Je suis camerounais, je vais me marier

la femme c'est combien ici?
La femme c’est combien ici? Augmentez le prix! On va acheter!

Quand j’étais gosse, ma mère m’a fait lire la Bible dans son intégralité. J’ai détesté les radotages de prophètes aux noms étranges là, j’ai rigolé de Samson le premier (et sûrement pas le dernier) homme berné par une liane. Job alias Akaomanga l’ancien riche, Jésus le super héros qui fait du waterwalk , version aquatique du moonwalk. Bref, c’était bien. Mais, j’ai tiqué sur cette partie de la Genèse où Dieu endort l’homme et crée une femme, puis ce fameux verset « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair ».

Je suis certain que ce verset est le début de la majorité des problèmes de l’humanité. J’ai un proche parent, qui vivait tranquillement sa petite vie et qui du jour au lendemain a décidé de quitter non pas son père et sa mère, mais sa tranquillité pour aller faire une seule chair avec sa bien-aimée. En un mot comme en mille : mariage.

Un matin. J’essaye de justifier mon salaire au bureau. Coup de fil : ma mère. J’ai envie de laisser sonner. Ma mère qui m’appelle à cette heure, c’est soit les « ton père a fait ceci », soit les « ton père n’a pas fait pas ceci ». Bref, une interminable séquence de lamentations. Bon, je décroche.

Mater : tu sais que ton frère Mboutman se marie bientôt ? Il doit aller demander la main de sa go dans un mois.

Moi : euye !

En une décision, matérialisée par une phrase, le destin de Mboutman venait à son insu de basculer du côté obscur de la force.

Quel est ce conditionnement psychologique qui fait qu’un mec à peine sa situation financière stabilisée n’a de réflexe que la recherche de l’instabilité ? Ne me sortez pas vos « le mariage c’est la stabilité » machin, je fréquente des hommes mariés, et même quand ils rient on a l’impression qu’ils pleurent.

Le mariage en réalité est une oasis dont les puits sont asséchés. Comme si ça ne suffisait pas, pour y parvenir, il faut traverser un désert parsemé d’embûches dont la principale a pour nom la dot. Donc, quand j’ai entendu mariage, j’ai compris dot.

Coup de fil une semaine plus tard : mon père, le grand sabitou manitou. Le grand-amiral convoque les troupes. Réunion de crise au domicile familial. Ce qu’il faut savoir c’est que l’amour c’est un homme et une femme, mais le mariage c’est une affaire de famille hein ? Donc, toi le gars qui décide de te marier, tu as rang de spectateur, les choses étant gérées par le chef de famille, ton père ou un oncle influent.

Réunion.

Le Pater : Mboutman!

Mboutman : Paaa !

Le Pater : elle est de quelle région ta bien-aimée ?

Mboutman : Eton

Moi+mes frères+ le chat : euye !!!

Ceci n’est pas du tribalisme hein, mais ce qu’il faut comprendre c’est que le tissu ethnique camerounais est tellement dense et divers qu’il importe de savoir l’ethnie d’origine, car de cela dépendra la dot.

Pour le coup, ce n’était pas une bonne nouvelle. Les Eton ont de jolies fille, mais de larges poches.

Mboutman devant nos mines renfrognées nous sort le laïus des gars naïfs : « Ils savent que je sors à peine de l’école, je me cherche encore » blablabla. J’ai eu envie de lui dire mouf ! On t’a dit que le chasseur demande l’âge du pangolin avant de le tuer?

Dans la réalité, l’ennemi (oui la famille de la fille) dispose d’une cellule de Renseignement qui étudie le profil du prétendant, sa famille (antécédents de sorcellerie ou pas ?), ses acquis, ses ambitions, les perspectives de rentrées financières. S’il dispose d’un milliardaire dans sa famille, ce n’est pas le jour du mariage que l’adversaire le découvrira. Rien que le nombre de zéros sur le montant de la dot prouvera l’efficacité du Renseignement.

La bataille de toqué toqué

Le toqué toqué encore appelé tocage en référence à l’action de toquer à la porte est la cérémonie de vol durant laquelle le prétendant vient affirmer ses ambitions et le père de la fille donner ou refuser son accord de principe pour l’union.

Le tocage de Mboutman était particulier : Mboutman et sa go ont déjà un enfant. Les gars de maintenant hein ? Bref, tension palpable. Le père n’a toujours pas digéré l’affront. La mère cause avec ses sœurs, « tu ne peux pas élever l’enfant et l’oiseau vient picorer » Massa ! La mère là sait même qu’on comprend l’Eton ?

Nos agents de renseignement nous avaient prévenus : il dira oui, mais il faut lui graisser sa langue.

Le père inspire, expire. Pour éviter qu’il respire trop longtemps en oubliant de parler, on glisse une enveloppe. Il  dit deux phrases, soupire, se tait, on fait signe à mon frère qui rapproche le respirateur : une autre enveloppe. Ainsi de suite, l’oxygène, pardon, l’argent aidant, le père parle. Au point que pour éviter qu’il parle trop, on est même obligé de le couper avec une autre enveloppe.

Aussitôt l’accord de principe obtenu des messagers juchés sur des coups de fil téléphoniques Orange et MTN galopent jusqu’au village : préparez les listes, on a « un gibier » dans la besace.

Opération dotarossa

Quelques mois plus tard : coup de fil du grand-amiral. Réunion de crise : la liste de la dot vient d’arriver.

En pauvre naïf, notre ami Mboutman croyait trouver dans sa dot des choses simples et symboliques : pagnes, kolas, huile, vin. Ils y étaient tous, mais en plus il y avait des incontournables, porcs, chèvres, sacs de riz et aussi des demandes pour le moins étranges : appareil photo numérique de 16 Mpixels (adjéwa !), Modem internet Camtel haut débit (tu ne connais pas la route de Camtel ?) moto de marque Nanfang (on vous encourage à devenir bendskinneurs?)… Sans oublier de rondelettes sommes en liquide.

La liste des belles-mères aussi m’a fatigué. Au milieu des marmites « macocotes » des filets d’oignon, pagnes « SICAM » et autres, se retrouvaient des demandes comme « une douzaine de caleçons » ou « une douzaine de chaussures ».

Moi : mais papa je dis hein ? La symbolique du caleçon dans la dot chez les Eton c’est quoi n… ?

Un regard de Mboutman m’a fait taire. Faut pas énerver les gens énervés.

A l’issue de la lecture, discours de mon père. On aurait dit de Gaulle le 18 juin 1940. Sauf qu’il n’était pas question d’armes, ni de résistance, mais d’argent, de nkap. Les millions réclamés par les Eton devaient être versés pour maintenir l’honneur de la famille. Quelle famille ? Un gars part chercher les problèmes nous on paie ? Mais bon, je ne l’ai pas dit hein ? Les résistants fusillent les traîtres.

Après avoir promis chacun une quote-part dont j’ai prononcé le montant les larmes aux yeux, le grand-amiral a levé la séance. Lors du prochain conseil d’état-major, il sera question d’élaguer la liste de l’ennemi, et dans un jeu de « donne! Je ne donne pas! » l’amener à réduire de façon drastique ses prétentions. « Surtout en termes de caleçons » ai-je appuyé. Mon argent n’achètera pas de caleçons aux Eton !

Mais cette guerre est usante hein ? Mon frère Mboutman souffre déjà de stress post-traumatique. Il me confiait dernièrement que parfois la nuit il fait ce cauchemar où des vieux Eton le poursuivent tout nus en criant « donne-nous nos caleçons! ». Il m’avouait aussi que chaque fois qu’il passe devant un magasin, et qu’il voit des prix sur des appareils électroménagers par exemple, il ne peut s’empêcher de faire la conversion : ma femme vaut trois télés Samsung plus un réfrigérateur plus…

Le stress qui le rend vraiment malade l’affecte au point que parfois en contemplant les frasques de sa bien-aimée qui bien entendu n’a pas arrêté de rester femme avec ce que cela implique comme caprices, il ne peut s’empêcher de penser « je fais même tout ça pour qui non ? ».

Massa! Dire que le pauvre n’est même pas encore marié qu’il commence à perdre ses cheveux!

Le gars a failli tomber en syncope dernièrement quand on lui a appris que chez les Eton on dote parfois les enfants de sexe féminin nés hors mariage. Une brigade de terroristes envisage même déjà d’inclure la dot de la fillette dans la dot globale. Nous on ne négocie pas avec les terroristes, donc on prépare nos missiles antimissiles Patriot.

Bref, les négociations se poursuivent. Quand je vous annoncerai que je viens d’acheter un pardessus antipoussière, sachez que je vais assister à la dot chez les Eton. on ira avec les pagnes, les chèvres, les porcs, les oignons, mais wallaï! il n’y aura pas de caleçons dans nos bagages.

Courage mon frère! Votre amour triomphera de la bêtise qu’on camoufle sous le vocable « tradition ».

Affaire à suivre.

Peace!

 

 

 

 Tous nos kongossa et des inédits sur la page  Facebook 

The following two tabs change content below.
Florian Ngimbis
Florian Ngimbis s’est fait remarquer en remportant le Prix du Jeune Ecrivain de langue Française 2008. Ses nouvelles ont été publiées dans plusieurs recueils et revues littéraires. Documentaliste diplômé de l’ESSTIC de Yaoundé, community manager et écrivain, il blogue à ses heures trop souvent perdues. Il vit à Yaoundé au Cameroun. Le blog Kamer Kongossa a été primé en 2012 lors des prestigieux Deutsche Welle Blogs Awards (The Bob’s) dans la catégorie « Meilleur Blog Francophone »
Florian Ngimbis

Derniers articles parFlorian Ngimbis (voir tous)

48 réflexions sur “Je suis camerounais, je vais me marier

  1. YéééH! c’est dans ces moments-là que je regrette de ne pas être indien.
    Au moins chez eux, c’est la famille de la femme qui paie ( enfin, il parait; faut vérifier ça; j’ai un indien sous la main).
    Kèdèèè de Lomé

  2. Bien ecrit…
    1) faut pas enerver les gens enerves
    2) ton pater est un homme fort !!

    3) je sens quand meme dans le recit qu’il s’agit en fait de toi
    dis nous vrai 🙂

  3. « Quel est ce conditionnement psychologique qui fait qu’un mec à peine sa situation financière stabilisée n’a de réflexe que la recherche de l’instabilité ? »
    tu as tout dit… et on nous dit que seules les femmes sont obsédées par le mariage :p

  4. Ngimbis, si je t’attrape un jour, je vais te faire emprisonner (rassure toi tu sortiras le lendemain comme un ministre chez nous). J’ai failli perdre mon job à cause de toi tellement je riais au bureau en lisant ton truc que les collègues white se demandaient si je faisais pas une dépression. Excellent comme d’hab. Quand je serai au pays, faut que je te gifle avec un casier de Castel, keep up the good work

  5. Tonton Ngimbis merci pour ce billet! J’ai lap jusqu’à l’épuisement tellement c’était drôle. Je suis heureux de constater que tu nous partageons la même aversion pour cette coutume absurde de la dot. Une tradition dont l’ambition première est (nous dit-on) de valoriser la future mariée… Mais qui en réalité la réduit à une simple monnaie d’échange, permettant à sa belle-famille de se remplir les poches sans aucun effort.  » Votre amour triomphera de la bêtise qu’on camoufle sous le vocable « tradition »  » . C’est tellement bien dit, et c’est vrai en plus 🙂

  6. tout comme roger, mes collègues me soupçonnent en ce moment d’avoir un problème psychique. tu ne peux pas imaginer mon état lorsque que je te lisais petit frère. tellement c’est marrant. en tout cas je te reserve beaucoup de castels dès que je débarque en juin pr mes vacances. courage.

  7. Quand je vois ça. Je pense à mon cas où on me demande d’aller me mettre la corde au cou.
    Et quand je pense que la dote ne finit pas. il va falloir gérer la belle famille dans le futur.
    Bonne chance et beaucoup de courage à mboutman 🙂

    1. je te jure, après la dote il faudra gerer la belle famille: s’occuper du beau-père de temps en temps malade. Prendre les petits frères en charge car les beau-parents déja retraités. Et ds tt ca t’occuper de ta propre famille et madame ds tt ca te regardera en disant que c’est toi l’hoe et si tu peus pas on te traitera d’incappable, que les frais fonts plus que ca et ferment leurs bouches.

      1. J’ai justement un argument choc pour la négociation si la « facture » de la dot est salée.

        Tu leur dit de revoir la liste à la baisse sinon tu seras dans l’incapacité d’aider la belle famille en cas de coup dur ultérieur.
        Genre « si vous insistez sur votre liste là ne revenez pas me voir demain en cas de deuil,etc »

        j’ai un frangin qui a mis cette menace à exécution. Pendant 5 ans il ne payait que le taxi (1000,2000) à ceux qui venaient lui exposer leurs problèmes.

  8. Tout le cyber (eh oui) se retourne vers moi, avec le regard biaisé: j’ai failli m’étouffer de rire. Alors si je meurs…Arrêtez Ngimbis!

  9. Xptdr
    Morceaux choisis :
    « Moi+mon frère+le chat : Euye! »
    « mouf ! On t’a dit que le chasseur demande l’âge du pangolin avant de le tuer? »
    I m done.

  10. Merde, je devrais être une Eton, au moins je saurais combien de télés Samsung je vaux! Faites moi penser de dire à mon bonhomme que je suis extrêmement bon marché…

  11. Euh Ngimbis, cette fois ci tu as frappé dur. Gars, vraiment, chapeau ! Mais je crois que le blème dans tout ça n’est pas que la belle-famille soit éton. Le grand blème c’est le nom de ton frère (Mboutman). Mboutman, ça veut dire Mougou, ou bien? Donc, pour les étons, Mougou don fall !!!

    Comme solution je propose à ton frère de s’appeler plûtôt « Donman » lors des prochaines négociations.

    Peace

  12. Cher Nguimbis,
    très original. Ton histoire me reconforte dans ma décision de ne jamais « ´doter » les mères de mes filles. La mère des deux premières est partie entre autres parceque je ne voulais pas rejoindre son église et ses parents me trouvaientt insolent de ne pas respecter la tradition en « dotant » leur fille. J’ai dit « niet! » Puisque personne ne dotera mes filles (je ne le permettrai pas), je coupe le cordon ombilical de cette « tradition » à mon niveau. La femme qui est à la maison actuellement ne cesse de parler de dot, pression de sa famille et autres machin-truc-papier mâché. Elle va continuer de parler. Peut-être une troisième femme est quelque part? (en espérant qu’elle ne recommencera pas comme ses soeurs). je ne paierai même pas hap! c’est comment!!!
    Merci encore!

  13. Hmm MDrrrrrrrrr
    Mais dis moi finalement la femme appartient finalement qui a au mboutman???? Ou alors au collectif d acheteurs (votre famille)
    parcequ la il faut bien definir qui a l usus le fructus et surtout l abusus du bien pardon de la fille

  14. C’est Mieux que nos frère Saoudien qui dépense environ 80,000 dollar US(Minimum) pour leur marriage plus la BMW et la maison. sans oublier l’or.

  15. Bel article Nguibis, les faits que tu dénonces sont déplorables; toutefois, je souhaite t’apporter un éclairage pour être Eton et connaissant les traditions (réelles, et non leur avatar présenté comme telles ) :

    – Tout d’abord, les listes chez les Etons sont aussi exagérées parce qu’elles proviennent de la grande famille et non uniquement de la famille nucléaire comme chez d’autres. A l’observation, tu remarqueras que ce sont les listes du « village » et non celles de la famille nucléaire qui sont les plus loufoques.

    – Ensuite, de mon point de vue il est inconséquent de TOUT donner car il s’agit également de tester le bon sens du prétendant : une sagesse Eton dit ceci « il est bon d’accrocher son sac à hauteur de son poignet » (traduction littérale); bref cela signifie qu’il ne faut pas vivre au dessus de ses moyens. Il est donc absurde de se ruiner en dot pour croupir dans la pauvreté après la noce. Malheureusement, les personnes venant en épousailles chez les Etons ne disposent pas de bonnes « cellules de renseignements », sinon elles sauraient que tous les éléments de la liste ne sont pas exigés. D’ailleurs, n’as-tu pas décidé qu’il n’y aurait pas de caleçons ):?!!! kiakiakia
    C’est cette incompréhension du principe même de la dot chez les Etons qui fait que les non Etons voulant épouser une fille Eton prennent la liste comme un defi à relever :  » on va leur montrer que nous sommes capables de tout apporter « … C’est dommage, car cela cesse d’être un cérémonial heureux pour devenir un jeu d’egos.

    – Enfin, un point important que les mecs qui finissent par épouser les filles Etons omettent de dire : le matin suivant la noce, on remet à la fille en présence de son mari une enveloppe contenant de l’argent (cela se chiffre en millions selon les familles) pour l’aménagement de son foyer. Et la famille de la fille en guise d’aurevoir apporte les « minam kass » les gros mets, régimes de plantains et poulets…
    L’argent contenu dans cette enveloppe (c’est plutôt 1 panier en osier) est l’ensemble des participations des « mères » et des « soeurs » pour l’équipement de son foyer. Au temps jadis, la famille de la fille équipait systématiquement sa maison, mais aujourd’hui les jeunes mariés préfèrent recevoir des espèces sonnantes et trébuchantes. === Et ce volet du mariage chez les Etons a justement été instauré pour éviter que l’époux ne pense avoir acheté sa femme, car il vit dans une maison entièrement équipée et meublée par les Etons.

    Ainsi, il est vrai que la dot est élevée chez les Etons, certaines familles exagèrent en lui ôtant toute substance symbolique : tout dépendant de la famille dans laquelle on tombe. Cependant, il y a une compensation financière (qui se chiffre aussi en dixaines de milliers pour les familles les plus modestes, et en millions pour les plus aisées) immédiate à cette dot élévée dont les maris ne parlent jamais …

    Pour éclairage, sans apologie aucune ni de la mauvaise interprétation ni de la mauvaise application de certaines coutumes, mais aussi en réaction à une sémie-vérité très répandue sur les épousailles en pays Eton qui véhicule des idées erronées.

    Ps: Nguimbis, exige que Mboutman partage avec vous le contenu de l’enveloppe que sa belle famille lui remettra le matin suivant son mariage -):

    1. kanse ,

      tu te fatigues les meninges inutilement pcq personne ne doit lire ce billet au premier degre . c est une pjhotographie generale des pratiques d escroquerie familliale au cameroun maquillees sous le pretexte de la  »tradition » et quı est valable dans pratiquement toutes les regions du cameroun.
      il a mis eton comme il aurait pu mettre bassa ,bamileke ,bulu etc…..
      c est pas l ethnie en soi quı est mise en cause , c est le principe obsolete de la dot quı ne cadre plus avec la realite actuelle de notre vivre ensemble.

  16. Salut à tous! c’est la première fois que j’interviens sur ce blog et je suis heureux de constater qu’il y a des personnes qui apportent un démentis poli sur un problème posé sans versé dans la grossièreté et le dénigrement.
    Bonsoir et merci à mon frère kansé pour son éclaircissement.
    « La grandeur d’un homme ne se mesure pas à l’épaisseur de son porte feuille mais à la porter de son résonnement »
    Merci à toi Mr Flaurent pour ces instants d’évasion. Chacun de tes sujets est un chef d’œuvre de simplicité et de moralisation. Longue vie à toi et bonne continuité au blog déstressant et anti-dépression.

  17. big Up , mon cher Florian Ngimbis,
    tu est vraiment un génie.
    A mes frères Eton, cette situation n’est pas propre seulement à vous. Elle est applicable dans beaucoup d’autres ethnies, au Cameroun. beaucoup d’ethnies vont se reconnaitront dans ce texte…

  18. terriblement bien raconté !on se demande ou est le piège dans le mariage: l’être aimé ou sa famille, tout est donc une affaire de compromis. Certains diront  »un mal nécessaire » , concèdons leur au moins cela, mais les gars après toutes ces étapes de la drague( parade nuptiale ) des premiers jours, au mariage en passant par la dote, et les prises de bec post et pré mariage, je vous assure, lorsqu’on se retourne pour regarder le chemin parcouru, on est comme une encyclopedie, un moteur de recherche vivant, un rescapé de Tchernobyl !et ca ca vaut la peine de » perdre sa tranquilité  ». Merci F. NGIMBIS !

  19. Gars tu écris trop bien.
    Je viens de découvrir ton blog à travers le site Camer.be et l’histoire des mbenguistes. Je suis resté scotché. Tu écris très bien. Tu devrais écrire des romans et nouvelles. Va de l’avant et que Dieu te bénisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *