Je suis camerounais, j’aime la paix

Ce matin dans le taxi j’ai rigolé. J’ai vraiment rigolé.

Yaoundé, 8 heures.

Des grappes de Camerounais vont travailler ou font semblant d’aller travailler (j’ai un voisin qui met une cravate chaque matin et dit au revoir à sa femme pour aller jouer au PMUC donc…).

Un taxi. Cinq passagers. Plus le chauffeur.

L’autoradio braille. C’est RFI la radio africaine mondiale (je me suis toujours demandé ce qu’ils deviendraient si l’Afrique arrêtait de leur fournir toute cette matière…).

Le journaliste prend le ton alarmiste des mauvaises nouvelles qu’on répète depuis des mois, mais qu’il faut faire paraître nouvelles chaque jour :

Centrafrique, les exactions et les massacres se poursuivent dans le nord du pays, la population n’a toujours pas regagné les villages, la présidente demande le maintien de la force Sangaris.

Il y a un bouchon. On poireaute, comment laisser passer pareille nouvelle sans la commenter. !

Et c’est parti. Débat, débat, débat, et puis vient la phrase qui généralement m’énerve : « Heureusement que chez nous on a la paix ».

Akié ! La paix!

Cette histoire de paix me fatigue, me hérisse, m’énerve.

La paix à la camerounaise mérite d’être théorisée, conceptualisée, gravée dans la pierre pour les générations futures.

La paix à la camerounaise c’est l’absence de guerre, mais aussi l’absence de tout. Seulement, l’absence de guerre prime sur le tout.

Quand tu es Camerounais, citoyen d’un pays en paix, tu te lèves heureux le matin. Après une vingtaine d’abdos pour faire partir la bedaine fruit de tes excès  de eru, mbongo et autres espèces protégées, tu tournes le pommeau du robinet : pas d’eau, ok pas d’eau ? Pourquoi se plaindre ? Choisir entre l’absence d’eau courante et les massacres massifs de population ? Je choisis la paix, donc, je ne me lave pas.

Puis tu décides d’emprunter un taxi pour aller justifier ta pitance. Mais là, tu tombes sur la force Sangaris version camerounaise : Garde présidentielle surarmée, véhicules de guerre. Hein ? C’est quoi ? La Seleka serait-elle à nos portes ? Heu non, ils vont juste faire le pied de grue au bord de l’itinéraire présidentiel.

Tu te souviens que tu vis sur le chemin du Roi, et là, il doit aller boire du vin de palme dans son village ou alors présider un énième cinquantenaire d’on ne sait quoi. Pourquoi te plaindre ? Pourquoi ruer dans les brancards ?  Tu es mieux que les Centrafricains qui se font égorger non ? Et puis, la marche c’est bon pour ta bedaine non ? Donc, tu iras au travail à pied, au nom de la paix.

Pendant que tu marches, il peut arriver que tu tombes sur un attroupement : des pompiers qui distribuent de l’eau. Euye ! Tu prends peur : il se passe quoi ? Un Scud est tombé sur Yaoundé ? C’est l’état d’urgence ? Les anti-Balaka ? On te répond non : c’est la saison sèche, il n’y a pas d’eau. Si tu insistes, on te sert la phrase qui tue :  » ll n’y a pas d’eau parce qu’il n’y a pas d’électricité ». Que répondre à ça ? Au moins il n’y a pas non plus des corps en décomposition dans les rues. Tu as la paix, non ? Avale ta salive et marche.

Ah ! L’électricité ! Tout en marchant, tu viens de te rendre compte qu’il n’y a pas de bruit dans les bars qui déversent d’habitude des tonnes de décibels de grand matin. Tu comprends que AES SONEL a encore fait son travail : couper le courant. Tu demandes : qu’y a-t-il ? On te répond : « Un transformateur est tombé à Ngousso ». Euye! La chute d’un transformateur à Ngousso provoque une vague de silence à Odza ! Hum ! tu confirmes que l’effet papillon existe, tu es en paix avec les théories.

A pied, transpirant, dans cet environnement de paix, tu arrives finalement au travail, sous l’œil torve des snipers du Roi juchés sur les toits des immeubles. Tu te sens en sécurité. Ou plutôt tu essayes de t’en convaincre.

Et tu vis ta vie, comme ça, dans la paix quand il y a le courant le soir tu écoutes le discours de paix de ton Roi qui t’informe que l’émergence en 2035 se fera via les conducteurs de moto taxi. Tu ris, béat, heureux, et tu t’en vas boire une bière en remerciant le ciel de t’avoir fait naître dans un pays si pacifique.

La Paix. Je ris hein ? Je le disais dernièrement : ce n’est pas la pseudo tranquillité de notre pays qui m’inquiète c’est la fragilité qui constitue la base de cette « pax camerounia».

Ma ville Ongola que j’aime tant par exemple est  un exemple de ce qu’on pourrait qualifier de « vernis civilisationnel ». Si d’aventure il prenait envie à une quelconque Seleka de la bombarder il ne faudrait pas beaucoup de bombes pour qu’elle tombe hein ?

Une bombe à la poste centrale : la ville est coupée en deux. Malheureusement Yaoundé est une ville bâtie en étoile autour d’un centre névralgique : le rond-point de la poste centrale. Une bombe là bas et c’est le chaos. Ce n’est pas moi qui le dis, les déplacements du Roi qui choisit très souvent de barrer cet endroit le prouvent à suffisance.

Une bombe sur les transformateurs AES SONEL de Ngousso et pffft ! Plus de courant. Corrélation immédiate, plus d’eau. Comme  on nous le dit, pas d’électricité pas d’eau. Ne nous a-t-on pas révélé un jour qu’« un arrêt de la station [d’akomnyada] pendant cinq minutes peut provoquer des coupures d’eau dans certains quartiers de Yaoundé pendant trois jours » ? Lisez seulement ici.

Une autre petite bombe sur le maigre ruban qu’on appelle axe lourd Yaoundé-Douala , et hop ! Plus de liaison avec Douala. Encore que sur le coup, je préconise une maigre bombe sur le pont français à Edéa pour en finir aussi avec la voie ferrée. Il en faudrait plus pour en finir avec le pont allemand plus solide, mais j’ai confiance, une seule bombe et le français se couchera. Donc, plus de liaison avec le port, plus de liaison avec la Sonara, plus de carburant, bref, la fin.

Une chose est sûre ! Avec trois bombes seulement on peut mettre à terre les infrastructures de base : énergie, communications, eau, télécoms, mais ce ne sera pas suffisant pour en finir avec Yaoundé. Oui tant qu’il y aura des bars et des débits de boisson, cette ville ne tombera pas. Rien que pour en finir avec Essos par exemple, il faudra un tapis de bombes et pour chaque quartier, chaque bloc, chaque maison, chaque gargote, il va falloir se battre. Oui tant qu’il y aura de la bière, Yaoundé tiendra.

Et j’imagine notre Roi, après un bombardement, dressé sur un bendskin, ces motos qui sont, d’après son discours, l’avenir de la jeunesse camerounaise, tel Churchill en train de haranguer la foule, une Castel à la main : «Camerounaises, Camerounais, tant que la bière coule, le Cameroun respire !!! ».

Conducteurs de mototaxi endormis sur leurs engins. Voici la Pax Camerounia.
Conducteurs de moto-taxi endormis sur leurs engins. Voici la Pax Camerounia.

Oui, c’est ça notre paix. La paix des Grandes Illusions. Pas de bombes, pas de couteaux, pas de Seleka, pas d’anti-Balaka, pas de Sangaris, juste la précarité, la maladie, les injustices, le chômage, les morts précoces, la galère, la corruption. Mais il ne faut pas se plaindre, sous peine de passer pour un insatisfait, un opposant qui veut troquer la bonne vieille paix contre l’anarchie, la guerre. Paix= Notre Roi, Changement=Chaos et guerre. La lobotomie parfaite!

Pourquoi devrions nous nous contenter du peu, du médiocre alors que la richesse de notre pays nous prédispose à être un peuple « en haut » comme on dit chez nous? Hein? Pourquoi?

Bon, malgré tout ça, il paraît qu’on veut atteindre l’émergence en 2035. Sans eau, sans électricité, mais avec la paix. Bon il faut quand même y aller. Sauf que comme je l’ai déjà dit, j’ai peur qu’en 2035 on se rende compte qu’« émergent » est le nouveau nom de la pauvreté et là, on se souviendra des menteurs d’aujourd’hui.

Peace !

The following two tabs change content below.
Florian Ngimbis
Florian Ngimbis s’est fait remarquer en remportant le Prix du Jeune Ecrivain de langue Française 2008. Ses nouvelles ont été publiées dans plusieurs recueils et revues littéraires. Documentaliste diplômé de l’ESSTIC de Yaoundé, community manager et écrivain, il blogue à ses heures trop souvent perdues. Il vit à Yaoundé au Cameroun. Le blog Kamer Kongossa a été primé en 2012 lors des prestigieux Deutsche Welle Blogs Awards (The Bob’s) dans la catégorie « Meilleur Blog Francophone »
Florian Ngimbis

Derniers articles parFlorian Ngimbis (voir tous)

47 réflexions sur “Je suis camerounais, j’aime la paix

  1. Excellent article!

    Moi aussi je suis fatigué par ces histoires de « AU moins on a la paix ». La Côte d’Ivoire aussi avait la paix sous Houphouet. Quand il est mort, on a vu ce que cette paix à crédit a donné…

    Ou alors, peut-être que Paul Biya ne mourra jamais. Après tout qui sait?

  2. Oh làlà! Je ne sais quoi dire hein, parce que tout ce dont tu parle… La Palisse..!Bon c’est toi qui vois. Mais de grâce, apprends aussi à tes fans à être optimistes, c’est bon pour le moral.

  3. étrange, ma petite amie m’a dit la meme chose il y a trois ans « heureusement que vous avez la paix. »
    Mais vraiment , Biya vous tient par la queue , on dirait Mobutu, mais passons !
    Au fait, il faudra encore m’expliquer la « particularité » de votre régime « démocratique » , la tentative de Dakar ne m’ a pas trop convaincu lol
    A plus !

  4. je pense que pour en finir avec yaoundé pas besoin de plus d’une bombe. sur les brasserie sur la route de mvan et se son les camerounais eux meme qui en finiront avec le pays.

  5. Excellent.
    Ça me rappelle comme me hérissent les gens qui te disent que ça pourrait être pire pour éviter toute velléité de révolte…
    2035, ça ne fait que 21 ans d’attente ! Ça pourrait être pire, non ?
    Sourire

  6. Ceci se passe à quelques mètres de chez moi (03 boutiques-Bonamoundourou), à la station TOTAL de la vallée, juste au rond point feu rouge BESSENGUE.
    Ces jeunes que vous voyez dans cette photo dormir sur leurs motos ;
    C’est des jeunes que l’exode rural entraine à Douala en provenance du NOUN et du BAMBOUTOS ;
    A leur arrivée à Douala, ils passent leur première nuit à la belle étoile au Rond Point DEIDO. Ils ont ainsi le temps de prendre contact et exercent par la suite comme conducteurs de motos taxi 24 h sur 24 sans domicile, c’est pourquoi leur engin de travail leur sert en même temps de lit.
    03 mois après, ils ont les moyens de louer une chambre.
    12 mois après, ils deviennent proprio de leur moto.
    24 mois après, soit ils peuvent s’offrir un taxi et devenir taximan proprio, soit ils s’achètent une deuxième moto ou bien ils investissent dans une quincaillerie ambulante exposée dans un pouss pouss.
    Cette évolution sociale se passe au nez et à la barbe de mes cousins et moi, autochtonse de DEIDO qui vieillissons chez nos parents et passons la journée à quémander 100 f par ci par là.
    TRES BEL EXEMPLE QUE NOUS MONTRENT NOS FRERES DE L’OUEST

      1. Tu sais Arlette, ça c’est l’une des facettes de l’homme kamer; c’est à dire « un lion »; cela à du bon dans la mesure où avec cet esprit, nous sommes capables de survivre dans n’importe quel environnement

  7. Ce que j’aime ta plume..Beau-frère!
    Et bien oui, je partage un bout de chemin avec un (ambassadeur) camerounais, un te tes frères, Et donc..
    Le principe est le même partout, je suis française et moi j’ai de la chance (en dehors du fait que j’ai électricité, et l’eau courante dans mon appart, le hic, c’est que ça coûte un peu cher),
    moi j’ai du travaille..
    Avec tous ces chômeurs (et vive la manipulation des chiffres!!!) pourquoi irais-je me plaindre…
    En France, on est des râleurs invétérés, mais petit à petit nous perdons les valeurs et acquis sociaux pour lesquels se sont battus nos grands parents (et eux ont connu la guerre), sans rien faire..
    Et quand les manifestations des « anti-mariage gay » font la une, pendant plusieurs semaines, ou quand on nous parle des affaires de (cul) de cœur de notre Président, on passe sous silences des mesures gouvernementales, ou des événements bien plus sinistres pour notre quotidien.
    Mais en France nous somme une bonne majorité a vivre comme des princes en comparaison des Camerounais.
    Ah désormais, je ne prends plus une douche sans pense à tous mes beau-frères et belle-sœurs du Cameroun.. Love and..
    Peace off course..

  8. Boris Vian a dit : « L’humour, c’est la politesse du désespoir ! »
    Ah Florian ! Bloggeur Secoueur de Conscience, Fleurettiste des mots qui font mouche ! Surtout continuez, ne désarmez pas, votre plume-fleuret toujours parfaitement aiguisée, affutée, captive le lecteur, le fait sourire, le titille, le pique au vif, l’émeut…
    Au plaisir !!

  9. Les articles sont de plus en plus réussis! Mon point de vue le Cameroun est un pays en guerre. Tous les jours les camerounais sont attaqués par leur bienheureux président qui les a privés à peu près de tout et même de la volonté de se révolter. Ses victimes se comptent par milliers jeunes, vieux, hommes, femmes et enfants. Alors qu’on ne vienne pas me dire que le Cameroun est un pays de paix!

  10. Je me demande si mes frères du KAMER sont devenus aveugles ou plutôt hypnotisés par ce semblant de paix que l’on nous brandit à tout bout de champ.
    De grâce, révéillez-vous !
    Que célébrez-vous en fait à BUEA ?
    Vous dites « Réunification » hein
    Réunification mon kkuu.
    Qu’en est il même de l’Artisan et et du Batisseur de cet amour que nous nous portons tous les uns les autres sans distinction de races ni de réligions ?
    Je veux parler du Véritable père de cette nation à savoir « Ahmadou AYIDJO » qui a été scandaleusement ignoré comme d’habitude dans vos pseudo-cérémonies de mes ……….
    Honte à ceux qui pourtant ignorent la HONTE

  11. Que faut il retenir de cet article? Est ce une incitation a la violence a la révolte??? On a pas d’eau pas d’électricité et même pas de route… Ce sont là tout simplemet des problèmes récurrents aux pays sous-développés ( ou en voie de développement) il faut trouver des solutions pour sortir de cette triste situation. On est de loin le pays d’Afrique où il fait BON on a de la nourriture a en revendre, des terres fertiles a n’en plus finir et j’en passe… Les beaux discours sont obsolètes! On doit agir et non écrire… Agir contre la corruption dès le plus bas âge, des solutions de développement… La paix est une richesse

    1. Chère Johana, je suis d’accord avec toi sur un point: Il faut agir. Seulement n’est ce pas ce que fait ici Florian? Je pense que lui au moins « agit » avec ce qu’il sait si bien faire: écrire, dénoncer, informer. Surtout qu’il balade si bien son miroir dans nos rues, et à chaque fois je m’y vois.

      Maintenant dit nous comment toi tu agis, pour améliorer ce mauvais reflet.

    2. Vas falloir introduire l’onglet « j’aime » sur les commentaires de ce blog! Si cette paix est tant illusoire, descendez donc dans les rues, saccagez le peu qu’il n’y a pas. prenez 100 ans de retard par souci pour les générations à venir qui en percevront les fruits dans 500 ans.
      Au lieu de faire des articles pessimistes pour inciter les pauvres à se faire tuer (vu que les riches ont les moyens de tous s’exiler), fédérez plutôt vos énergies, l’unité nationale et renforcez votre patriotisme pour le développement de ce pays.

      1. Ecoute Patrick, si les commentaires de ce site t’excitent autant, et bien nous, NON.
        Ta sacro-sainte aigreur à traiter ces articles de pessimistes, ON S’EN MARRE.
        Si tu croyais vraiment en DIEU, tu comprendrais bien que malgré tout, il ne nous revient pas à nous de JUGER

        J’ai bien peur que ma réaction soit au dessus de ton entendement !

        A +

        1. on s’est compris sur une chose: ta réaction dépasse mon entendement. Va falloir me trouver quelqu’un qui traduise l’hystérie en langage conventionnel.

      2. @Patrick:
        Donc vous trouvez que nous n’avons pas deja 100 ans de retard? Combien avons nous? 10 ans?
        Retard par rapport a qui pour commencer? Il n’y a que ceux qui arrivent a avoir le ventre plein chaque jour qui pensent comme cela. J’espere que ca continuera pour vous de cette facon la.

      3. @ patrick!
        tu illustres parfaitement les propos de florian sur l’inertie dont font preuve les camerounais. Si pour toi réagir en menant une profonde réflexion sur les maux réels dont souffre la population camerounaise à savoir le manque d’eau, de route, d’énergie, l’injustice, la corruption… et se dire que ces raisons ne concourent pas à la « paix » mais à son contraire et qu’il faut éveiller les consciences trop longtemps endormies pour qu’ensemble on se batte contre ses maux. Si pour toi c’est ça le danger c’est que tu n’as rien compris.
        Eclaire moi, mais je ne connais aucun pays qui se soit dévéloppé dans l’inertie (excuse moi la « paix »). La réaction n’est pas toujours de descendre dans les rues saccager comme tu dis mais déjà de prendre conscience de la précarité dans laquelle on vit de refléchir ensemble sur les réactions à prendre le faire ce n’est pas vouloir la guerre mais au contraire. Par contre restez dans cette situation, continuer à rêver entourer d’effluves d’alcool et compter sur le bienvouloir de dirigeants dont l’incompétence n’est plus à démontrer, c’est installer durablement les causes de conflit et donc cette guerre qu’on redoute tous tant.
        Les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent.

  12. Ta raison Floran on vit DANS un semblant de paix en fait le Camerounais en general a peur et n’est pas solidaire. Pour que sa change fau juste k la jeunesse estudiantine se leve et tte la population Aussi. Mais coe Malheur ne vien seul c sont nos propre freres en tenue militaire ki viendrons nous Tues.

  13. Je ne suis pas de l’Ouest,et j’apprécie l’exemple de persévérance qu’utilise Claude KOUJOU, preuve qu’il ne faut pas tout attendre de l’Etat, et que certains jeunes de notre pays l’on compris. Mais à l’auteur de l’article, je dirais respectueusement que votre article est déplaisant pour deux raisons : Il remet en cause la PAIX et semble faire croire que c’est à l’Etat seul de tout faire. Il critique la PAIX, au nom de quelques exemples déplacés qui laissent même très interrogateur sur son sérieux. Aux Etats-Unis (première puissance mondiale), a-t-on tout fait ? A-t-on éradiqué la pauvreté, les maladies, les bidonvilles et la délinquance, les gens ont-ils le coeur en PAIX là-bas ? Avez-vous vécu les événements du 11 Septembre avec eux ? L’eau coule-t-elle partout ? Les événements de la Louisane, ça ne vous dit rien ? Leurs plus grandes fortunes ne viennent-elles pas d’exploits individuels ? Vous ne retenez que le mauvais côté des choses chez vous, et seriez prêt à vous vendre pour vanter le bon côté chez les autres. C’est l’Etat Camerounais qui va créer « le » Microsoft Camerounais ? Mais pire encore, n’est-ce pas en s’attaquant à des Etats moins puissants que les Etats Unis perdurent dans leur rang ? Vous qui à chaque fois demandez « à quoi nous sert la PAIX » cessez donc de vous interroger, et allez vous poser la même question dans cette centrafrique que vous semblez préférer, et demandez aux réfugiés centrafricains pourquoi ils fuient leur lumière et leur eau pour venir rester dans l’obscurité camerounaise? Vous verrez que le courant ou l’eau, c’est de la futilité. Je préfère rester en paix dans le noir, que me faire zigouiller avec mes enfants sous la lumière. Encore que j’ai la lumière et l’eau chez moi, et une coupure, deux ou trois coupures par semaine ne m’ébranle pas du moment où je peux trouver des alternatives. Révisez et dénoncez même aussi un instant les branchements illicites dans votre quatier. Au moins des efforts sont faits pour réduire la nuisance que ces problèmes d’eau et que courant causent(peut-être dérisoires, mais quand même faits. Et si ce n’était pas fait, vous auriez dit quoi ?). Et je regrette lorsque vous ne critiquez pas ces gens qui viennent saboter les lignes ou détruire les conduits d’eau. Vous justifiez cela en disant « pauvreté ». Les a-t-on obligés à quitter leurs villages ou à acheter des diplômes et non l’instuction ? Et si vous lisiez un peu au lieu de critiquer, vous comprendriez qu’il y a plein de choses qui sont faites, mais, qui sont, soit sabotées en interne (et la désinformation et la sous information y contribuent aussi), ou que, ces pays que vous admirez tant comme des grandes puissances sabotent à grands coups médiatiques ou autres, parce que ces projets mettent en péril leurs intérêts et ceux de leurs entreprises basées chez nous. Mais bien sûr, la critique est aisée, je vous comprends. J’aimerais bien que toi (l’auteur) tu me dises si c’est à l’Etat de nourrir tes enfants. L’Etat ne te garantit-il pas la PAIX ! condition pour que tu te trouves toi-même, « dans la PAIX », le moyen de nourrir sereinement tes enfants !!! Et pour assurer cette PAIX, l’Etat ne se tourne pas les pouces (si tu le penses, vaut plus la peine de discuter), et on a même des gens qui en meurent dans l’ombre, pour qu’un gars comme toi écrives librement ces conneries. Mais ces gens ne te demandent pas une médaille, parce qu’eux au moins, ils servent leur pays et se taisent pour l’honneur, pour la fidélité ! Je comprends qu’à force de regarder des chaînes étrangères (et françaises spécialement), l’on ait hérité du don du bavardage. Et en passant, rien ne t’empêche de travailler dans un champ pour t’ensortir. Mais si je ne me trompe, comme beaucoup de ces camerounais que tu encourages, tu préfères la cravate et la veste ! Moi, je suis Camerounais et je suis jaloux de la PAIX dans mon pays. Quand on a des diplômes, c’est pour améliorer le choses et pas pour passer le temps à bavarder. Ainsi, si tu trouves qu’une situation est criticable, si l’Etat ne fait rien, améliore-là concrètement, non en bavardant seulement car tout le monde le fait malheureusement. Sors et parle à des jeunes, qui te suivront dans tes efforts pour améliorer les choses s’ils te font confiance et si leur intention c’est vritablement de travailler pour améliorer les choses. C’est comme cela que les gens, dans les pays que tu admires, ont fait pour que leurs pays en soient là. Tu as fait des études, tu peux donc trouver une alternative au problème d’eau ou d’électricité. Tu ne peux pas ? Tu as des « fans ». Alors rassemble les et bâtissez quelque chose de bien pour la communauté, qui va vous distinguer des gens que vous critiquez. Tu ne peux pas ?

  14. Merci Merci Merci Isidore Baudoin pour ce commentaire des plus édifiants, mesurés. j’ai failli me faire lapider pour être dans le même schème de pensée

  15. Merci et merci beaucoup ISIDORE.

    Merci de pouvoir édifier GILDAS et autres…..à condition bien sûr qu’ils soientt réceptifs à ton messages.

    Tout le temps et l’énergie que ces jeunes gaspillent pour se plaindre et réfléchir à se revolter, j’aimerai bien qu’ils l’utilisent pour TRAVAILLER de quelque fascon positive que ce soit à leur intérêt et à celui de la Nation.
    Ainsi, je crois qu’ils n’auront même plus le temps de pleurnicher parce ce qu’ils seroint entièrement préoccupés par les conséquences positives de leur labeur.

    Qu’ils se détrompent: s’ils regardent autour d’eux à travers le monde, je crois qu’ils verront que le CAMEROUN est le meilleur pour eux et qu’ils devraient plutôt s’atteler à conserver cet acquit.

  16. Claude Koujou, à lire ton dernier commentaire, c’est soit tu marches avec une veste à 2 faces soit alors c’est au gré du vent que s’oriente ton opinion. Ne m’as tu pas presque lapidé pour avoir eu un avis similaire? ou bien dois je comprendre que c’est Camer kongossa qui te payes pour alimenter le forum en commentaire.

  17. Pour les mémoires courtes:
    Claude KOUJOU disait:
    Ecoute Patrick, si les commentaires de ce site t’excitent autant, et bien nous, NON.
    Ta sacro-sainte aigreur à traiter ces articles de pessimistes, ON S’EN MARRE.
    Si tu croyais vraiment en DIEU, tu comprendrais bien que malgré tout, il ne nous revient pas à nous de JUGER

    J’ai bien peur que ma réaction soit au dessus de ton entendement !

    A +

  18. Trés bel article. Maintenant, il faudrait s’entendre pour définir ce que c’est que la paix. Car la paix de l’un n’est pas la paix pour l’autre.

    QUEL ECHEC
    Ce que je vois dans cette photo, ce n’est pas la débrouillardise, c’est un constat d’échec des politiques du RDPC et de son chef Paul Biya.

    PAUL BIYA: SANS VISION. SANS VALEUR.
    Il y en des présidents responsables qui auraient deja demissionné pour moins que cela. Pourquoi devons-nous toujours nous contenter des miettes de la vie? C’est cette attitude qui me désole et m’attriste. Depuis quand la médiocrité devient un standard acceptable?

    Avec toutes les richesses dont le Cameroun regorge, l’avenir de sa jeunesse ne devrait pas finir coucher sur une moto en pleine chaleur de 14 heures.

    Ce qui nous démontre que nous avons un président qui deconnecte de la realite des camerounais et un sous-prefet de la France. Notre président et beaucoup de mes conciotyens sont colonisés psychologiquement. Comme leur président, la vue d’un blanc, peu importe son statut, genere en eux des reflexes d’esclave.

    Jeunesse camerounaise: réveillons-nous sinon ce sera nos enfants qui dormiront a la belle etoile.

  19. Je ne me souviens plus de la dernière fois que je lus un billet aussi bien écrit.
    En tout cas, je partage entièrement ta vision sur cette soi disante paix dans notre cher et beau pays . Merci pour cette réflexion profonde sur la question.

    Max

  20. Salut Florian,

    J’apprécie beaucoup le ton de tes articles et ce que tu y dis… Mais à la fin de la lecture du présent article, je me suis demandée ce que tu veux passer comme message…

    J’ai toujours noté le mot « Peace » (paix) à la fin de chaque de tes billets… Mais dans celui ci tu remets carrément en cause la paix ! Tes suggestions de bombardement ironiques des villes du Cameroun sont justes déplorables, meme dans un contexte de blague ! … M’enfin tu es un intellectuel et je sais que tu sauras te remettre en cause et réaliser que La paix meme celle de quelques instants on ne doit pas la brader, mais la maintenir et conserver jalousement.

    Le changement peut aussi passer sans la guerre…

    1. Bonjour Cerise,

      A un moment, il faut se poser la question du prix de la paix. Ce n’est pas pour dire que la paix importe peu ou qu’elle n’est pas chère, mais il faut à un moment se demander le prix qu’on paye pour avoir cette paix.

      Le Cameroun a des chiffres de santé et d’espérance de vie d’un pays… EN GUERRE!

      Un nouveau rapport de l’OMS stipule que 12% des enfants naissant au Cameroun mourront avant l’âge de 5 ans. Un des taux les plus élevés au monde. L’espérance de vie a baissé de 2 ans, et s’élève à 51 ans désormais. La faute a des conditions de vie difficile et un système de santé catastrophique. En Côte d’Ivoire qui a vécu la guerre, cette espérance est à 55 ans, et en Irak, elle s’élève à 68 ans… Alors qu’ils sont en guerre depuis 10 ans. Nous sommes à égalité avec l’Angola qui a vécu plus de 10 ans de guerre civile.

      Alors, de quoi nous réjouissons nous au juste? Peut-être parce que pour certains d’entre nous, nous avons un certain niveau de vie et un certain confort, et que nous ne sommes donc pas confronté à ce que vivent 90% de la population camerounaise.

      La paix, oui, mais à quel prix?

  21. Arrêtez de dire que la paix au Caneroun existe, je m’adresse à Isidore et Patrick. Isidore vous dites que vous préférez vivre dans l’obscurité en paix plutôt que dans la lumière en guerre; que les coupures d’électricité c’est quelque fois en semaine et il y a des alternatives. J’ai envie de vous demander pour ceux là qui vivent plus que quelques fois dans le noir vous direz quoi ?? Pour ceux là qui n’ont même pas d’alternatives face aux délestages vous direz quoi?
    L’auteur de cent article, depuis que je le lis n’a jamais fait l’apologie d’autres pays ou de la paresse, il ne fait que dire ce qui est. Les camerounais adorent la médiocrité pourquoi vous voulez vous contenter des miettes que ce pseudo état donne alors qu’on peut faire mieux? Au nom de la paix ( quelle paix même ) on ne doit pas dire ce qui est mauvais ? Au nom de la paix on doit se taire et subir?
    Vous devez être bien dans le confort de votre maison monsieur pour avoir de tels discours, faites l’expérience d’aller vivre dans un endroit dont la condition est pire qu’un elobi où un jet de lumière devient un luxe,en cas d’intempéries tout ou presque est trempé, et que vous n’ayez même pas le salaire minimum pour vous offrir des choses qui pourraient contribuer à votre confort, et votre discours changera; personne ne vous le dira il changera lui même.
    Vous parlez de débrouillardise, vous votre espoir c est que vos enfants récent de devenir benskinneur et montent des quincailleries ambulantes ? C’est mieux que rien, mais on peut faire plus … Si seulement l’état donnait un coup de main.

  22. Et même lorsque quelqu’un a les bonnes intentions du monde pour aider, apporter sa contribution au système , ce même système que vous adorez tant ne lui met pas les bâtons dans les roues???!!! Que voulez vous ?
    Dit donc Florian, encore plus d’article je suis d’accord avec vous à plus que 100%, Valsero avait raison quand il dit que notre pays tue les jeunes.

    Et je trouve franchement déplacé de venir affirmer que les propos de l’auteur sont des conneries ! Ce n’est pas comme cela que vous vous ferez entendre tout se fait dans le respect. @Isidore

    1. Salut Carolle. Désolé, je serai long.

      J’ai beaucoup de respect pour votre intervention, et je ne vous cacherai pas que je n’ai aucun respect pour tout ce qui va de travers, car je ne suis pas un partisan de la désinformation et du désordre. Malgré le mal que j’éprouvais à vous vouvoyer, j’ai pu le faire jusqu’au bout car en général, je me laisse tutoyer et j’aime tutoyer les autres, car je trouve cela plus convivial, moins formel et exempt d’idée de « classe sociale ». Je comprends votre aigreur, et ça peut être légitime lorsqu’on ignore plein de choses concernant son propre pays, comme c’est malheureusement le cas pour beaucoup de camerounais, mais je vous prie de considérer un certain nombre de réalités.

      Vous ne souffrez pas plus que personne, comme moi, je ne suis pas aussi privilégié que personne dans ce pays. Vous verrez même que les plus aisés dans ce pays aiment bien appeler les autres « grand ». D’ailleurs, si vous saviez d’où mon père est parti, par quoi il est passé, comment il a dû travailler les champs après être rentré du bureau, et nous (ses enfants) avec lui après être rentrés de l’école pour assurer notre quotidien durant plusieurs années d’effort, à cause des difficultés de la vie et le bas salaire des fonctionnaires, sans pour autant que cela perturbe notre performance scolaire puis académique, et si vous saviez ce que je partage comme valeur ou idéal vis à vis de la justice, du travail et de la vérité, vous comprendrez que je suis loin de faire l’apologie de la paresse ou du défaitisme.

      Combien de fois des discours comme le votre sont balancés sur internet ou dans les conversations au sujet de notre pays ? On dirait même que pour être camerounais, il faut montrer qu’on souffre trop, et qu’on a un sale pays. Critiquer cette attitude, ne veut pas dire que je vous encourage à vous taire et à subir. Et ce que vous considérez comme des réalités, moi je les considère comme des comportements que l’on peut donc changer si on le veut.

      Ne pensez-vous pas qu’il est temps de prendre des initiatives et non seulement de se plaindre ? Avez-vous voté dernièrement (si vous aviez l’âge) ? Beaucoup de gens dans ce pays ne participent pas à la vie de leur pays et passent le temps à se plaindre contre les décisions qu’ils ont refusé de prendre. Ne vous excusez pas comme beaucoup, en disant que les résultats sont connus d’avance, c’est lâche !

      Pour ma part, le nombre de coupures d’électricité par semaine, c’est un petit souci par rapport à la guerre et à son corollaire de misère : si vous saviez ce qu’est la guerre, je le répète, vous préféreriez vous battre dans les élobi que vous dites que j’ignore. En passant, dans ma plus petite enfance, les choses ont été difficiles pour mes parents, et j’ai dû faire une année blanche faute de moyens. Mais, je n’ai jamais repris une classe, j’ai toujours fait partie des meilleurs dans ma classe, j’ai été lauréat à des concours, obtenu des bourses, développé plein des talents dans divers domaines grâce auxquels j’avance aujourd’hui; et mon objectif, c’est d’honorer mes parents grâce à mes propres efforts, après ce qu’ils ont fait pour moi. C’est juste pour te dire que c’est à nous de prendre en main notre destin, si on veut améliorer nos conditions.

      Si vous pensez que l’auteur écrit toujours des articles très pertinents, n’est-ce pas à chacun d’en juger la pertinence ? Vous revendiquez donc une liberté que vous ne voulez pas reconnaître aux autres ? C’est toujours la faute du gouvernement alors ?

      Lorsque vous suivez les informations ne serait-ce qu’africaines (si vous regardez les infos africaines et non européennes comme la plupart des camerounais), vous vous rendez compte que le problème énergétique est quasi général et des particuliers (nationaux) apportent leur contribution dans ces pays en développant des petites solutions alternatives qui aident les populations. Si chez nous c’est pas fait, c’est peut-être parce qu’on n’a pas de gens ingénieux, qu’en pensez-vous ?

      Vous pensez que c’est parce que nos gouvernements ne sont pas au courant des délestages que les coupures perdurent ? Savez-vous que la Société nationale d’électricité au Cameroun appartient majoritairement à des investisseurs privés étrangers et non à l’Etat ? Je ne me souviens pas de telles coupures lorsque l’Etat était actionnaire majoritaire de la SONEL. Mais, comme tous les camerounais parlaient de mauvaise gestion pour une coupure toutes les deux semaines, l’Etat a été contraint par les FMI de tout privatiser. Donc, aujourd’hui, ne vous en prenez pas à l’Etat pour les coupures de lumière ; écrivez au FMI ou aux dirigeants de AES Sonel, c’est eux qui ont juridiquement cette responsabilité pas l’Etat (car la privatisation que nous avons souhaitée, c’est à cela qu’elle ressemblent d’après les investisseurs, et le FMI ne fait rien, car il estime que les fonds sont bien gérés maintenant). Et si vous avez un abonnement chez AES Sonel, vous constaterez que vous êtes en contrat avec AES Sonel et non avec l’Etat du Cameroun. Et comme AES Sonel est doté de la personnalité juridique, vous avez le droit de l’attaquer en justice.

      Nous chassons l’Etat de certaines choses, comme nous chassons Dieu des écoles, et nous nous plaignons que ces choses se gâtent. Et nous même, nous faisons quoi ? J’ai vu une fois, même la présidence de la République de notre pays dans le noir durant une coupure généralisée (le groupe électrogène n’avait sûrement pas démarré à temps). Je ne crois pas que cela ait fait plaisir au président. Mais le Président n’a pas cru approprié d’envoyer le BIR chez AES SONEL pour résoudre le problème. Vous, consommatrice et cliente chez AES Sonel, vous leur avez déjà porté plainte du fait des coupures intempestives, ou alors, vous pensez aussi que l’Etat doit le faire à votre place ?

      Et je reste convaincu que des solutions sont sérieusement envisagées par l’Etat, comme nos routes qui ont de plus en plus l’alimentation solaire et que le défaitisme récurrent du camerounais ne permettra jamais de construire ce pays dont la responsabilité nous incombe à tous, et non à un groupe de personnes seulement qui devraient juste donner une orientation globale aux affaires de ce pays (mais que nous ne voulons pas suivre). Et comme c’est facile d’accuser les autres, et de ne point faire son propre examen de conscience, l’enfer devient les autres… Aucun pays n’est apparu sur terre avec des gratte-ciels, et il faut reconnaître que le riche cherchera toujours à profiter du pauvre tant qu’il se résignera dans sa condition de pauvre ou d’esclave.

      Pour ma part, un peuple qui stagne est un peuple passif. Car, tout attendre des autres est nul, et trouver indigne de travailler dans un champ (qui rapporte pourtant bien plus) est malheureux. Le problème de ce pays n’est pas qu’une affaire de dirigeants, et vous le savez bien puisque vous le dites vous-mêmes entre amis !!! C’est nous tous, vous mêmes, impliquée ! Quand Dieu fouettera les camerounais au ciel pour leur bouche qui passe le temps à faire du bruit qui perturbe le travail au ciel, vous y passerez et même en disant que c’est la faute du gouvernement, vous recevrez votre part de fessée. Et pour rappel, même dans la Bible, il est dit que Dieu n’est pas pauvre. Méfiez-vous donc de ceux qui vous font croire que Dieu aime les pauvres, alors qu’eux mêmes vivent dans l’abondance, hors du besoin.

      S’agissant des alternatives aux coupures d’eau et d’électricité, je ne citerai aucun exemple. Car les solutions viennent d’elles-mêmes pour peu qu’il y ait dans des quartiers des gens qui vivent en communauté, c’est-à-dire qui se mettent ensemble pour résoudre leurs problèmes.. Leurs régions se développeraient d’elle-mêmes. C’est le cas d’Ebalowa, toujours classée comme la ville la plus propre de ce pays, parce que même les populations prennent à coeur la propreté de leur ville. Comprenez donc s’il vous plaît, que si nous vivons mal, c’est parce que dans nos communautés, nous sommes individualistes et égoïstes, et donc, personne n’intègre l’autre dans ses projets. Distinguons-nous donc de ceux-là.

      Combien de gens que vous connaîtriez, et qui vous étaient proches autrefois, et qui ont « réussi » sont-ils venus mettre l’électricité que vous recherchez tant aujourd’hui ? Lorsque vous parlez de « système », qui constitue le système ? N’est-ce pas les mêmes gens de nos quartiers qui se plaignaient hier comme nous ? Dès qu’ils ont un peu de pouvoir, qu’est-ce qu’ils en ont fait ? Ils ont construit des grosses maisons grâce à leurs détournements, et ils s’en prennent aux autres, parce qu’ils ont, d’après eux, trouvé l’occasion de devenir « quelqu’un » et de montrer à leurs anciens compères qu’ils sont « arrivés », ils ont « l’autorité ». Et c’est à cause de gens comme ça que la route qui devait passer devant chez vous n’existe pas, ou s’est détériorée en un mois. Mais je parie que vous n’avez pas saisi le tribunal administratif, car vous penses que c’est à l’Etat de le faire. Vous pensez que ceux qui pleurent comme vous n’attendent pas seulement la même occasion pour aussi voler ?

      Enfin, je vais vous poser une autre question : Qu’est-ce qu’une bonne intention (comme celle que vous accusez le système de rejeter) ? Vous savez, tout le monde dit en avoir (les bonnes intentions). Mais combien en ont réellement ? Ces soit disant « bonnes intentions » finissent généralement dans la poubelle car elles ne sont que des projets irréalistes par rapport aux moyens, et souvent, soyons honnêtes, mal pensés et ayant pour seul réalié leur présentation sur papier, du genre : « on veut construire un hôpital dans notre région pour aider les femmes enceintes qui font 30 km pour accoucher, et il nous faut l’argent. » Le genre qui finit à la poubelle dès la première difficulté et puis on dit que ce sont les autres qui n’en voulaient pas. Est-ce que c’était le projet des autres alors ? Il ne faut pas confondre l’intention avec le rêve. Et lorsque les moyens dépendent des autres, il faut accepter d’être patient.

      Quand on a une « bonne intention », on s’arrange à la matérialiser, on réussit à convaincre car on a les bons arguments tels des hommes engagés et de moyens, on s’approche d’autres ressources volontaires en leur montrant ce qu’on a déjà, des sponsors en leur indiquant ce qu’ils peuvent gagner en retour (à moins qu’ils débordent de générosité), on la met en oeuvre soi-même grâce à notre dynamisme. Lorsqu’on a une bonne intention, on se bat pour elle, et c’est tout cela qui montre notre intention. Nos intentions doivent être réalistes et ne pas se confondre avec des simples rêves. Et si elles sont vraiment bonnes, elles prendront le temps de grandir, de mûrir car rien de solide ne se construit en une journée ou en très peu de temps.

      Je vais vous faire un avoeu par rapport à un constat que j’ai fait (pour finir enfin) : le niveau de connaissance et de la recherche chez les jeunes dans notre pays est sérieusement mauvais. Ce n’est pas faute d’une éducation de qualité, mais d’un manque d’implication réelle des jeunes dans leur propre éducation. Combien lisent autre chose d’intellectuel que leurs cours, et souvent, seulement à l’approche des examens ? Combien fréquentent les biblio de leurs établissements (quand il y en a)? Combien, parmi les étudiants, étudient pour comprendre et non seulement pour valider une UV ? Combien ne vont-ils pas en cours en espérant que le prof ne vienne pas ? Combien ne seraient pas pas prêts à payer pour valider une UV sans effort ? Combien cherchent vraiment à présenter quelque chose de révolutionnaire issu de leurs propres recherches ? Combien ont la fierté de dire qu’ils ont développé quelque chose ? Ils sont très très rares. C’est pourquoi même leurs exposés sont légers, les soutenances bâclées, mais validées car il faut comprendre que les gens n’ont pas de moyen pour se permettre de laisser leur enfant reprendre la formation, sauf lorsque le résultat est trop grossier aux yeux de tous. Par contre, vous verrez ces mêmes jeunes faire des pieds et des mains pour trouver un peu d’argent pour aller dans les boîtes de nuit (eux qui disent qu’ils n’ont pas d’argent pour acheter un ouvrage), dans les snacks à des heures inappropriées, fumer, boire comme si c’était la compétition ou la gloire, qui prennent l’entrée à l’université comme l’occasion rêvée pour quitter la maison familiale et se livrer à n’importe quoi dans leurs cités ? etc… Je n’ai pas peur de dire que je condamne cette vie-là et que de telles gens n’en valent pas la peine. Car, si on veut réussir, on doit accepter les SACRIFICES, même si pour cela, il faut sortir de l’université étant puceau.

      Pourquoi ne donc pas penser que chacun a sa part de responsabilité dans son propre développement si ce n’est pas parce qu’on est envieux et qu’on veut facilement avoir ce qu’on voit chez les autres ? Le Gouvernement met les moyens pour la paix. Si vous niez qu’il y a la paix dans ce pays, si vous faites partie de ceux qui pensent que ce sont les camerounais eux-mêmes qui acceptent d’être en paix, essayez donc un peu de mettre le désordre (je ne vous menace). La paix, c’est l’opportunité qui nous est donné pour avancer par nous-mêmes. Si vous vivez à Douala, vous serez impressionnée de voir le nombre d’immeubles qui ont poussé en moins de 10 ans, et ça c’est parce que des gens profitent de la paix pour maximiser leurs gains (voleurs ou non voleurs) et investir dans l’immobilier et ailleurs. Appliquez la devise « TRAVAIL », car on ne doit pas se tourner les pouces en attendant le changement, « PATRIE » car le pays compte plus sur vous que vous sur lui, et « PAIX », sur laquelle nous discutons depuis un moment. Paix, Travail, Patrie ! Voilà la devise de mon pays, et je la vis avec fierté pour mériter d’être camerounais !

      1. Bonjour isidore baudouin ,

        Sans rentrer dans les détails de ton commentaire, je note juste un point.
        Tu dis quelque part « Si vous saviez ce qu’est la guerre, vous préféreriez vous battre dans les elobi ».

        C’est vrai.

        Mais ceux qui comme moi critiquent fortement le fameux slogan « Au moins on a la paix » ne parle pas forcément seulement de ceux qui subissent les coupures d’electricité.

        Ils parlent du fait que sur 100 enfants qui naissent au Cameroun, 10 d’entre eux n’atteindront pas l’âge de 5 ans. Pour ces enfants qui meurent, va-t-on leur dire « Oui mais au moins vous êtes dans un pays en paix » ? Cela va t’il consoler les familles concernées?

        Le nombre de personnes qui meurent sur les routes, va t’on consoler les familles en disant « Au moins on a la paix »?

        Quand on sait que l’espérance de vie au Cameroun est de 50 ans, que chaque jour il y a des gens en deuil partout au pays, de gens qui meurrent faute de soins, faute d’argent, ou faute de routes sécurisées, va t’on dire à toutes ces familles éplorées « Au moins on a la paix »?

        Et en parlant de paix, on voit aujourd’hui avec ce qui se passe au Nord que même cette fameuse paix, notre pays n’est pas capable de l’assurée tant la désorganisation et l’inaction se voient même au niveau de notre armée.

        La paix c’est bien, mais à quel prix?

        1. Salut Waddle,

          Dis-moi s’il te plaît :

          – quand les gens conduisent comme des ânes sur les routes, n’entretiennent pas leur véhicule, ne mettent pas de ceinture de sécurité, dépassent sans visibilité devant eux (dans un tournant ou sous la pluie) c’est le gouvernement qui est au volant ? Si les routes sont telles quelles que nous les critiquons, cela nous ôte-t-il l’obligation d’être prudents ?

          – Quand vous parlez de ces enfants qui meurent jeunes, c’est triste, certes, mais qu’est-ce qui en est la cause réelle ? Réfléchissez-y un peu. Car, parmi ceux qui meurent, il y a un bon pourcentage est retrouvé dans des caniveaux. C’est le Gouvernement qui les y envoie ? Pour le reste, c’est malheureux, et ça arrive malheureusement dans beaucoup de pays. Des efforts sont faits avec les moyens disponibles pour améliorer les choses. Encore faut-il que des gens qu’on nomme pour cela se montrent eux-mêmes volontaires.

          – Quand des gens et des jeunes fument comme des cheminées, ne respectent pas des règles d’hygiène élémentaire, dans leurs maisons et alentours, font des branchements électriques illicites et dangereux pour leur voisinage et finissent par causer des incendies, c’est le gouvernement ? Nous n’êtes pas étrangers au manque de civisme et de discipline des camerounais sur les routes, dans des rangs, etc… Et j’aimerais bien vous indiquer que ce dont vous parlez, ce sont des réalités. Mais ceux que vous accusez, c’est trop facile. Je suis sûr que vous restez tranquille quand vous voyez quelqu’un se comporter mal devant vous. Mais, vous pouvez venir sur le net dire que c’est la faute du gouvernement.

          C’est chacun qui est plus important que les autres dans ce pays, l’humilité c’est pour les cons. Et personne ne doit jamais suivre les règles, sinon, il est le plus con.

          Lorsque quelqu’un doit déposer un dossier en quelque circonstance que ce soit, on remplace délibérément les pièces manquantes par des pots de vin, c’est le Gouvernement ? Et puis, quand ça ne marche pas, on n’accuse pas le gouvernement ?

          Il y en a qui sont envoyés par leurs parents dans les rues pour vendre n’importe quoi ou faire l’aumône. C’est le gouvernement qui encourage les gens à être irresponsables ? Quand on décide de mettre de l’ordre, les camerounais ne disent-ils pas que c’est pour envoyer les gens voler ?

          Combien de jeunes filles regrettent d’être tombées enceinte après coup ? Avant et pendant l’acte, c’est le gouvernement qui leur demande d’avoir un rapport sexuel non protégé ? Ne sont-ce pas des comportements récriminés par la loi ? Mais qui respecte encore la loi dans ce pays ? Et celles ou ceux qui décident, par « vengeance », de propager une maladie, on les avait envoyés ?

          On est dans une société perverse et malhonnête, où chacun veut faire pitié pour montrer qu’il a raison, mais ne fera jamais d’effort pour se conformer à son niveau aux règles. On doit en subir les conséquences, à moins que nous décidions de nous engager et de changer ces choses en nous instruisant d’abord nous-mêmes, en apprenant les règles à la bonne source, et non à la rue.

          Sinon, continuons à pleurer ou demandons à Dieu de venir remplir miraculeusement nos poches d’argent. Le prix de la paix, c’est la discipline, pour qui en est conscient.

          1. Isidore Baudoin,

            Quand tu demandes si c’est la faute du gouvernement si les gens sont imprudents, etc…, cela montre de façon inquiétante que tu n’as pas compris le role d’un gouvernement.

            A t’écouter, pourquoi créer une police dans les pays développés? Après tout, si les gens se comportent bien, la police n’a pas lieu d’être non?

            Pourquoi en France, font-ils des radards, des contrôles de police, des routes à plusieurs voies alors qu’il suffit de demander aux gens de faire attention?

            Tout cela pour dire que, sans renier les responsabilités individuelles, un gouvernement digne de ce nom a pour rôle de justement limiter autant que possible les dégâts liés aux écarts individuels.

            Tu dis que les gens fument, ne respectent pas les règles d’hygiène, etc…, comment peuvent-ils le faire s’ils ne l’ont jamais appris? S’ils n’ont jamais été sensibilités? Cela ne vient pas de nulle part.

            Ton discours aurait eu du sens si le gouvernement faisait du bon boulot mais que la population se comportait mal. Or le comportement de la population n’est que la conséquence de l’action ou plutot de l’inaction dramatique de notre gouvernement.

            Tu conclues en disant de continuer à se plaindre. Il ne s’agit pas de se plaindre pour se plaindre. Chacun fait ce qu’il peut à son niveau pour faire avancer le pays. Mais cela ne nous empêche pas, en tant qu’intellectuels, de pointer du doigt ce qui doit être amélioré pour qu’un grand pays comme le Cameroun arrive à un stade digne de ce nom.

            Je finirais pas dire que c’est une utopie de croire qu’un pays peut se relever par la seule force d’initiatives privées ou par la seule force des citoyens. Si tu connais un modèle dans le monde ou un pays s’est relevé avec un gouvernement catastrophique, inactif et corrompu, par la seule force de ses citoyens, je veux bien que tu me le montres. Donc quand on critique, c’est pour mettre le doigt sur ce qui ne va pas. Refuser la critique c’est pratiquer la politique de l’autruche et croire que tout va bien en répétant comme un mantra « Au moins on a la paix ».

            Et pendant qu’on a la paix, 10 enfants sur 100 mourront avant l’age de 5 ans (oui oui je sais, c’est la faute de l’hygiène, le gouvernement n’a rien qu’il puisse faire la-dessus), je ne sais pas combien mourront d’accidents de voiture ou d’épidémie, et bien entendu, miraculés seront ceux qui dépasseront l’espérance de vie, à savoir 50 ans.

            Au moins on a la paix.

            1. Mon cher Waddle,

              J’insisterai parce que je pense que les gens sont mal informés et se laissent vite entraîner sans se poser les bonnes questions.

              Je suis gêné de recevoir des observations du genre « A quoi sert le gouvernement » ou « Ton discours aurait eu du sens si le gouvernement faisait du bon boulot mais que la population se comportait mal », ou qu’on me prenne la France et les USA comme modèles de «GOUVERNEMENT ». Mais, je suppose que c’est parce que vous êtes accro aux chaînes étrangères, vous vivez hors de la réalité.

              Si vous mêmes, objectivement pouviez répondre à votre question après les cas que je ne fais qu’énoncer depuis le début pour montrer comment nous-mêmes nous devons nous remettre en question, vous ne la poseriez pas dans la discussion en cours.

              Le Gouvernement définit les politiques favorables au développement du pays, il multiplie donc les stratégies dans ce sens. Vous savez en quoi consistent les promesses électorales : on va construire les écoles, les routes, les hôpitaux, tout le monde va travailler, etc…

              Mais, mon ami, tout se construit à partir de rien ? Pour construire un hôpital, il faut donc que le gouvernement rassemble tous les fonds qu’il faut et qui sont disponibles pour construire, entretenir un hôpital et payer son personnel constamment, tout en s’assurant qu’il reste de l’argent pour assurer la gratuité de l’école, le salaire des fonctionnaires, le remboursement des dettes extérieures, faire la guerre au terrorisme (ce qui coûte également très cher) etc… C’est pourquoi, dans les pays que tu cites, pour donner l’illusion d’un travail performant, le Gouvernement pactise avec les riches fortunes et hommes d’affaires, en soutien caché, pour leurrer le peuple, et leur donner en contrepartie, par des démarches malhonnêtes, des marchés juteux.

              Réponds un peu à cette question : d’où vient en principe l’argent dont a besoin l’Etat ? Nomme un individu qui n’a pas un rond dans la poche et demande-lui de construire une école. Tu vois qu’il ne peut pas. D’où l’intérêt de savoir d’où viennent ces fonds ? Avant, étudions ensemble les sources de financement de l’Etat, pour comprendre la place du peuple et du privé pour le développement des pays et répondre à ta question sur la place prépondérante du privé pour le développement des Etats :

              Tu sais quand même que l’Etat n’est pas commerçant, car il ne propose pas un service pour générer un bénéfice (ce qui est interdit, du fait du principe de la gratuité au service public). Et lorsque l’Etat propose un service rémunéré (comme la téléphonie avec Camtel, la redevance audiovisuelle), il doit le faire à des prix bas pour ne pas générer des bénéfices, mais assurer le minimum pour entretenir ses équipements et maintenir le fonctionnement de ce service. l’Etat ne fait pas les affaires au sens commercial, car ce n’est pas son rôle sinon il y aurait concurrence déloyale avec le privé, puisque l’Etat perçoit en principe l’argent du privé pour générer ses recettes.

              Illustration : l’Etat a 3 pouvoirs que tu connais :

              – Le judiciaire : ce sont les juges et les magistrats, c’est la justice. Elle est d’accès libre et gratuite, c’est-à-dire, tu ne paies pas les juges pour que ton affaire soit suivie (si tu le fais, c’est qu’on te vole ou tu es un corrupteur). Ce sont des avocats privés que tu paies. En somme, la justice ne crée pas l’argent, ne fait pas de bénéfices, mais perçoit une petite contrepartie sur les redevances générées par les frais de procès auprès des huissiers, avocats et notaires, etc. ;

              – Le législatif : pour créer une loi, les parlementaires ne demandent pas au peuple de payer quoique ce soit. Donc, le pouvoir législatif ne crée par l’argent, mais prépare les lois qui doivent faciliter l’entrée de l’argent via le secteur privé.

              – L’exécutif : c’est là où se trouvent le président et ses ministres (et autres gouverneurs et préfets). Ils ne créent par l’argent. Ils définissent à travers des textes, l’organisation de l’Etat, et met des fonctionnaires sur le terrain pour aider à le réaliser, et recouvrer au mieux, des recettes fiscales.

              Donc, en principe, le Gouvernement est pauvre, mais le pays a des ressources et des particuliers du secteur privé pour exploiter les riches ressources du pays, et générer les moyens pour l’Etat.

              L’Etat cherche donc l’argent ailleurs car il n’en produit pas. C’est pourquoi on dit qu’on fonctionnaire est un « sacrifié » qui s’engage pour « aider » son pays à avancer. Donc, s’il fait entrer des recettes fiscales, il rend l’Etat riche en le servant et non en se servant et sa condition de vie ainsi que celle du peuple peut s’améliorer s’il travaille bien.

              Et c’est par l’impôt ou la fiscalité en général que l’Etat se fait cet argent (c’est-à-dire, sa quote-part sur les bénéfices générées par les entreprises, sur les ressources du pays), et le répartit sur ses projets, et sur la rémunération des fonctionnaires. Mais, qu’est ce que l’impôt peut produire comme recettes si les inspecteurs qui, sur le terrain, doivent le collecter, ne le font pas bien ? Si le douanier ne le fait pas normalement et fait ses propres marchés ? Si dans un service public, on ne suit pas la procédure parce qu’on la remplace avec les pots de vin que les particuliers plaintifs donnent librement et disent ensuite que le pays est gâté ? Argent qui n’entrera donc jamais dans les caisses de l’Etat ?

              Imagine : une société doit 2 milliards d’impôts. C’est l’inspecteur, chargé de recouvrer ces 2 milliards et de les déclarer au Trésor public, qui propose au chef d’entreprise de ne déclarer que 500 Millions si on lui donne 50 millions. Et le chef d’entreprise accepte vite !!! Ces inspecteurs, c’est qui ? Ce n’est pas vous et moi qui nous plaignions autrefois de la pauvreté, avant de trouver un boulot ? Ca ne vous choque pas de voir un inspecteur qui bâtit une maison de plusieurs millions et passe ses vacances en europe alors que son salaire ne le permet pas en principe ?

              Nul n’est parfait, on est d’accord ? Si oui, le gouvernement a sa part de responsabilité, et le peuple est loin d’être blanc.

              Toi donc qui demandes quel pays s’est construit grâce au privé, tu me rapproches de l’AVC. Si jusqu’à aujourd’hui tu n’as pas compris pourquoi les Etats Unis et la France font des guerres à travers le monde, c’est parce qu’il faut que les particuliers et industriels de leurs pays (ceux qui les financent dans l’ombre) gagnent les marchés dans les pays occupés pour gérer et commercialiser les ressources de ces pays, et ramener les capitaux (via l’impôt) à leurs pays, et créer des emplois pour leurs nationaux (américains et français) pour améliorer le niveau de vie, baisser le chômage et augmenter l’impôt gagné grâce aux revenu de leurs travailleurs.

              L’Etat ne crée pas directement l’argent, l’Etat ne fait pas le commerce. Mais, grâce au pouvoir de légiférer, il définit la politique fiscale, commerciale (comme l’agriculture), la loi pénale, la loi sur les investissements et le droit des affaires, pour s’assurer qu’en retour, il aura l’argent nécessaire pour créer les infrastructures publiques. Mais, il faut que chacun connaisse les textes et les applique sans chercher son seul profit. Et pour cela, il faut appliquer ce dont je parle depuis le début, c’est-à-dire, ce sacrifier des loisirs inutiles pour se former (même soi-même).

              C’est pourquoi, si vous ne croyez pas aux textes que l’Etat multiplie pour faciliter la création des richesses ou ne les connaissez pas, (dans l’agriculture, l’élevage, accès aux logements sociaux, l’entrepreunariat individuel, l’artisanat et assurer l’assurance volontaire des individus pour leur garantir une sécurité sociale), si vous ne connaissez pas les facilités mises en place par le Gouvernement pour vous aider à améliorer les choses, alors, vous contribuerez à maintenir le pays dans la pauvreté.

              Mais, je ne vous en veux aucunement et je n’ai même pas intérêt malgré l’image que des gens me donnent déjà à cause de mes positions. Il y a trop de réalités qui vous échappent. Et je me trompe peut-être, mais j’imagine que vous pouvez faire partie de ceux qui ne suivent plus les informations sur la CRTV parce qu’ils disent depuis 20 ans qu’on nous ment et on ne parle que du RDPC, alors qu’on loupe toutes les opportunités et les informations concernant notre propre pays (je ne parle pas des « faits divers »).

              Maintenant, je vous assure, je n’interviendrai plus puisque je prêche dans le désert et je gêne. Vous avez le droit de ne pas croire à mes propos, je n’y peux rien. Mais, en Camerounais, je fais ma part en donnant ma position le plus objectivement possible.

              Bien à vous.

  23. Pour qui applique le minimum de discipline dans sa vie et en fait une règle de vie, il serait à même de citer, par jour, des centaines de situations choquantes qu’il a vécues en regardant le comportement des gens dans tous les compartiments de la société. Mais, lorsque même celui qui fait mal n’a pas conscience de mal faire et est le premier à se plaindre, vous voulez construire quoi dans ce genre de cas ? Surtout lorsqu’il se renferme et refuse d’accepter qu’il fait mal ? Croyez-vous que si aujourd’hui, on plaçait le BIR dans les rues pour mettre de l’ordre, même sans rien imposer à personne, êtes-vous sûr que vous garderez les comportements que vous avez aujourd’hui ? Si non, pourquoi ne pas alors voir les choses différemment dès maintenant et vivre ou penser différemment ?

  24. Bonjour Isidore Baudouin,

    Sans rentrer dans tous les détails de ton long message, je crois qu’on ne se comprend pas sur le rôle d’un gouvernement ou d’un état.

    Mais une de tes questions illustre parfaitement cette incompréhension. Tu demandes si les gens ne se comporteraient pas différement si le BIR était dans la rue. Bien sur que si. Et alors?

    En France, les gens se comporteraient aussi différement si la police et la justice n’existait pas. On en conclue quoi?

    Encore une fois, tu sur-estimes le pouvoir des individus. Et tu confonds les individus, et le secteur privé. Croire qu’un pays comme le Cameroun pourra s’en sortir par la seule motivation ou le comportement exemplaire des individus, c’est une belle utopie.

    J’ai demandé un seul exemple de pays qui s’est développé grâce à des personnes qui n’étaient pas des politiciens, ou sans révolution. Tu n’en auras aucun.

    Les exemples des USA que tu cites, qui font des guerres pour le secteur privé n’a aucun rapport avec ce dont on parle. Car on parle bien de se développer GRACE au secteur privé, et SANS le concours d’un état actif. Or cet exemple de guerre est bien au moins le fait de l’Etat et non pas des privés eux même.

    Or ce que toi tu demandes, c’est d’oublier l’état et le gouvernement et de développer notre pays à la force de nos bras et de notre motivation. Cela n’existe nulle part!

    Car nous sommes des êtres humains. Et dans un groupe d’humain, même s’il y aura toujours une partie prête à respecter les règles, à avoir un comportement exemplaire même SANS REGLES, de façon MACROSCOPIQUE, les comportements globaux ne peuvent pas amener à un développement s’il n’y a pas d’ordre, de contrôle et s’il y a de l’impunité. C’est tellement évident que c’est étonnant qu’on doive en discuter.

    Je t’ai demandé pourquoi dans des pays pourtant développés et civilés, il y a encore la police. Tu n’as pas répondu.

  25. Porte Feuille Magnétique avec la pièce Talisman des 333 Pouvoirs
    Ce puissant porte monnaie Magique multiplicateur d’argent des billets de Banque toute les jours à la possibilité de vous multiplier jusqu’a 1.000.000 Fcfa, soit 10.000$ ou 10.000€ , cela dépend du monnaie de votre continent. Ce puissant porte monnaie magique est le plus solliciter dans ma boutique exotérique , elle est sans aucune conséquences sur la personnalité de la personne qui l’utilise. Tel whatsapp : +229 64 86 07 29 , mail : voyance.louis@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *