Je suis un Lion indomptable, je ne pars pas au Brésil

juin 9
Posted by
Volker Finke porte drapeau de facto

Volker Finke porte drapeau de facto

Je vais encore parler de foot. Coupe du monde oblige. Depuis quelques jours, le pays revit un scénario que nous autres avons appris à connaître lors des compétitions internationales. Grincements de dents, grèves, histoires de primes… Bref, du cinéma autour de la grande mangeoire qu’est devenu le football au Cameroun.

Coup de tonnerre hier lorsqu’on apprend que notre équipe nationale, oui les Lions Indomptables themselves ont refusé d’embarquer sur le vol qui devait les mener au Brésil. On apprend que la grogne fait date, que la veille, après le match d’au revoir contre la Moldavie, les gars ont refusé de prendre le drapeau des mains du Gouvernement et que comme en 1884 sur le Plateau Joss, c’est un Allemand qui a dû recevoir l’étendard vert rouge et jaune.

Cris d’orfraie, on tire sur ces lions cupides. Avides d’argent.

Je ris.

Pourquoi lorsqu’on parle de patriotisme, on en demande toujours plus aux sportifs, aux musiciens et autres artistes et non au fonctionnaire lambda ou au dirigeant x ? C’est simple : leur aura et leur talent ne sert qu’à cautionner le vol de hautes personnalités cachées dans l’ombre et qui les utilisent comme des marionnettes pour servir de caution à leur cupidité, leur avidité, leur malhonnêteté. Créateurs de richesses qu’ils ne mangent pas, voilà leur « devoir ».

Quel industriel camerounais parce que milliardaire laisserait quelqu’un s’emparer de son bien dans ce Cameroun ? Quel ministre parce qu’assis sur des monceaux d’argent acquis de façon plus ou moins licite laisserait quelqu’un s’accaparer de « son cinq francs » ? Œil pour œil, dent pour dent, les lions ont compris la leçon.

Patriotisme ? Je ris ! Au Cameroun les patriotes sont d’honnêtes gens mais pauvres et méprisés. Quelles valeurs de probité et de moralité cultiver quand les personnes adulées dans la société sont de respectables voleurs à col blanc ou blanchi, voleurs connus de tous et encore plus respectés pour cela ?

On demande du patriotisme aux Lions ? Minalmi ! Durant ce mondial, même les employés de la CRTV regarderont le match sur les chaines étrangères eu égard à la qualité pourrie de leur image qui ressemble plus à un film des années 70 qu’à autre chose. Et les commentaires…

Patriotisme ? Je ris ! Le MINFI a été obligé de signer une note la semaine dernière pour obliger les fonctionnaires en mission à emprunter prioritairement notre compagnie aérienne CamairCo quand ils font semblant d’aller travailler à l’étranger. Ah ! Comme on les comprend ! Quel patriotisme pourrait résister  au luxe et au champagne de la première Classe de Air France ?

Le sacrilège du drapeau remis à un étranger ? Je ris. Dans ce Cameroun, eau, monnaie, électricité, bois, sous-sol, pétrole, port, chemin de fer, qu’est ce qui n’appartient pas à ces étrangers ? Et même cette équipe d’un pays « indépendant » éternellement coachée par un « blanc ». Que n’a-t-on pas cédé, jusqu’à notre amour propre, et pour quel résultat ? Comme on dit, tu dors, ta vie dort et le voisin dort sur ta femme.

Plus sérieusement, je me pose des questions :

Les Camerounais ont-ils inventé le football ? Non.

Les primes sont-elles une exception camerounaise ? Non.

Le Cameroun n’est-il peuplé que de personnes incompétentes incapables de gérer ce malheureux secteur du football ? Non.

Alors qu’est-ce qui fait que depuis des décennies, les questions relatives à la gestion de l’argent du foot en général et des primes octroyées aux footballeurs en particulier posent tant de problèmes ? Sorcellerie ? Non, le vol mes frères. La corruption. Les détournements. Chaque fois dans ce pays, que pour une raison ou pour une autre on met des lustres à résoudre un problème, chaque fois qu’on semble dans l’impasse en termes de solutions, chaque fois qu’on se demande pourquoi le simple bon sens ne vient pas mettre fin à une situation ubuesque, oui chaque fois que ça arrive, c’est le signe que quelque part, des gens dans l’ombre entretiennent un flou artistique destiné à leur remplir les poches et à consolider leur emprise sur un secteur.

La Coupe du monde ? Je ris quand j’entends les gens en parler comme d’un rendez-vous majeur, une « vitrine » pour notre pays et blablabla. La réalité est plus dure et on doit l’assumer : vaste réseau d’immigration, gouffre à fric pour l’administration, délégations fantômes, budgets imprononçables pour emmener des concubines dorer sur les plages de Copacabana. Tant pis pour les naïfs qui persistent à croire que le football n’est qu’un sport, un jeu. Les vampires de l’ombre eux ont compris. Supermarché pour les uns, opium pour les autres et nous le petit peuple, on crie, on danse, on ferme les yeux comme toujours.

On pourrait polémiquer sur le montant des primes. On pourrait polémiquer sur plusieurs aspects de cette histoire d’ailleurs et sur les écarts de conduite de ces Lions que je ne prétends pas défendre. Mais c’est l’arbre qui cache la forêt ! Et cette tendance qui consiste à dire que les Lions manquent de patriotisme, et « n’ont pas pitié des caisses de leurs pays » est une affabulation, montée de toutes pièces par ceux qui sont de vrais prédateurs pour ce pays.

Au moment où j’écris ceci, je me doute bien qu’ils iront au Brésil nos Lions (ils sont finalement partis NDLR), car comme à chaque fois, on aura un plan, un émissaire qui sur « Hautes instructions du Président de la République » se ramènera avec une valise de fonds. On gérera le pays comme on le fait depuis toujours, dans l’urgence et non sur la durée.

Allez les Lions ! Buvez la bière ! Sortez le soir, battez-vous avec vos concubines, et puis réclamez votre argent. S’il ne sort pas, refusez d’embarquer. S’il sort, embarquez et allez vous promener au Brésil et rentrez le premier tour achevé. Ce faisant vous n’aurez rien fait d’exceptionnel, vous serez les dignes monstres du système qui vous a créé. Nous on fait pareil, on boit on danse, et on n’a même pas le courage de nous plaindre comme vous. Eau, électricité, télévision, on paye, on ne voit rien, on se tait. Il y a quoi ? On joue le jeu.

Peace !

17 Comments

  • kaolo says:

    Système pourri, nos dirigeants n’ont même plus honte.

  • Guyk says:

    Merci gars, ta conclusion a tout dit; que ceux qui comprennent comprennent.

  • Odeal says:

    Excellent, un régal!!

  • Abukm says:

    Bon billet digne d’un vrai patriote
    J’aime bien ces genres de billets qui dit la vérité aux chefs!

  • serge says:

    Incroyable ! Il parait que Biya a réçu un prix de meilleur dirigeant pacifique sur le continent… on fait comment ?
    Peace !

  • ledentiste says:

    Ta tjrs raison Florian tout est gére au pays par les blancs même le drapeau est porte par un blanc. Ils vont rentrés au 1er tour ces Lions indomptables je ne le souhaite pas mais on le sait.

  • Esope says:

    Nguimbis;

    On ne se connait pas, mais ta vision et ton analyse de la situation rejoint la mienne. C’est incroyable a quel point les lions sont utilises pour cacher la foret et comment le peuple, de peur peut-etre de s avouer la verite, continue de croire que qq chose de bon va sortir de gestion a la « mickey mouse ». Tout dans le maintenant, et rien dans la duree. On gere le Cameroun comme une caserne de pompier. Des qu il y a le feu, on coure. Apres chacun retourne dans sa caserne.

    Aucune introspection, aucune vision, aucune strategie. Rien que de la gestion a la James Dean: Vivre a fond, mourir vite.

    Apres ces owona et consorts rentrent dans ce qu’ils savent le mieux faire: la politique et categorisez les autres ( manque de patriotisme, opposant, et j’en passe). Si etre opposant, c est de souhaiter un Cameroun, ou on peut au moins cirucler sans inquieter des deplacements du roi Paul Biya, je suis le plus gros opposant que ce regime connaitra.

    Dans tous les cas Nguimbis. Je suis au pays l’annee prochaine. Merci de reveiller les consciences.

    Un admirateur

  • Pingback: How A Spat Over Prize Money Nearly Kept Cameroon from Playing in the World Cup · Global Voices

  • Kolifranck says:

    PERFECT !!!!!

  • Pingback: Mondial 2014 : Les Grecs, l'antithèse des Ghanéens et des Camerounais » L'Etudiant Malien L'Etudiant Malien

  • Pingback: Como uma Disputa Sobre Pagamento da Premiação Quase Impediu Camarões de Jogar na Copa · Global Voices em Português

  • Marcelle says:

    Voici un mot que le camerounais ne connait pas: la consistence.
    Nguimbis tu écris des articles mais impossibles d’etre consistent dans ce que tu fais. Tu as des lecteurs, un auditoirs mais rien il faut attendre des mois avant de lire un nouvel article venu de toi. Avec toute l’actualité du Cameroun: les lions qui grèvent, le coup de coude de Song, la défaite contre la Croatie, l’affaire Etoo-Koah, le prix du taxi qui augmente, les salaires des fonctionnaires etc tellement de sujet à traiter de ta part mais non rien, rien de rien. Aucune consistence.
    Comment voulez-vous que ce Cameroun avance quand des gens qui se moquent du pouvoir font pareil.
    Tres decevant.

    Une lectrice decue

    • Bonjour Marcelle,
      Tout en respectant votre déception, je me permets de faire quelques remarques:
      1- Je ,ne suis pas un Lion, donc, je ne touche pas des primes faramineuses
      2- Je ne suis pas Nathalie Koah, donc, je n’ai pas reçu plus de 200 millions supposés de mon amant sur sept ans sans garantie de remboursement sinon, mon joli minois.
      3- Je ne suis pas fonctionnaire donc mon salaire n’a pas augmenté d’un iota.
      Quand je me lève chaque matin, je galère pour me laver parce que mon quartier n’a pas d’eau courante.
      Je galère pour aller travailler car voilà 6 mois que la circulation est alternée dans mon quartier à cause de la construction d’une route dont on se demande si elle se terminera un jour.
      J’explose chaque semaine mon quota hebdomadaire de travail pour justifier mon salaire qui ma foi n’a jamais explosé.
      Quand je décide de me connecter à Internet le soir chez moi, crevé, voire exténué, j’attrape parfois le tournis en regardant le demi cercle de mon navigateur Chrome tourner à l’infini avec en fond d’écran une page blanche eu égard à la connexion exécrable.
      Mais malgré ça j’essaie d’écrire, bénévolement, gratuitement, sans jamais me plaindre moi, mais parler au nom de ce pays que j’aime. Je fais avancer les choses comme je peux par la force d’une plume qui désormais n’écrit que quand j’ai la chance d’avoir de l’électricité.
      Donc, merci pour le manque de « consistence », mais que voulez-vous? Vous n’êtes sûrement pas la personne la plus déçue dans l’histoire.
      Je vais essayer de vous pondre un texte digne de votre fou Majesté. Ben quoi? il faut bien que « les gens qui se moquent du pouvoir » continuent de satisfaire ceux qui aiment les lire…

      Bien à vous.

      Florian Ngimbis, un blogueur déçu.

  • Marcelle says:

    Monsieur Ngimbis si je puis me permettre de vous appeler de la sorte,
    Vous avez mis en place une plate-forme virtuel qui permet d’informer, de dénoncer avec humours les maux qui minent la societe camerounaise. Des lecteurs du monde entier vous sont fideles a chacun de vos nouveaux billets. Vous apportez un peu de bonheur, vous nous permettez de connaitre sans y etre ce que vous camerounais vivez sur place. Vous etes nos yeux a ces realites qui racontees a d’autres sont parfois inimaginables. Par exemple de savoir que la ville, la circulation s’arrete parce que le jeu d’Etat doit tres propablement y passer. Alors que, lorsque ce dernier se rend chez son maitre a Paris, rien. Je me rappele d’un de vos twitte de la semaine passee je crois qui disait que: si je raconte la vie au Cameroun personne ne peut y croire. Sauf que Florian nous camerounais vivant a l’etranger, nous le croyons mais ne le vivons pas. Voila pourquoi je vous ai fait cette note. C’etait davantage un crie d’alarme.
    Je suis une lectrice decue parce que j’attends en vain chaque jour un nouvel article de votre plume mais rien. Cela démontre quand meme que ce que vous faites est interessant.
    Maintenant pour ce qui concerne les differents facteurs ou obstacles qui vous empechent d’ecrire le soir. Je vous comprends tres bien et profite de l’occasion pour vous remercier du temps benevole que vous passez a nous divertir. Cependant, comprenez moi donc aussi, vous ne pouvez vous plaindre de l’inertie du gouvernement en place et faire la meme chose. Voila ce que je vous reproche vivement. Pourquoi ne pas justement prendre toutes ces situations que vous vivez et les ecrire dans ce blog.
    En conclusion Florian, nous prenons plaisir a vous lire et ce que je demande c’est d’etre tout simplement la pour vos lecteurs fideles.

    Je vous remercie
    Une lectrice impatiente de vous lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil de la plateforme
UA-19949253-1