane a son pendant négatif: la panthère. Oui laissons un peu les lianes et à travers cette chronique animalière, découvrons le félin le plus redoutable de la jungle camerounaise.

De l’espèce panthera, de la sous-espèce panthera negra, la panthère camerounaise n’est pas forcément noire. En effet, l’utilisation d’une gamme de produits « éclaircissants » peut très vite la transformer en panthère couleur fanta-coca. Idéal, car dans la jungle camerounaise, les mâles raffolent de la couleur blanche… Signalons néanmoins que nous devons cette mutation génétique aux laboratoires Biopharma, Nobel du cancer en vue…

Une panthère est une femme intéressée, une camerounaise qui chasse le gibier le plus pervers du monde: le mâle plus ou moins fortuné. Non reconnaissable à son pelage, comme nous l’avons mentionné plus haut la panthère se reconnaît plus à ses attributs et accessoires qu’à autre chose : smartphone Samsung ou Iphone dernier cri, tablette haut de gamme pour se mirer, Louboutins interminables, sacs à main hors de prix aussi grand qu’un conteneur, mèches de toutes les nationalités sauf camerounaise, la panthère est branchée! Pas forcément belle mais avec du style. Le dénominateur commun de tout son attirail étant le fait qu’elle n’ait rien payé et se soit tout fait offrir. La devise de la panthère pourrait être « Qui va se négliger ma copine ? ».

Comment savoir qu’on est en face d’une panthère? Le caractère de cet animal se révèle très tôt. Dans la cour de la maternelle déjà, la panthère mange le pain de Toto son petit camarade de classe et garde le sien pour plus tard. Au lycée, la panthère fait faire ses devoirs par Mboutman contre un sourire, en fac la panthère convainc Mougou de faire ses TD. Votre panthère de voisine vous fait porter son régime de plantain sous le soleil pendant qu’elle est sous l’ombrelle. Des signes précurseurs qui laissent deviner le futur caractère de l’animal qu’on a en face de soi.

En couple la panthère, ne paie rien, « tu es l’homme non? Il faut payer, même si je travaille! »

Au travail, la panthère se contente d’entrer dans les bonnes grâces du patron et d’exister à travers lui : Gervais, pardon, le patron a dit que tu dois…

Ambitieux, avide et dénué de tout scrupule, c’est un animal à sang froid. Oui, capable de croquer le bendskinneur (ah oui une moto équivaut à 3 000F de recette journalière, ça peut servir pour l’achat de vernis hein?) comme le milliardaire le plus fortuné (demandez à Eto’o), la panthère ne rit pas, sauf quand on la paie pour. Potiche qu’on sort et qu’on traîne dans des soirées sélect ou ennuyeuses, la panthère captive le regard, fascine, tue. Elle est partout où il faut être, car elle a des proies partout où il faut. Concerts hors de prix, soirées VIP et hautement sélect, la panthère, vit et croque la vie avec son bantou de compagnon.

Sur les origines de l’animal les théories abondent mais jusqu’à présent aucune n’est assez crédible pour expliquer comment de femme forte et garante de la stabilité de la société, la camerounaise a muté à l’état de panthère. Des légendes racontent que dans des temps anciens, bien qu’absente des débats masculins, c’est la femme qui façonnait dans l’obscurité d’une cuisine ou d’une chambre à coucher les paroles que son mari prononcerait en plein jour. Personne ne sait comment cette même femme s’est retrouvée de nos jours à l’état de pot de fleur sur pattes, de panthère, sûrement la faute à la Fecafoot, ils sont coupables de tout ces gens-là.

Les institutions en charge de la faune sont par ailleurs inquiètes, car la nature dans le souci d’équilibrer les choses a engendré une mutation des hommes. En effet, certains mâles sous le coup de la fascination panthérologique se réveillent un matin avec une seule idée : fuir au plus vite l’envoûtement de l’animal. Certains, les célibataires, atteints du syndrome bamiléké enverront de toute urgence une photo d’eux au village pour que leur mère leur recrute une jeune vierge procréatrice. Les autres, les mariés rentreront tout simplement dans le giron de leur femme, pagnes Wax dans une main, bijoux dans l’autre en chantant « me voiciiii, chérieeeee, me voici comme un enfant »

Délaissée, la panthère aura deux réactions déterminées par la façon dont elle aura géré son gibier :

Si au-delà des Louboutins, tenues de luxe, resto chics et autres gadgets, la gourgandine aura su mettre des fonds de côté et investir dans un commerce rentable ou se dégoter un job grâce aux relations du pigeon, elle n’aura qu’on commentaire: « un chien vert comme ça! Il me donnait même quoi ? ».

Si par contre, abandonnée à son tourbillon de luxe et de vampirisme fiduciaire, la belle se retrouve privée d’eau à cause de la fermeture du robinet de F  Cfa, ce sera le début d’une longue action en justice: sit-in devant le domicile du gars avec des pancartes portant #BringBackMesFesses #BringBackMesSeins. Accompagnées de la phrase-slogan : « il m’a perdu le temps ». Hé oui! Messieurs, la location de vagin coûte cher à Yaoundé!

Pour finir, il faut relever que la panthère est anthropophage, elle mange ses congénères. Dans toutes les affaires impliquant des femmes, on ne l’entend pas parler du statut de cette dernière. On n’entend pas des femmes dignes de ce nom frapper du poing sur la table pour réclamer une quelconque dignité dans leur traitement. Viols, dot, veuvage, politique du genre, excision, repassage des seins, privation de liberté, on n’entend ni ne voit les femmes faire bloc, ni les panthères rugir. Juste des miaulements épars : « Aka! Quand elle mangeait, c’était bon, maintenant il faut supporter! » Etat de choses qui fait dire aux scientifiques que l’espèce aurait encore muté, on ne parle plus de panthère, mais d’esprit de panthère, donc, transmissible.

La jungle camerounaise situe son émergence d’après les sorciers qui la dirigent en 2035, mais il y a fort à parier sur le fait que si la femme camerounaise compte sur l’homo camerounus pour la rendre émergente, celle-ci aura lieu autour de 3035. Qui vivra jusque-là nous dira si dans la foulée la panthère camerounaise aura été classée espèce protégée. Réflexion machiste peut-être, camerounaise sûrement.

« Brise ta chaîne ou endure la, ne tire pas dessus » Jean Rostand [Pourquoi? bah parce que ton homme dort]

Réalisé en collaboration avec National Géographic

Dédié à Stéphanie M. une « féministe » sur le retour qui nous a insultés trop vite.

Texte et scénario Florian « le misogyne » Ngimbis

Peace mes lianes!

The following two tabs change content below.
Florian Ngimbis
Florian Ngimbis s’est fait remarquer en remportant le Prix du Jeune Ecrivain de langue Française 2008. Ses nouvelles ont été publiées dans plusieurs recueils et revues littéraires. Documentaliste diplômé de l’ESSTIC de Yaoundé, community manager et écrivain, il blogue à ses heures trop souvent perdues. Il vit à Yaoundé au Cameroun. Le blog Kamer Kongossa a été primé en 2012 lors des prestigieux Deutsche Welle Blogs Awards (The Bob’s) dans la catégorie « Meilleur Blog Francophone »
Florian Ngimbis

Derniers articles parFlorian Ngimbis (voir tous)

36 réflexions sur “Je suis camerounaise, je suis une panthère

  1. Franchement Florient, tu as une plume succulente…Je pense que tu pourrais faire éditer tes écrits sous forme de chroniques dans un journal camerounais, tu y as ta place.

    chapeau!!!

  2. Trop bien dit j espère que les panthères vont se ressaisir et retourner dans la jungle réapprendre à chasser et à se nourrir sans les hommes ! Mes frères vous aussi arrêtez de sortir l artillerie lourde lorsque vous voulez une femme la relation s en trouve biaisée des le départs et vous vous plaignez que la location de vagin coûte cher…arrêtez de vous comporter en louer mais en propriétaire qui pense non à un plaisir éphémère ou à des raisons égocentriques ( impressionner ses amis, revanche sur la vie, tirer un coup et j en passe ) mais à bâtir sur du long terme. Parceque même la fille Maria le du village peut très vite se transformer en requin.

    1. Marie depuis 1 0 ans ma femme camerounaise se fait entretenir a cent pour cent et accumule des sommes phenomenales en subtilisant une part sur tout mouvement d argent au sein de la famille.sommes cachees sur les comptes de ses proores enfants.peut etre atend t elle d avoirr tout pris pour se separer de moi.en disant il me donnait quoi!.

  3. Bravo Florian. Il faut souvent dire les choses telles qu’elles sont et tu les dis parfaitement bien et avec ton humour particulier. Merci et félicitations

  4. « sacs à mains hors de prix aussi grand qu’un conteneur, mèches de toutes les nationalités sauf camerounaise » Que des remarques plus que vrai. Chapeau mon frère pour cette belle plume que tu as.

  5. Me qualifiant moi même de liane selon la définition de Mr Ngimbis, j’ai ris à la lecture de ce nkongossa, la peinture faite de la panthère est drôlement fidèle et réaliste. Pour qu’émerge une nouvelle espèce il faut bien un environnement favorable, du moment où beaucoup les « mboutmans » sont attirés par les artifices, nos sœurs les panthères ont de beaux jours devant elles 🙂

  6. Hello Ngimbis, billet savoureux, humour caustique et exquis! Ta marque de fabrique, je t’en félicite! Cependant, bien que je goûte à ton humour, j’y décèle des relents de misogynie.
    Ceci n’ôte rien au réalisme de la fresque que tu dépeins, elle est d’ailleurs digne des meilleures toiles du Douanier Rousseau, mais il serait bon de changer d’approche de temps en temps, car de mon point de vue « l’homo camerounus » a la femme oups la « liane » ou la variété « panthera negra » qu’il mérite!
    En clair, la femme camerounaise (« liane », « panthère », « wolowos »…) est à l’image de l’homme camerounais : ils se méritent mutuellement …
    C’est dans la paix oo!
    Bonne fin de journée

    1. Bien d’accord avec toi chère amie. Le but du billet est d’ailleurs de se mettre dans la peau de cet homo camerounus machiste, sexiste etc et de parler de la panthère de son point de vue. La « mysoginie » du billet est assumée, mieux, voulue. Bonne journée dans la paix de la jungle.

  7. Bien sur que la location coute cher a yaoundé et a Dla c’est pire! Vous pensez qu’on multiplie les bussiness pour augmenter les sources de revenus pourqoui ? Pour manger le soya de 5000 au lieu de 1000 frs ?
    Comme quoi les panthères contribuent au developpement economque du pays

  8. Tu es plutot dur avec ces femmes. Je pense que tu devrais aussi fustiger les hommes qui les entretiennent et la société qui considère qu’une femme ne peut vraiment réussir qu’avec un homme à ses cotés. Je ne défends pas ce genre de femme mais je pense que tu n’as présenté qu’une facette du problème.

    1. tu as raison Steeves. Présenter les 2 facettes duproblemes aurait été plus interressant. Comparé á tes autres écrits, je dois dire que cette fois ci, c´était assez fade! J´ai eu l´impression á lecture qu´aprés de long mois de silence, il te fallait á tout prix écrire un truc lol.
      J´éspere retrouver des meilleures textes de nouveau.
      Peace

  9. « brise ta chaîne ou endure la, ne tire pas dessus »,. vraiment intéressant, je ne m’arrête pas seulement sur la location du vagin, quoi que , …hum!!!

  10. vous parlez de facettes ? En ne m inscrivant pas dans la misogynie de certains hommes mais au contraire dans la philogynie d’un grand nombre,parler de facette reviendrais a se lancer dans la quete du tableau meme de la societe camerounaise,tableau,que meme picaso et famille ne sauraient representés,la panthere dans notre cameroun n est plus une contrainte de la vie c est devenu une tendance,une mode.Figurez vous qu’en tout secteur aujourd’hui au cameroun:scolaire-universitaire,professionnelle …etc justifiable pour l un et tendancielle pour l autre.La panthere n’est qu’un artifice un pont que les femmes Oui les femmes ont d’esperer conjugue le verbe « marier » au future possible,mais mes pantheres sachez qu’un homme ne trainera jamais sa compagne son epouse dans les lieux douteux ou vos « panda » vous traine.

    jme les panthers mais desole suis pas Mr Panda

  11. Je suis MDR. Les congés de fin d’année seront des jours où les rires fuseront quand je relirai tes textes avec mon copain kmer.

    Florent tu es un humoriste hors-pair. Vivement un recueil des meilleurs textes de ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *