A quoi bon être camerounais?

mai 24
Posted by

Françoise Mbango

Il ya une anecdote qui me fait souvient bien rigoler. il se dit qu’un artiste camerounais fut un jour reçu par Claudy Siar, dans l’émission Couleurs Tropicales qu’il animait autrefois sur RFI. Claudy , pour mettre en confiance l’invité avant les vraies questions, lui demande alors: Mr X vous êtes d’où au Cameroun? Notre ami, sans doute préparé à un combat verbal comme ceux auxquels les interviewers camerounais l’avaient habitué répondit: Mr Claudy, je suis doux, mais quand je me fâche, je suis méchant hein?

La méchanceté, la haine, la colère. c’est trop souvent ce qui me reste quand je considère mon pays. Surtout lorsque je rencontre ces gens qui vous servent des messages condescendants, comme quoi, on n’a que le pays qu’on mérite et qu’on ne vaut pas mieux.

Je rigole méchamment hein? A quoi bon s’illustrer dans un pays qui ne vous reconnaîtra jamais? Tous nos auteurs, les grands, les vrais sont en exil, volontaire ou non. Que viendraient-ils faire dans un état sans politique du livre, sans bibliothèque nationale? Le terrain de la construction intellectuelle est désormais occupé par des personnages sans épaisseur et sans charisme qui confondent écrire et hurler. Le tout sous l’oeil torve d’une presse vendue, qui faute d’un marché, un vrai, écrit des articles dictés par les cercles politico mafieux qui la maintiennent sous perfusion.

Un pays de slogans, de mots, de lettres, de promesses, « émergence en 2035″, « je vous verrai », « ils rendront gorge », « nous serons… » « nous allons… » toute une dialectique de l’espoir pour endormir une république en dehors du présent, qui vit dans un futur qu’elle ne se donne pas la peine de construire. La maison Cameroun est belle de loin, aussi belle que les décors en papier mâché des studios de cinéma.

Pourquoi être camerounais? Pour la plupart nous le sommes encore parce que personne ne nous a proposé d’être autre chose. Je l’affirme, on ne gagne rien à être camerounais. Sauf si on se trouve  bien entendu du côté des voleurs, des prévaricateurs et autre sale engeance qui pille sans pitié ce pays.

On ne gagne rien, et on perd parfois tout, ceci n’est pas seulement vrai, pour nos héros nationaux. Ceux qui ont payé le prix fort pour que le triangle difforme dans lequel nous vivons voie le jour. Les contemporains ne sont pas en reste.

Fait notable, il ya quelques semaines, Françoise Mbango l’athlète participait aux qualifiquations pour les JO de Londres. Beaucoup de camerounais ont tiqué en apprenant que courant 2010, la jeune femme était devenue française. Et alors? que celui qui n’a jamais péché, même en pensée lui jette la première pierre! Beaucoup ont sans doute oublié les affres que la tutelle sportive a fait subir à cette femme qui a rapporté au Cameroun deux médailles d’or olympiques excusez du peu.

Et les exemples sont légion: Roger Milla radié de la Fédération de foot, qui sans ses exploits n’aurait pas son rayonnement actuel. Omam Biyick qui en ce moment quémande le droit d’organiser son jubilé dans le  Stade Mfandena un stade où je l’ai vu briser ses os, pour la gloire du drapeau. Et même plus récemment, Samuel, oui, le grand Eto’o purement et simplement suspendu de l’équipe nationale pour des raisons plus qu’obscures.

Beaucoup accusent la jeunesse d’être en mal de repères, de n’avoir pour modèles que des rebuts de la société. La faute à qui? Des grands hommes sont rentrés dans ce pays pour se mettre à son service, que leur a-t-on offert? Tribalisme, méfiance, haine. Mongo Beti ne me démentirait pas, même depuis l’au delà.

Je connais des camerounais. Des tonnes de camerounais qui font briller les trois couleurs de notre drapeau chaque jour dans l’indifférence totale. Reconnus à l’extérieur, méconnus voire inconnus chez eux.Les seules victoires reprises sont celles dont l’instrumentalisation est facile. Il est plus facile pour un footballeur camerounais de voir l’intérieur du Palais présidentiel, de se faire accrocher une médaille. idem pour les gourous de luxe, les influenceurs, les feymen, ces escrocs de haut vol. Des usrpateurs au devant de l’affiche tandis que dans l’ombre croupit une jeunesse talentueuse et créative qui ne demande qu’une chose: qu’on lui tende le bras qui l’aidera à se lever.

Un pays dans lequel, on considère toujours le doigt, sans aucun cas pour la lune que ce dernier pointe. Une opinion qui parle du mandat de son président en termes de « règne ». Qui se laisse entraîner dans des débats ethniques et tribalistes sans se demander comment en temps de crise, la seule préoccupation d’un exécutif est l’achat d’un avion de luxe.

Oui, la haine tribale et ethnique qui sous-tend actuellement tous les discours creux des politiques. Des discours pendant lesquels, dans leurs poches, ils caressent amoureusement leurs passeports étrangers, garantie de leur survie quand viendra le chaos.

C’est ça le pays, où je suis né. je ne le hais pas lui, mais ce qu’il représente. Le pire est qu’à force de repéter les mêmes sornettes au monde, on finit par y croire. Ceux qui présentent chaque jour, l’image d’un Cameroun, en avance sur son temps, sortant de l’ornière etc y croient dur comme fer! C’est à eux que je m’adresse: croyez-le ou non, nous sommes à la veille de profonds changements. Le moment venu, personne ne pourra plaider la folie ou l’aveuglement pour justifier ce que vous avez refusé de reconnaître, quand vous n’en étiez pas la cause: le pays va mal, très mal.

Peace!

 

Filed Under: Société
Tagged With: , , , , ,

22 Comments

  • Cerise says:

    Tu finis de nous insulter et tu dis Peace :?

    A quoi bon etre Camerounais dis tu ? A piller , à porter le beau costume et aller se ballader à mbeng non ? What else ?

    • Florian Ngimbis Ngimbis says:

      Vous insulter? Vous qui?

      • Cerise says:

        Ekiééé ! En quelques minutes seulement tu veux me faire croire que tu as perdu la mémoire ? Non, non, ça ne marche pas cher Mr, des excuses publiques sont attendues !

        Ps : dans mon précédent commentaire, j’ai oublié d’ajouter « bleu Facebook » pour les costumes

        • Adrien says:

          Cerise-kun! Il y a une différence entre dire la vérité et insulter. Je n’insulterais pas un voleur en le qualifiant de tel. Oserais-tu infirmer tout ce que Ngimbis a dit? Pourrais-tu, toi, me dire quel avantage de confère ta nationalité? Qu’est-ce qui fait ta fierté en tant que camerounais?

  • Courage à la jeunesse camerounaise qui se bat, malgré les conditions difficiles. A force de travailler dur, à rester intègre, on finira changer les choses.

  • Yvan Rheault says:

    Comme la plupart des autres pays d’Afrique, les camerounais n’ont pas choisi d’être camerounais, il n’y a pas si longtemps, les blancs sont venus leurs imposer des frontières aribtraires en divisant des peuples et en amalgamant d’autres…

    Mais un moment donné, il me semble qu’on doit dépasser la question nationale pour trouver notre vraie identité, pour trouver le vrai sens de notre vie, le vrai sens de la vie !

    Mais cela ne relève plus du domaine sensoriel, c’est quelque chose qu’on peut recevoir seulement en faisant confiance à ce qui nous a été rapporté par d’autres témoins.

    Personnellement, mon identité je l’ai trouvé quand j’ai rencontré le Jésus dans les évangiles, ça m’a fait comprendre pourquoi ça va mal et comment ça ira mieux !

    Si vous cherchez où il faut, vous allez trouver vous autres aussi, je ne vous impose rien, mais comme plusieurs autres, je peux vous guider vers Jésus

  • Severino says:

    Touché

  • DjiaThink says:

    “L’ennui dans ce monde*, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes.” – Bertrand Russell

    * Veuillez remplacer « monde » par « Cameroun ». Merci.

  • ESEC says:

    Très belle réflexion!
    C’est le début de la fin effectivement. Du coup, on frappe sur tout ceux qu’on croit être une menace, sur les anciens amis. Et pour justifier le tout, on parle d’épervier. Et après combien d’années de laisser-aller?
    C’est que la fin est proche et le prince a peur, plus peur qu’une personne sans protection alors que la GP et l’armée sont engraissées pour le protéger.
    Mais je crains que tout s’effondre et ça risque à coup sûr d’être ça. On prendra du temps pour relever la tête après les grands troubles que la décadence du roi causera.

  • Jean says:

    Tu veux quoi finalement?Que l’on deteste notre pays?Tu voudrais que l’on fasse quoi pour ces heros?Il est clair qu’il faudrait avoir des modèles.Les jeunes aujourd’hui font quoi pour s’en sortir?Je te rappelle que le Japon est l’un des pays les plus corrompus,tout le monde etait trempé,mais ça n’a pas empeché sa jeunesse de se lever et de se battre si bien qu’elle est aujourd »hui la 3e puissance insdustrielle.Notre pays on l’aime comme il est et nous supportons,parceque nous savons que ça changera…

    • Florian Ngimbis Ngimbis says:

      As-tu vu un appel à la haine quelque part? Détester un pays ça se conçoit?
      Je dis que futur se construit au présent. Je ne suis pas dans cette posture fuyante qui consiste à parler de ses problèmes en les comparant avec ceux des autres. On parle du Cameroun, rien à voir avec la civilisation multiséculaire du Japon.
      Les jeunes font quoi pour s’en sortir? laisse moi rire. De quels jeunes tu parles? Des exemples de « jeunes » écrasés par le système d’iniquité dans ce pays, j’en ai tellement qu’un vie ne suffirait pas pour les citer. J’en ai assez de ces gens qui ne parlent de la jeunesse que lorsqu’il faut la fustiger, à raison souvent hélas. Mais pourquoi s’offusquer qu’on parle du monstre tentaculaire qui étouffe, le peu qui osent lever la tête.
      Tu aimes ton pays comme il est cher ami? Ben, tant mieux. Moi non.

      • Toun says:

        Ngimbis, je comprends de quoi tu parles vu que, né en Afrique de l’ouest, j’ai quitté le continent pour ces raisons dès que j’en ai eu l’occasion. Ni réfugié politique, ni réfugié « économique », j’ai eu beaucoup de mal a expliquer mes migrations. En lisant ce billet, les choses s’éclairent. Ces problèmes, ce « sur place », ces tentacules étouffantes qui empêchent toute velléité d’expression ou d’entreprise, je les ai ressenties, nous les ressentons partout en Afrique. En un sens, cette question ne se limite pas qu’au Camer. C’est peut-être ce qui a déclenché le printemps arabe, par exemple. Le ras-le-bol d’une jeunesse qui ne sait plus comment s’y prendre pour s’en sortir. On se croirait dans une dystopie, « une société (..) organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur. » (Source: Wikipedia)

        J’admire ton intégrité. Keep it up, hard work and faith eventually pay up.

        • Steve A. Mbenoun says:

          Toun, mais justement les politiques ont compris qu’en faisant un croc en jambe à l’éducation des jeunes, cela leur permettait de ne pas avoir plus tard à se soucier d’ »éventuels rebelles ». Et ceci pose, à mon sens un vrai problème puisque la reproduction sociale restera toujours ce qu’elle est. On s’imagine mal alors comment les fils de ceux bénéficiant de ce système peuvent le dénigrer!

    • MAHOP BEKOUME Carine says:

      rester dans son coin, supporter en attendant que les choses changent, jean elles ne changeront jamais. Le changement c’est l’action. Et l’action que Florian entreprends ici c’est de dénoncer …Il expose des faits et rien d’autres

  • Ba Forkwa says:

    Très belle reflexion! Les reflexions de ce genre nous rassurent que tout n’est pas perdu. Bonne continuation.

  • Pingback: Mondoblog | Blog | A quoi bon être camerounais?

  • MAHOP BEKOUME Carine says:

    Oh oh Florian tu as oublier un truc et je sais que ça va te faire rigoler ou enrager (à toi de voir)

    A qui bon être camerounais? un pays où on a coupure d’électricité tous les jours mais les tarifs augmentent……

  • Charlotte says:

    De toutes les facons, l’Afrique est malade actuellement c’est pas seulement le Cameroun qui est dans cette situation mais toute le continent Africain surtout l’Afrique Centrale ou ces dirigeants prennent la population en otage et les sequestrent nuit et jour, il faut faire comme les Tunisiens, Libyens et Egyptiens qui ont eu le courage et dire  »merde » a leurs presidents car trop c’est trop et voila les resultats aujourd’hui que maintenant une nouvelle page vient de s’ouvrir chez eux et en plus maintenant avec l’internet et la biometrie tous les faussetees sont terminee car maintenant on verra reelement qui est qui, qui fait quoi jusqu’a l’anus.

  • BHK says:

    Interressant, je vais publier sur facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

UA-19949253-1