Quand les camerounais exportent le tribalisme sur Facebook

La politique de l’autruche adoptée par les camerounais en matière de tribalisme est à la fois suicidaire et puérile. Puérile parce que le premier venu peut se rendre compte du degré de tribalisation de la société camerounaise, suicidaire à cause du danger qu’il y a à bâtir une société sur de pareilles fondations. Ahhh ! La grande hypocrisie ! Les grands mots : Unité, Diversité, Nation !

Je l’ai dit dans un billet : le jour où, le fragile ciment politique qui maintient ce pays dans un moule de stabilité précaire s’effritera, il y aura des dégâts. La grogne des populations de l’Ouest anglophone est désormais de notoriété publique. Le problème bamiléké que des esprits bien-pensants essaient de transformer en chimère est tout aussi réel. Je ne veux même pas parler d’un Nord qu’on dit revanchard et qui semble attendre patiemment son heure. Je signale d’ailleurs que chaque année, notre pays vit des affrontements communautaires de moindre envergure certes, mais dont la violence m’étonne toujours. Bien entendu, ces évènements  sont détournés des principaux canaux médiatiques et passent sous silence.

Je suis d’autant plus inquiet, car j’ai découvert il ya peu, que le tribalisme suivait les camerounais partout. Même sur les réseaux sociaux tels que l’inévitable Facebook. Le nombre de groupes communautaires créés sur ce réseau est incroyable. Si vous êtes localisé au Cameroun, les simples mots clés « fils et filles » ou « ressortissants » tapés dans le champ de recherche de Facebook. Vous ouvrent un monde insoupçonnable de réponses: « Fils et filles Bana », « fils et filles du Mbam », « fils et filles Bamoun », « fils et filles de l’Océan », « fils et filles de Zoétélé », « fils et filles de la Lékié », « ressortissants du grand nord Cameroun aux USA », « Ressortissants Ndom » et j’en passe…

Si la plupart de ces groupes sont d’essence communautaire ce qui est normal, cette tendance dérive très vite en communautarisme le plus vil. Il faut savoir que les initiateurs de ce type de plateforme choisissent rarement la formule « page » de Facebook. La raison en est simple : à la différence des pages, qu’on se contente de suggérer  à ses contacts, les groupes permettent d’ajouter automatiquement et sans nécessiter leur avis, au besoin, tous les contacts de son profil Facebook. j’ai pour les besoins de ce billet, adhéré à plusieurs groupes pour voir. Si  j’ai presque toujours été admis, dans certains autres cas je me suis fait éjecter peu de temps après mon admission et dans une minorité de cas, ma demande est restée lettre morte. Je précise que une fois admis je précisais toujours que je n’étais pas « autochtone » mais plutôt sympathisant à la Cause (ne me demandez pas laquelle).

Alors cas pratique : vous êtes dans la peau de l’administrateur du groupe Fils et Filles d’Ebomzut. Comment procéder pour reconnaître et ajouter les contacts de votre répertoire originaires d’Ebomzut ? La réponse est simple : profilage ethnique sur la base du nom.

Si ! si ! Dieunedort Tagoguep ne peut être un nom du village, alors, à la trappe!

Si ça s’arrêtait là ! Des fois, un administrateur distrait par trop de vin de palme virtuel dégusté à l’ombre numérique du groupe ancestral, admet malencontreusement  Dieunedort Tagoguep. Dans ce cas il se trouve toujours un idiot du village, pardon du groupe pour relever la chose et rameuter la horde. Parfois ça peut aller loin. Morceaux choisis :

J’Observe cependant une Certaine Hauteur dans le ton de ton Discours peu Courtois à l’Endroit des Frères ; ce qui laisse Penser, à l’Instar de ton nom, que tu es loin d’être un fils du Mbam…tu Sembles avoir Fait le Traître Choix d’Espérer être Sanctionné par une Exclusion d’Entrer pour être Tranquillement Détacher de la Mission Implicite que te Confère l’Appartenance à cette Communauté

Je precise que l’auteur de ces propos s’adresse à moi qui ai osé fustiger des posts xénophobes. je précise aussi que mes diverses  interventions sur ce groupe semblent avoir dynamité le dynamisme de ses membres…

ou plus trash:

Je sais que je n’ai aucun droit,mais je n’accepte pas qu’un bamiléké vienne poluer notre groupe par de sales publicités…Les bamilékés aiment toujours exploiter les autres,il vient se faire de l’argent sur notre groupe comme ils nous ont toujours exploité;pendant les villes mortes en vendant les cartons rouges et pendant le maquis…A bon entendeur salut…

Et dire que ceux là osent m’appeller leur « frère Bassa’a »

Et oui ! La bêtise n’a pas de frontière ! Et les frontières numériques sont encore plus poreuses que les autres. Heureusement, certains groupes se sont mis en devoir de mettre en place des chartes en matière de comportement et de discipline. La mayonnaise peine à prendre, mais l’effort est louable, car au-delà du tribalisme, de la xénophobie ou de toute autre tare, c’est de bêtise dont il est d’abord question. Je ne le dirai jamais assez : Beti, Bamiléké, Mbamois, Nordiste, Sudiste ou autre, un con reste un con.

Peace mes frères!

 

 

The following two tabs change content below.
Florian Ngimbis
Florian Ngimbis s’est fait remarquer en remportant le Prix du Jeune Ecrivain de langue Française 2008. Ses nouvelles ont été publiées dans plusieurs recueils et revues littéraires. Documentaliste diplômé de l’ESSTIC de Yaoundé, community manager et écrivain, il blogue à ses heures trop souvent perdues. Il vit à Yaoundé au Cameroun. Le blog Kamer Kongossa a été primé en 2012 lors des prestigieux Deutsche Welle Blogs Awards (The Bob’s) dans la catégorie « Meilleur Blog Francophone »
Florian Ngimbis

Derniers articles parFlorian Ngimbis (voir tous)

31 réflexions sur “Quand les camerounais exportent le tribalisme sur Facebook

  1. Hé oui! Le constat est malheureusement que le tribalisme est loin d’être éradiqué au Cameroun parce qu’entretenu par les mêmes institutions qui se seraient donné pour devoir de l’éradiquer (tu l’as si bien relevé, d’ailleurs). Chaque fois que je dois remplir un formulaire administratif – et Dieu sait si j’en ai rempli beaucoup -, je ne peux m’empêcher de le penser, quand j’arrive aux lignes : Région d’origine – Département d’origine – Arrondissement d’origine.
    Je me suis toujours demandé, dans un pays ou on dit vouloir combattre le tribalisme, à quoi ça servait de demander aux gens leurs région, département et arrondissement d’origine. Et parfois je me dis que c’est, au cas où le nom prête à confusion, pour qu’on soit capable d’identifier les allogènes. C’est lamentable

      1. Oui c partout, meme aux etats unis on demande de kel etat, kel race et blabla.. c purement statistique. c generalement pour des census qu’ils le font.

        1. @MG, le contexte est différent. les autorités de ce pays ne font pas un usage statistique de ces informations mais au contraire les utilisent pour instaurer et justifier un scandaleux système de quotas dans l’administration. Pour partager mon expérience du tribalisme: j’ai postulé, il y a pas si longtemps pour un emploi. La naïve que je suis a appelé pour demander un supplément d’informations quand la question « de quelle région êtes-vous? » lui a été posée. J’étais surprise mais j’ai répondu. Aujourd’hui encore je suis choquée du « Vous êtes de l’ouest? Alors, n’y pensez même pas! ». J’ai voulu insister, on m’a dit « c’est comme ça et puis c’est tout » Je n’ai pas eu le temps de demander plus d’explications. Il avait raccroché. C’est ce pays que nous rêvons pour nous et nos enfants?

    1. Moi pour faire un pied de nez à cette connerie j’écris que je suis de MVOMEKA’A même si mon nom ne l’indique pas …..

  2. Florian, Florian! Il y a quelques mois, quelqu’un m’a ajouté au groupe : « tu sais que tu es bamiléké quand… » Mon premier post était celui de fustiger la création de groupes comme ceux là, surtout avec des intitulés pareils, car il incitait à des amalgames terribles. Ce genre d’intitulé ne peut entraîner que des blagues douteuses et offensantes pour les membres d’une communauté. Et pour appuyer mes dires, les différents posts avaient une saveur plus que glauque. Les commentaires qui les agrémentaient ne l’étaient pas moins.
    Donc, j’ai publié mon post. Bon Dieu! En moins de deux heures, il avait récolté plus de 300 commentaires! Et je me suis fait insulter, conspuer, ridiculiser par ceux qui se disent, pour te paraphraser, mes frères bamilékés. Ils sont mêmes allés jusqu’à mettre en doute mon origine à cette région. (Pour te situer, c’était à l’époque même de l’affaire Wikileaks/Ahmadou Ali).
    J’ai défendu mes positions, bec et ongles. J’ai insulté ceux qui m’ont insulté. Dans la même journée, j’ai quitté le groupe.
    Le Cameroun est une nation, bon Dieu! Pas un agrégat de tribus qui ne se supportent pas les unes les autres! Je dois pouvoir me sentir parfaitement chez moi quelque soit l’endroit où je vais dans mon pays!
    Le groupe dans lequel tu m’a invité dernièrement, il sert à la promotion d’une culture. C’est bien. Je n’y participe pas, mais j’ai lu des choses là qui m’ont réellement édifié, renseigné, éduqué. Tous ces autres qui participent au dénigrement des autres, même si ce sont des groupes du quartier de naissance de mon père au village, je n’y participe pas.

  3. Le problème est symptomatique du Cameroun. Si certains groupes sont vraiment a caractere culturel ce que cet article n’evoque pas, dautre s travaillent pour le rayonnement de leur socles d’origines se reunissant pour oeuvrer pour leur localité quoi de plus normal. Le problème intervient quand il s’agira d’exclure des sympathisants. Je suis symoathisant de plusieurs groupes parceque je m’interesse a ceux ci. Laissez les idiots rester idiots (il en faut sinon on s’ennuirait entre personnes parfaites et intelligentes)… Connaitre sa culture signifie mieux travailler pour son avenir…

  4. N’importe quoi!!! Et qui vous autorise a citer des ecrits de groupes prives dans votre soi-disant blog… Un ignorant qui se pose en justicier; j’espere au moins que vous pouvez definir ce qu’est le tribalisme. Car je ne vois pas en quoi le fait que des gens ayant un background culturel commun se rassemblent pour reflechir a la construction de leur region, ou discuter de leurs us et coutumes (des dialectes qui se perdent, des traditions qu’on ne connait plus, etc.)

    1. Content de savoir que je ne suis pas le seul Ngimbis du systeme solaire. Je ne me pose pas en justicier. je suis juste un modeste observateur de la societe dans laquelle je vis. Personne n’a refuté le droit d’association de quiconque je déplore juste les dérives qui vont avec. relis bien le billet, les Ngimbis sont généralement plus attentifs que ça.
      En outre, tu devrais lire la charte de facebook plus attentivement. surtout le paragraphe concernant la confidentialité du contenu publié. tu comprendras alors que sur ce réseau la notion de privé est différente de ce que tu crois savoir.
      cordialement,
      Ngimbis l’ignorant

    2. quelqu’un disait que la « tribalité » est une chose magnifique! qu’il ne faut ni mélanger ni confondre avec le « tribalisme » qui n’est qu’une sorte de cancer

  5. A l’heure où le monde se forme en gros blocs pour être plus résistants, où en tant que camerounais nous devrions faire causes communes, il y a encore des petits malins pour rester dans la conception grégaire et moyenageuse de la tribu. simplement Affligeant.

  6. Je vous ai tous lu. Moi je pense k trop de langues dans bcp de nos pays africains ne contribuent en rien a l evolution de nos pays. dans le K du Kmr, nos ancetres auraient mieu faits d avoir une langue commune parlee dans tout le territoire, Gosh! ou encore mieu k il y aie eu juste de differences mais pas assez pour ne pas s’ comprendre. Si j etais President du Cameroun, je choisirais une langue apres profonde etude de sa richesse en grammaire, semantique … et l imposerai coe une des langues officielles. Je pense qu avec une tentative pareille, les compatriotes se sentiraient mieux rapproches les uns des autres. Car koi qu on dise la langue et la culture vont parfois de paire et ont une force naturelle de regroupement des personnes en petits groupes. Ducoup 6 camers: 1 Batoufam, 3 foulbes, 1 Etoon, et 1 bamenda vivant ensemble dans un voisinage, on constatera k les 3 foulbes auront tendance par instinct (sauf autre sentiment negatif enregistre) a etre plus proches entre eux . Pareil pour le bamenda ki a priori parle anglais preferera le voisin Nigerian car maitrisant le pidging, et l anglais, l’Etoon et le Batoufam n auront d autres choix k d utiliser une langue etrangere dite officielle. Et c est parti pour des constats parfois pas constructifs du genre, « les anglofous font coe ceci,  » Dis donc ce sont des tapeurs de boeufs » , et j en passe. Ce k je veux dire c est k trop de langue oci contribuent au tribalisme surtout k les politiiens n aident en rien dans le sens de l esprit patriotic. cest absurde, vraiment!

  7. j’ai juste une question: est ce que la definition de tribalisme c’est « avoir de l’aversion pour les bamilekés? » parce qu’ il faut m’expliquer une chose, le beti ne tolère pas le bans, le wadjo ne le tolère pas, le bafia non plus, le bassa pareil, alors dites moi qd tout le monde a en horreur qlq’un c qui le pb? bon dieu! on vit dans ce pays et personne n’est idiot! si tout le monde vous deteste cherchez en vous meme quel est le pb!
    et puis nous savons tous chez nous que l’enfant qui passe son temps à accuser les autres c’est lui le vilain. vous voulez que le cameroun soit une nation? commencez par accepter les autres. combien de femmes au nom de l’integration nationale et de l’amour se sont liées au hoes de l’ouest? et combien on constaté après de longues années de vie commune (parfois après le decès du conjoint) que monsieur avait une femme  » du village »?
    pour finir juste une chose: si tu veux qu’on t’aime soit aimable; si tu es vilain attend toi à ce qu’on ne t’aime pas ce sont les lois de la nature on n’y peut rien

    1. avoir de l’aversion pour toute un peuple le discriminant par son origine s’appelle du racisme et à l’échelle de notre pays , du tribalisme. De plus les exemples que tu cites j’en ai à la pelle chez les bassas, les bétis, les mbamois, les bamilekes de même village etc… chercher à justifier le tribalisme c’est juste montrer à quel point il fait partie de toi. de plus j’ignore sur quoi tu te bases pour dire que toutes ces ethnies ne tolèrent pas les bamilékés (statistiques, sondage etc)

  8. J’aime beaucoup ce type de post parceque la politique de l’autruche en matière de tribalisme au Cameroun a beaucoup de sympathisant.Et il est important de le rappeler de temps en temps!
    Et crois moi Florian le tribalisme s’exporte parfaitement et se radicalise même tout en étant particulièrement sournois…je me fais très très souvent « tirer » dessus des que j’aborde
    Le sujet parceque vois tu ce sont les sujets qu’il ne faut surtout pas aborder car soit le problème est d’après certains inexistant soit ça ne de fait pas de parler de ça.La diversité ethnique et culturelle du Cameroun est une richesse que la plupart de nos insensés de frère et sœur ne mesure pas.Donc je trouve le débat sur l’unique langue parlée non avenu…Je suis aussi inquiète que toi a ce sujet car a l’allure ou ça va ça risque de finir dans une catastrophe humanitaire inimaginable.

  9. Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »
    Albert Einstein

    On parle de tribalisme, certains se mettent à accuser encore les autres ethnies. Je remarque, que ce qu’on reproche à chaque ethnie, est un comportement ou un caractère qui est retrouvé partout dans le monde. Entre autre cupidité?(l’Homme est cupide), rancunier?(l’Homme est rancunier), paresseux?(l’Homme est paresseux), et j’en passe etc. Le comble est que des « intellectuels » sont souvent les disciples de cette pratique analphabète. Quand on déteste gratuitement quelqu’un, on a toujours un motif à lui coller. Tout ce que le camerounais comprends, c’est la force. J’espère qu’un jour nous aurons un dirigeant comme le dirigeant rwandais (kagamé), qui connaissant les dangers de ce vice, le traite de la manière la plus drastique qui soit.

  10. Humm, j’ai lu le billet, j’ai lu les commentaires qui partent dans tous les sens, au point où je me suis tournée vers mon dictionnaire pour mieux comprendre la définition du terme « tribalisme »…je pense juste que toute chose a un recto et verso, à nous de savoir faire bon usage…tout comme nul n’est prophète chez soi (groupe ethnique), mais rien ne vaut le chez soi (appartenance ethnique)….mais une question m’a été posée : « Te sens-tu d’abord camerounais avant d’être bamoun (le choix ethnique est hasardeux), ou te sens-tu d’abord bamoun avant d’être camerounais ? » je ne vous donnerais pas ma réponse, mais je vous retourne la question, et avec un peu d’honnêteté nous verrons qu’in petto, des gènes de tribalisme sommeillent en nous…le paradoxe est qu’une fois loin des terres camerounaise, on se réclame être camerounais et non être d’origine de…..

  11. meme aux USA on demande la race…ceci n’a rien a voir avec le tribalisme..connaissez la societe ou vous vivez avant de parler….le Cameroun est regit par des qotats….sur tout concours de l’administration publique(enam, iric…) le nord a 30%….les anglo(sud ouest- nord ouest: 20% le reste 50%…….et le fait qu’on vs demande votre region d’origine est pour satisaire ces qotat…je tiens a preciser que c’est cotat on ete exige par les nordistes et la minorite anglophone qui se disait marginalise..pour finir ses cotat ne m’ont pas empeche de reussir mn concours a l’universite catholique(quota entre pays de l’Afrique central) et conours a l »iric…et je suis bei…..juste pour vs dire que lorsqu’on regorge d’ethnie il y’a forcement des minorites et des majorites et les quotas entre en jeux

  12. Juste pour dire a tous les camerounais de juste aime leurs pays vraiment important et toujours joue sur L equilibre territorial puisque le jour et la nuit existe normal pour la haine mais vous pouver faire avec juste un frere etranger qui a vecu des annee avec toutes les. Tribus. Du cameroun et combien ce peuple ma aime meme si certain le faisais mais revenais toujours sympathiser Juste merci vie toujours aujourdhier avec corre soeur deux enfants alord pour vous Juste Paix

  13. Je constate que certains ici n’observent pas leur environnement au Cameroun! Generalement dans les recrutements d’entreprises « des betis,bassa,douala,mbamois, bref des nkwa »comme on le dit, (je ne parle pas des foulbés,c’est du nord ou rien)entreprises parapubliques, à la fonction publique,armée, enam,iric,police, les bamilékés sont quasi indesirables,barés ou juste ont une place symbolique et ce avec la benediction des autres camerounais qui les traitent de « mauvais ». Mais en retour ces memes bamilekes dans leurs entreprises(et Dieu seul sait comme ils en ont) recrutent de tout bord ethnique, de peur qu’on ne leur colle l’etiquette de tribalistes! Je l’ai observé chez canal 2, equinoxe tv, routdaf et bien d’autres structures ou j’ai fait des jobs. C’est tout simplement malhonnete de la part des autres camerounais, betis en tete,qui persistent à combattre les bamilekes et les detester par ce qu’ils etaient jadis renfermés,et ce malgré tous leurs efforts aujourdhui. Le temps donnera raison à la justice et j’espere que les peuples des grassfield formeront leur pays à part pour etre beneficiaires de leurs efforts car pour l’instant la regle c’est que le bamileke travail,le beti mange et monte les autres camerounais contre lui pour rester a la mangeoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *